Le « virus » qui a commencé à N’Zérékoré se propage à travers le pays. Il a touché également la ville de Boké, où les premières listes électorales affichées ont été aussitôt déchirées. Ce qui a poussé la CEPI à interrompre l’opération dans la commune, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

C’est dans la journée du samedi, 18 janvier 2020, que la Commission Electorale Préfectorale Indépendante (CEPI) de Boké a entamé l’affichage des listes électorales provisoires dans la ville. Pour ce premier jour, elle a affiché les listes du quartier Yomboya. Mais, dans la même nuit, des inconnus sont venus déchirer toutes les affiches.

« Nous avons commencé l’affichage par le quartier Yomboya. Mais, quelques temps après, des individus sont venus déchirer les papiers affichés. Ainsi, le président de la CEPI nous a demandé d’arrêter en attendant », témoigne une source au sein de la CENI de Boké.

Après ces incidents, le démembrement de la CENI dans la préfecture joue la carte de la prudence. Ce lundi matin, la CEPI a affiché seulement quatre feuilles au quartier Dibia 4, la même chose au quartier Gorey. Un test pour voir s’il faut continuer l’opération ou non.

Pour ce qui est des sous-préfectures, leurs listes étaient entassées à la véranda de la CEPI de Boké ce lundi, 20 janvier 2020. Les représentants des CESPI ralliaient les lieux pour les récupérer.

De Boké, Abdourahmane N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin