« Mister m’a demandé de rentrer dans sa chambre. Quand je suis rentrée, il m’a demandé de me coucher. Et quand je me suis couché, lui aussi il s’est couché sur moi. Après, il m’a dit de me taire et il m’a donné 500 francs en me disant de ne pas pleurer », a expliqué la victime.

Les faits se sont produits le 31 janvier dernier à Dibia, un quartier de la commune urbaine de Boké. Mais, c’est seulement le mercredi 3 février 2021, que l’affaire a été rendue publique par les parents de la victime. C’est un professeur d’anglais qui est accusé d’avoir violé une fillette de 6 ans.

Selon la tante de la victime, la fillette était en train de jouer avec son petit frère lorsqu’elle a été appelée par l’enseignant Bangaly Camara, qui l’a emmenée dans sa chambre. Et, c’est ce petit garçon qui est venu dire à leur grand-mère que Mister (le sobriquet de Bangaly Camara) a conduit sa sœur dans sa chambre. Malade et alitée, la vieille n’a pu rien faire. Elle a attendu le retour de sa fille pour l’informer de ce qui lui a été rapporté par son petit-fils.

« Au moment des faits, moi, j’étais au quartier Koulifanya. C’est quand je suis revenue le soir que ma maman qui est là, malade, m’a dit que Mister a envoyé ma fille dans sa chambre. Ainsi, le lundi matin, j’ai appelé la fillette et j’ai vérifié. J’ai trouvé que les lèvres au niveau de sa partie géniale sont blessées. Après, j’ai demandé à tout le monde de venir voir.

Mais, le soir déjà, j’avais constaté qu’elle (la victime) n’avait pas mangé, son corps était chaud. Donc, moi-même je l’ai envoyée au centre de santé vers 10 heures et trois personnes l’ont examinée. Et, finalement, les médecins ont confirmé qu’elle a été réellement touchée », a confié la tante de la victime.

Interrogée sur cette affaire, la victime est brièvement revenue sur sa mésaventure. « Mister m’a demandé de rentrer dans sa chambre. Quand je suis rentrée, il m’a demandé de me coucher. Et quand je me suis couché, lui aussi il s’est couché sur moi. Après, il m’a dit de me taire et il m’a donné 500 francs en me disant de ne pas pleurer », a expliqué la fillette de six ans.

Informée de ce cas de viol qui défraie la chronique dans la ville de Boké, la gendarmerie s’est saisie du dossier et a procédé à l’interpellation du mis en cause. Rencontré ce jeudi par Guineematin.com, l’adjudant-chef Albert Camara, l’officier de police judiciaire en charge de cette affaire, a confié que le présumé auteur de ce viol, Bangaly Camara, a déjà été auditionné et conduit en prison à la maison centrale.

« Il s’agit d’un viol qui a eu lieu dans le quartier Dibia. Nous avons informé M. le procureur et nous avons fait les auditions des deux parties. Les résultats de l’hôpital nous sont parvenus et le médecin légiste a confirmé qu’il y a eu défloraison et que cette défloraison est récente.

Le mis en cause, nous l’avons arrêté. Et lors de sa première audition, il a nié les faits. Mais, nous avons approfondie les enquêtes et on a fait une audition additive. Et là, il (Bangaly Camara) a reconnu les faits. Actuellement il est déféré à la justice et il se trouve déjà à la maison centrale », a indiqué l’adjudant-chef Albert Camara.

A suivre !

De Boké, Abdourahmane N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tel: 628-98-49-38

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com