Une cérémonie de passation de service entre le bureau national sortant et celui entrant de la Fédération Syndicale Professionnelle de l’Education (FSPE) a eu lieu ce mercredi 23 mai 2018. Amara Balato Keita, secrétaire général sortant, a passé le témoin à Salifou Camara, secrétaire général entrant. La cérémonie s’est déroulée à la bourse de travail en présence de plusieurs cadres de ladite organisation syndicale, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Amara Balato Keita

Dans son allocution, Amara Balato Keita a invité les membres du nouveau bureau à une complémentarité pour la bonne réussite de la Fédération. « Les années passent rapidement, mais le plus souvent les faits restent dans la mémoire des hommes. Malgré la fougue de la jeunesse et de la prolifération des syndicats naissant à l’éducation, retenez chers frères et sœurs, que vous êtes désormais gardiens d’une très longue histoire. Créée en 1945, la FSPE de Guinée n’a de leçon à recevoir d’aucune autre organisation syndicale en Guinée. Et, elle reste et demeure une école syndicale à consulter. Alors, pour atteindre vos objectifs, il est temps et grand temps de vous donner la main contre toutes les velléités politico-ethnocentriques qui minent actuellement notre pays, en vue d’afficher une image respectable de la grande fédération des braves enseignants que vous êtes chargés de diriger ».

Le service général sortant a fait savoir que la tâche ne sera pas aisée. « La pente est certes difficile à gravir. Cependant, son ascension est fortement favorisée par la confiance à l’avenir. Espérant que la graine mise au sol ne nourrira plus jamais, assurez-vous de près où de loin, de mon indéfectible attachement, de mon soutien inconditionnel de la nouvelle équipe pour l’épanouissement de la FSPE, dans laquelle je me suis battu pendant 33 ans », a dit Amara Balato Camara.

Saliou Camara

De son côté, le secrétaire général entrant a fait savoir que c’est une nouvelle page de l’histoire de la FSPE qui s’ouvre avant d’indiquer que « notre mission principale aujourd’hui, c’est de défendre les enseignants à la base, les écouter et recenser tous les problèmes dont-ils souffrent en vue de trouver les solutions qu’il faut ».

En outre, Salifou Camara n’a pas manqué de signaler l’immensité des défis qui attendent son équipe. « Vous n’êtes pas sans savoir que les enseignants souffrent beaucoup. Le problème de logement par exemple, le ravitaillement en riz pour les enseignants, la couverture sanitaire, il faut que, quand un enseignant tombe malade, qu’on trouve des médicaments pour le soigner. Vous n’êtes pas sans savoir que beaucoup d’enseignants meurent par simple paludisme. Pourtant, ce sont des travailleurs de l’Etat. Donc aujourd’hui, même si on augmente dix millions sur les salaires, mais quelque part, les marchés les retirent, les concessionnaires les retirent », soutient le nouvel élu.

Devant cet état de fait, Salifou Camara demande à l’Etat « de garantir l’avenir des enseignants. Garantir l’avenir des enseignants, c’est de leur donner un logement viable, les prendre en charge quand ils sont malades, c’est de les ravitailler en riz pour qu’un enseignant n’aille pas au marché pour acheter du riz. Et puis qu’il y a eu augmentation de 30%, aujourd’hui le prix a augmenté sur le marché, les concessionnaires, s’il y a augmentation du prix du carburant, ils augmentent. Pourtant, les bâtiments ne sont pas carburés. Tout ça là fait que l’enseignant souffre. Donc, il faut trouver des solutions à ça ».

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin