En ce début de l’année 2018, l’heure est au bilan dans tous les secteurs d’activités. La démarche vise à tirer les leçons de l’année écoulée et de se projeter sur l’année en cours. C’est dans cette dynamique que Guineematin.com a rencontré madame Pivi Denise, chef du Bureau Régional des Transports Terrestres à Conakry. Avec madame Pivi Denise du bilan des activités réalisées et des perspectives pour l’année 2018.

Entretien à battons rompu.

Guineematin.com : bonjour madame, présentez-vous à nos fidèles lecteurs ?

Denise Pivi : bonjour. Je me nomme madame Pivi Denise, Directrice du Bureau Régional des Transports Terrestres à Conakry, ingénieur de ponts et chaussées, diplômée d’études supérieures, mariée et mère de deux (2) enfants.

Guineematin.com : pouvez-vous nous dresser votre parcours ?

Denise Pivi : de 1971 – 1974, j’ai obtenu le baccalauréat unique puis admise à l’Ecole Nationale des Arts et Métiers (l’ENAM). Puis, en 1977 – 1978, à la faculté des langues à l’Institut de Rostow, une bourse d’Etat avec l’ex URSS, et en 1983, j’ai réussi mon diplôme d’études supérieures d’ingénieur des ponts et chaussées à Leningrad, plus précisément à Saint Petersburg.

Chemin faisant, j’ai suivi des études et stages de formations notamment, sur les questions de changements climatiques, en estimation des besoins de transfert de technologie puis en entretien et gestion de la voirie urbaine, entretien routier et sa gestion dans les pays en développement (l’ENPC, SETRA) en France, précisément à Paris, etc.

En 1986, j’ai été nommée chef adjointe du contrôle Autos à Labé ; en 2005, membre du conseil de service de surveillance du fonds de garantie automobile; inspection au TP de Conakry ; en 2007, j’ai été nommée Chef de Division Réglementation et Législation à la Direction Nationale des Transports Terrestres.

Guineematin.com : avez-vous travaillé à l’étranger à la fin de votre formation ?

Denise Pivi : après avoir suivi ses études et diverses formations, j’ai décidé de rentrer au bercail pour servir mon pays. J’ai travaillé successivement au ministère des travaux publics en qualité d’ingénieur, en suite chef de division à la Direction Nationale des Transports Terrestres avant d’être nommée Chef du Bureau Régional de Transports Terrestres à Conakry. Actuellement, je suis la Directrice du Bureau Régional des Transports Terrestres à Conakry.

Guinematin.com : en tant que chef du Bureau régional des Transports Terrestres à Conakry, expliquez-nous très succinctement le fonctionnement de ce Bureau ?

Je m’en vais tout d’abord dire que le Bureau Régional des Transports Terrestres à Conakry (B.R.T.T.C) est de niveau équivalent à celui d’une division de l’administration centrale. Il a pour mission la coordination et le suivi de la politique du département des Transports au niveau régional en matière de transports terrestres.

Guineematin.com : quel bilan peut-on dresser de vos actions sur le terrain en 2017 et les perspectives pour 2018  ?

Denise Pivi : je vous dirai tout simplement que le bilan du Bureau Régional des Transports Terrestres de Conakry est positif, en ce sens que nous avons pu atteindre la prévision budgétaire de l’année 2017, chose qui n’a pas été du tout facile pour nous. Pour le compte de l’année 2018, nous pensons mieux faire tout en améliorant les conditions de travail et en sécurisant les recettes de l’Etat.

Guineematin.com : quelles difficultés rencontrez-vous sur le terrain ? 

Denise Pivi : les difficultés, elles sont énormes et d’ordre environnemental. Nous avons remarqué que pendant les jours non ouvrables, un groupuscule de contrefacteurs confectionne des faux documents notamment, des permis de conduire, des cartes grises et des fausses plaques d’immatriculation au nom du B.R.T.T.C ; tandis que cette pratique récurrente décrédibilise notre service et affecte finalement la mobilisation des recettes de l’Etat. Raison pour laquelle, au mois de mars et novembre 2016, nous avons adressé une correspondance à monsieur le Directeur Général de la police nationale et le Haut commandement de la gendarmerie nationale, directeur de la Justice Militaire, en vue de nous aider à prendre des dispositions appropriées afin d’étouffer cette pratique frauduleuse
qui ternie dangereusement l’image de notre service.

En plus de ces difficultés rencontrées sur le terrain, notre direction souffre énormément à cause de la vétusté des installations de notre service. Les bâtiments, il y a manque de place pour le personnel et les dossiers d’archives. Nous avons un manque criard de fournitures de bureau et une influence de l’entourage immédiat du service.

Guineematin.com : nous sommes au terme de notre entretien, votre dernier message à l’endroit des populations guinéennes ?

Denise Pivi : je lance un appel pressant à tous les usagers en général, et à ceux de la région de Conakry en particulier, de s’acquitter de leurs obligations vis-à-vis des services publics de l’Etat. Par conséquent, je les exhorte à utiliser les services compétents habilités à délivrer les documents authentiques liés à l’utilisation des engins roulants à savoir : cartes grises, cartes d’autorisation, permis de conduire et d’éviter tout contact en dehors du Bureau.
J’en appelle aux médias publics et privés de jouer pleinement leur rôle de couverture médiatique de l’information et de sensibilisation des populations. Je les remercie très amplement sans oublier les services de sécurité pour les efforts fournis dans l’application des textes réglementaires en matière de la sécurité routière.

Propos recueillis par Issiaga Camara (Fazo) pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin