Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG

A l’occasion de l’assemblée générale hebdomadaire virtuelle de son parti ce samedi, 17 avril 2021, le leader de l’UFDG (Union des Forces Démocratiques de Guinée) s’est exprimé sur la ressente promesse du président Alpha Condé en lien avec la production de 25 millions de poulets par an en Guinée. Et, c’est avec une bonne dose d’humour et de leçon d’économie que Cellou Dalein Diallo a abordé ce sujet.

L’opposant a dénoncé une « stratégie communiste » qui vise à créer une grosse entreprise d’Etat pour concurrencer et écraser les pauvres citoyens qui, avec de maigres moyens, ont investi et évoluent déjà dans le secteur avicole dans le pays.

« J’ai appris que monsieur Alpha Condé veut quand même produire 25 millions de poulets en Guinée. Papa promesse a fait encore une nouvelle promesse ! Mais, c’est une promesse qui m’inquiète. Parce que nous avons des compatriotes qui sont engagés, qui ont investi dans la filière avicole », a entamé Cellou Dalein Diallo avec un petit éclat de rire.

En effet, à la faveur d’une rencontre qu’il a eu mardi dernier des cadres du ministère de l’agriculture et de l’élevage, ainsi que des partenaires techniques évoluant dans ces domaines, le président Alpha Condé a réitéré sa volonté d’assurer l’autosuffisance alimentaire à la Guinée. Et, dans la foulée, il a annoncé la mise en œuvre d’un projet visant à produire 25 millions de poulets par an pour permettre aux guinéens d’être indépendants des importations.

« Si aujourd’hui nous subissons l’augmentation des prix et que nous souffrons, c’est parce que nous n’avons pas pu produire ce que nous consommons… Vous savez que pour la nourriture, la meilleure chose, c’est la viande blanche, c’est-à-dire le poisson et le poulet… Nous avons donc reçu des partenaires qui vont nous accompagner pour la production de 25 millions de poulets par an, avec l’accompagnement de la BIDC », a notamment dit le président Alpha Condé.

Seulement, pour le leader de l’UFDG, visiblement très sceptique sur la réalisation de cette promesse, ce genre de projet met simplement en évidence le fait que le chef de l’Etat guinéen soit un homme de désordre qui manque de stratégie.

« Aujourd’hui, il y a des centaines de guinéens qui ont des fermes avicoles. Ils auraient pu accroitre leurs productions, mais ils se heurtent à des contraintes. Si vous voulez aider la Guinée, ce n’est pas créer une grosse entreprise d’Etat qui se substitue aux citoyens. Mais, c’est d’aider les citoyens qui sont engagés dans la filière et qui ont investi beaucoup de travail et d’argent pour lever les contraintes », enseigne Cellou Dalein Diallo.

Poursuivant son speech, l’opposant a laissé entendre que si l’Etat crée cette grosse entreprise de production de 25 millions de poulets en Guinée, ça sera simplement pour compétir et pour tuer ceux qui engagés dans la filière avicole dans le pays.

« Les contraintes de ses investisseurs guinéens, il y en a trois ou quatre. Il n’y a pas de fabrication industrielle d’aliment. L’Etat aurait pu créer une industrie pour fabriquer les aliments pour que les fermiers puissent accéder à des aliments de qualité, scientifiquement conçus pour les poulets. En ce moment ils peuvent étendre leurs fermes et produire davantage. Après les aliments, il y a les poussins. On peut organiser pour que l’Etat fasse en sorte que les poussins soient produits localement, en grande quantité et dans le respect des normes. Aujourd’hui, chaque fermier importe ses poussins d’Europe… Ce c’est gens-là qu’il faut aider, au lieu de créer une entreprise d’Etat pour se substituer à eux. Mais, les communistes ont des stratégies. Quand on veut accroitre l’offre d’un bien, il faut susciter, il faut encourager le secteur privé à le faire, en mettant en place des mécanismes qui permettent de les appuyer. Aujourd’hui, si l’Etat crée cette grosse entreprise qui va produire 25 millions de poulets, à supposer que ça marche, parce que c’est une promesse de Alpha, ça peut être comme les autres, ils vont mobiliser des ressources au près d’une banque internationale, ils vont créer cette entreprise pour compétir, pour tuer ceux qui engagés dans la filière. Alors que la solution c’est d’aider la filière à se développer en apportant ce qui manque au secteur privé et en essayant d’aider le secteur privé à lever les contraintes l’expansion des fermes », a indiqué Cellou Dalein Diallo.

A en croire le leader de l’UFDG et principal opposant au régime Alpha Condé, la troisième contrainte des investisseurs dans le secteur avicole est le financement. C’est pourquoi, en lieu et place de créer une entreprise d’Etat de production de 25 millions de poulets, Cellou Dalein Diallo conseille au chef de l’Etat guinéen de mettre en place des mécanismes qui facilite l’accès aux crédits.

« Aujourd’hui, ils (le gouvernement) ont que la BIDC va donner de l’argent à la Guinée. Il fallait simplement mettre en place dans les banques des lignes de crédits destinées au secteur à la filière des fermiers, pour que les gens puissent accéder aux crédits, procéder à l’extension de leurs fermes (…), créer des emplois et faire face à la demande nationale. Mais, les communistes, c’est obliger les gens à vendre en dessous de leurs prix de revient, ce qui les met en faillite. Et, lorsqu’ils refusent d’être en faillite, on dit que c’est des comploteurs et on les arrête parce qu’ils n’ont pas obéit aux instructions du président… Si l’Etat veut subventionner, je suis d’accord que nous tous, avec nos impôts et taxes, qu’on crée cette usine de production aliments ou de production incessante de poussins. Et, puis qu’on facilite le crédit, même en subventionnant le crédit ou en garantissant ce crédit pour que les fermiers puissent y accéder. S’ils (les fermiers) ont accès à ces trois facteurs de production, croyez-moi, ils vont inonder le marché guinéen de poulet et chercher même à exporter », a-t-il confié.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin