Après leur réunion au QG de l’UFDG, les leaders de l’opposition guinéenne se sont rendus ce vendredi, 16 mars 2018, au quartier Wanindara rails pour présenter leurs condoléances aux familles des jeunes Boubacar Barry (26 ans) et Mamadou Baïlo Diallo (22 ans), tués par balles lors de la manifestation d’avant-hier, mercredi, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Après la prière du vendredi, le chef de file de l’opposition a procédé à la présentation des membres de sa délégation, composée des leaders politiques comme Alhousseiny Makanéra Kaké (FND), Jean Marc Telliano (RDIG), Abdoulaye Kourouma (RRD), Ibrahima Sory Diallo (BOC), Thierno Saïdou Bayo (PS), des députés Elhadj Abdoulaye Diouma Diallo, Dembo Sylla (UDG), Alain Touré, Aliou Bah, Ousmane Gaoual Diallo, Ben Youssouf Kéita, des maires de Dubréka, de Ratoma, de Dixinn, ainsi que plusieurs autres personnalités.

Dans son adresse aux différentes familles des victimes, le président de l’UFDG a regretté l’assassinat de ces jeunes. « Ce qui est plus difficile pour nous, c’est la manière par laquelle ils ont été tués, alors que ce sont des innocents. Quelqu’un, parce qu’il a un fusil, se permet de l’utiliser pour tuer, c’est vraiment difficile. C’est très difficile pour nous d’assister à de tels faits. Nous avons aujourd’hui 94 personnes fusillées et tuées par les forces de l’ordre depuis que ce pouvoir est en place. Jamais quelqu’un n’a été demandé pourquoi il a tué, qui lui a donné l’autorisation de tuer… Des lois existent ; mais, elles ne sont jamais appliquées », a-t-il dit, sous une forte émotion.

Cellou Dalein Diallo a alors invité les citoyens, notamment les sages massivement mobilisés, à continuer leurs prières pour que le bon Dieu intervienne entre les oppresseurs et les opprimés.

Par la suite, le président de l’UFDG a demandé aux uns et aux autres de poursuivre le combat pour qu’une justice équitable règne en Guinée. « Nous devons continuer à nous battre. Dieu nous aidera pour qu’on soit le moyen par lequel la vérité va s’instaurer dans notre pays. Pour qu’on soit le moyen par lequel cette oppression va cesser ou diminuer pour que tout guinéen, quelle que soit son origine ethnique, régionale ou politique, soit respecté dans sa dignité, quand il n’est pas en faute », a-t-il souhaité.

La rencontre a pris fin par des prières et bénédictions à la mémoire de l’ensemble des personnes tombées sous les balles des forces de l’ordre.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41 

Facebook Comments

Guineematin