Mamadou Sanoussy Diallo, un berger basé dans la sous-préfecture de Mambia (Kindia), a vécu un véritable cauchemar dans la journée du lundi, 5 avril 2021. Des citoyens l’ont attaqué avec le troupeau de bétail qu’il avait la charge de gérer. Violemment battu, ce père de famille a échappé de justesse à la mort. Quant aux vaches, deux d’entre elles ont été blessées à coups de machettes et vingt-cinq autres sont portées disparues, a appris un journaliste de Guineematin.com qui s’est rendu sur place.

C’est avec beaucoup de joie que Mamadou Sanoussy Diallo a retrouvé le troupeau de bétail qui lui est confié par son patron, au lendemain du mariage de l’un de ses fils. Mais sur le terrain, il a trouvé une situation très préoccupante. A son arrivée, des agriculteurs s’apprêtaient à mettre le feu sur leur champ défriché et sur lequel étaient regroupés ses bœufs. Il les a suppliés de lui donner le temps de faire partir son bétail avant de mettre le feu, mais ils ne l’ont pas écouté.

Mamadou Sanoussy Diallo, berger

« Le dimanche 4 avril, c’était le jour du mariage d’un de mes garçons. Au lendemain de cette cérémonie, j’ai décidé d’aller revoir le troupeau. Arrivé sur les lieux, j’ai trouvé des cultivateurs sur place. Ils s’apprêtaient à brûler leur champ défriché. Quand je suis arrivé, ils m’ont dit qu’ils veulent préparer du pain blanc mais ils n’ont pas de sucre. J’ai pris 10 000 francs, j’ai donné à un ami qui était parmi eux. Ensuite, je leur ai dit de ne pas mettre le feu jusqu’à ce que je fasse sortir le bétail du champ.

Mais dès que je suis entré dans le champ pour faire sortir les bœufs, ils ont mis le feu. A ce moment-là, j’étais sur la partie haute du champ. J’ai décidé de redescendre pour chercher les bœufs qui étaient de ce côté. C’est ainsi que j’ai rencontré l’un d’entre eux qui m’a saisi la main. Il m’a dit : allons, je vais te montrer ce que ton bétail a causé comme dégâts mon jardin. Je lui ai dit d’attendre que je fasse sortir mes bœufs du champ afin de les sauver du feu et après, on ira dans son jardin.

Mais il n’a pas accepté. Il m’a poussé et je suis tombé. Après, les 4 autres personnes avec qui il était dans le champ sont venus s’ajouter à lui pour me battre. Mon ami qui était sur les lieux s’est interposé, il a tout fait pour ne pas qu’ils me frappent, mais ils l’ont fait. A l’aide de morceaux de bois et de coups de poing, ils m’ont battu jusqu’à ce que j’aie perdu connaissance. Ils se sont servis aussi de leurs machettes pour blesser deux vaches », a expliqué le berger, trouvé à l’hôpital régional de Kindia.

Boubacar Siddi Diallo, fils de la victime

Après cet incident, l’ami de la victime qui était sur les lieux a pris son téléphone pour appeler sa famille et l’informer de ce qui s’est passé. C’est ainsi que ses enfants sont allés le chercher et le conduire au centre de santé de Mambia où il a reçu les premiers soins, avant d’être référé à l’hôpital régional de Kindia. « C’est un voisin de mon papa qui était sur place au moment des faits qui nous a appelés au téléphone pour nous informer que des individus ont tabassé mon papa derrière le troupeau de bœufs qu’il surveillait. Il a dit qu’il ne peut pas se remuer ni parler. Immédiatement, on s’est rendu sur les lieux, on a trouvé effectivement qu’il est couché à même le sol et à plat ventre.

Il ne pouvait pas parler. Nous avons informé les gendarmes qui sont venus faire le constat. Après, nous l’avons pris pour l’emmener au centre de santé de Mambia. On est restés là-bas jusque dans la soirée, avant de nous rendre à Kindia. On est arrivés à l’hôpital de Kindia entre 21 heures et 22 heures. Et, les médecins se sont occupés immédiatement de lui, en lui donnant beaucoup de médicaments. Mais c’est seulement le lendemain matin qu’il a retrouvé ses esprits et a réussi à parler », confie Boubacar Siddi Diallo, fils de la victime.

Jusqu’à ce jeudi, 8 avril 2021, Mamadou Sanoussy Diallo est toujours à l’hôpital régional de Kindia, où il continue de recevoir des soins. En ce qui concerne le bétail dont il était chargé de surveiller, en plus des deux vaches blessées, 25 autres sont aujourd’hui portées disparues. Et au lendemain de cette attaque, des inconnus sont allés mettre le feu sur le parc où ce troupeau était gardé.

A suivre !

De Kindia, Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tel: +22462291225

 

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com