A Boké, les gestes barrières contre la pandémie du coronavirus ne sont plus respectées. Et, ce sont les autorités même qui sont à l’origine ou qui encouragent cette situation. A l’approche de la présidentielle du 18 octobre 2020, le parti au pouvoir et ses alliés organisent des rassemblements sans se soucier du respect de ces mesures préventives, pourtant indispensables pour vaincre la maladie, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Même si la campagne électorale n’est pas encore lancée, le parti au pouvoir, lui, a commencé à battre campagne sur le terrain. C’est dans ce cadre que les cadres ressortissants de la région de Boké ont organisé une grande mobilisation ce samedi, 29 août 2020, à la maison des jeunes de Boké.

Présidée par le ministre de l’information et de la communication, Amara Somparé, la rencontre a connu la participation du Gouverneur de Conakry, Mathurin Bangoura, les autorités de Boké, plusieurs cadres représentants les cinq préfectures de la région et de nombreux citoyens. L’objectif, dit-on, est de soutenir une candidature du président Alpha Condé à un troisième mandat.

Et pour atteindre cet objectif, tout semble permis, même la violation des mesures barrières rendues obligatoires par le gouvernement pour stopper la propagation du coronavirus dans le pays. Sur les lieux de la mobilisation, quelques kits de lavage de mains sont installés mais personne ne s’y intéresse. Beaucoup portent mal les masques et d’autres n’en portent pas du tout. Quant à la distanciation sociale, il serait illusoire de vouloir la respecter dans une telle mobilisation.

Pourtant, selon l’agence nationale de sécurité sanitaire, le coronavirus est bien présent à Boké. C’est pourquoi, cette ville fait partie des zones dans lesquelles les lieux de culte restent encore fermés. Avec ce genre de mobilisation organisée par le pouvoir, certains citoyens commencent donc à se poser des questions : les autorités mentent-elles sur l’existence de la maladie à Boké ou bien elles mettent en danger la santé des populations pour promouvoir le projet de troisième mandat ?

Quoi qu’il en soit, il faut dire que les sensibilisations sur le respect des gestes barrières auront du mal à passer quand les autorités elles-mêmes encouragent leur violation pour des fins politiques.

De Boké, Abdourahmane N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628-98-49-38

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin