L’affaire fait jaser depuis la soirée du mardi dernier, 22 janvier 2019 ! C’est une histoire d’adultère qui met en cause un policier en service dans la sous-préfecture de Diountou, préfecture de Lélouma, dans la Région Administrative de Labé. Aujourd’hui, ce qui a commencé comme une simple rumeur alimente les échanges dans toutes les localités voisines et même au-delà, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Entretenant ces relations amoureuses depuis belle lurette, dit-on, avec l’une des épouses d’un puisatier polygame de Diountou, cet agent de la sécurité est finalement tombé dans les filets de l’époux cocu qui a mûri et discrètement monté un guet-apens.

Sur les circonstances de l’incident, Guineematin.com a appris que dans la soirée de ce mardi, le puisatier devait passer la nuit chez la seconde épouse. Il a alors quitté la première comme d’habitude. Mais, il est vite revenu sur ses pas pour camper dans les parages. Peu de temps après, le policier est arrivé sur la pointe des pieds chez sa femme avec la certitude de n’avoir éveillé aucun soupçon. Le mari a alors attendu 15 minutes avant de venir taper à la porte. Une bataille sans précédent s’en est suivie.

Une première version indique que le policier a été copieusement tabassé par le mari trompé, assisté du voisinage. Mais, Modi Amadou Benthé Diallo de Kollanguel, le nouveau maire de la commune rurale de Diountou, qui confirme l’incident a confié à Guineematin.com avoir reçu une autre version du puisatier en personne.

« Il m’a dit qu’il ne l’a pas bastonné. C’est serait au cours de la course poursuite que le policier est tombé dans un fossé. Il a eu une fracture au niveau de la clavicule », rapporte l’élu local.

Toujours est-il que le policier a été évacué d’urgence à Lélouma Centre par le chef du poste de la police de Diountou à bord d’un véhicule de service de la police.

Au moment où nous mettions cette dépêche en ligne, les autorités locales et le puisatier envisageaient de poursuivre le dossier, à en croire le maire de la commune rurale de Diountou.

En attendant la suite réservée à cette affaire, il convient de signaler que l’adultère n’est plus un délit en République de Guinée, selon le nouveau Code Pénal. Et, ce sont les députés actuels, en fin de mandat, qui ont détruit ces liens sacrés du mariage dans les foyers et la stabilisation des ménages en République de Guinée. Que dire des risques de justice populaire et de vengeance par les citoyens Guinéens qui apprendront que ce comportement amoral n’est pas désormais puni par nos textes de lois ?

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin