Les faits se sont produits hier, mardi 15 décembre 2020, dans le district de Balato, relevant de la sous-préfecture de Kintinian (dans la préfecture de Siguiri). Et, c’est une foule de jeunes en colères qui s’est déchainée sur le poste de gendarmerie pour sortir un présumé voleur de moto dans le but de le lyncher. La résistance des agents a donné lieu à des accrochages. Et, finalement, les jeunes ont réussi à extraire le présumé voleur des mains des gendarmes et à le battre à mort. Les jeunes ont également blessé deux gendarmes et saccagé le poste de gendarmerie où le présumé voleur était détenu, a appris le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture de Siguiri.

Selon les autorités du district de Balato, ce qui s’est passé s’est produit à cause de l’imprudence et du manque de réactivité des gendarmes…

« Hier nuit, aux environs de 20 heures, les jeunes ont arrêté un jeune voleur de moto. Ils voulaient le tuer sur place ; mais, grâce à notre intervention, il (le présumé voleur) a été conduit à la gendarmerie. Nous avons sensibilisé les jeunes et ils sont rentrés chacun chez soi. Ensuite, nous avons demandé au commandant de la gendarmerie de déposer le jeune voleur à Siguiri ; mais, il a attendu jusqu’à ce matin, à 9 heures, pour le prendre à moto et tenter de le déposer à Siguiri. C’est ainsi que les jeunes ont envahi le poste de gendarmerie, ils ont extrait le voleur et ils l’ont lynché », a expliqué Moussa Sidibé, le vice-président du district de Balato1.

Mais, selon le commandant de la gendarmerie de Balato, ces accusations des autorités du district n’ont aucun fondement. Le commandant Laye Keïta dit avoir reçu ce jeune voleur tard dans la nuit. N’ayant pas de véhicule, il a donc attendu le matin pour essayer de l’emmener à Siguiri dans le but d’identifier et interpeller ses complices.

« Hier nuit, aux environs de 3 heures du matin, j’étais informé par mes agents de l’arrestation d’un présumé voleur… Comme le jeune disait qu’il a son receleur à Siguiri, ce matin, on devait le conduire à Siguiri pour interpeller ses complices. Malheureusement, les jeunes en colère nous ont attaqué et ils l’ont tué. Personnellement, c’est Dieu qui m’a sauvé ; sinon, ils allaient me tuer aussi. Deux de nos agents ont été blessés et des dégâts très importants qu’on ne peut pas évaluer maintenant ont été enregistrés ici. Mais, dire que c’est notre négligence, cela est une fausse accusation. Nous avons reçu le jeune à 3 heures, j’ai n’ai pas un véhicule, il fallait attendre ce matin », a confié le commandant Laye Keïta.

A noter que l’identité de ce présumé voleur qui a été tué dans cette furie populaire n’a pas encore été rendue public par les autorités.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin