CarnavalA l’occasion du 60ème anniversaire du NON de la Guinée à la France et qui a permis au pays d’accéder à l’indépendance, le mouvement « Sékoutouréisme » a organisé un carnaval à Conakry pour commémorer cette date importante de l’histoire de la Guinée.

Plusieurs activistes de la société civile et de nombreux autres citoyens ont pris part à l’événement, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

C’est dans la joie et la ferveur que beaucoup de citoyens se sont mobilisés dans la matinée du vendredi, 28 septembre 2018 sur l’esplanade du stade du même nom pour commémorer le NON de la Guinée à la communauté proposée par la France en 1958. Ce qui a permis au pays d’accéder à la souveraineté nationale le 02 octobre 1958. Habillés majoritairement en T-Shirts blancs et noirs, les manifestants avaient des pancartes sur lesquels étaient écrits des pancartes comme : « Vive la Révolution ; le 28 septembre symbolise la dignité ».

Ils ont marché de l’esplanade du stade du 28 septembre à l’esplanade du Palais du peuple, en marquant des pauses aux niveaux du Camp Camayenne (Camp Boiro) et le pont 8 novembre pour observer des minutes de silence à la mémoire des personnes qui ont péri à ces endroits sous le premier régime. Selon Oumar Sylla alias « Foniké Menguè », le coordinateur du mouvement qui a organisé ce carnaval, il était important de faire quelque chose pour marquer cette date importante pour la Guinée.

« Ça fait aujourd’hui 60 ans depuis que la Guinée a dit NON à la domination étrangère. Donc en tant que jeunes activistes de la société civile, en tant que citoyens guinéens, cette date symbolise pour nous la dignité, la liberté, la souveraineté. Donc à l’occasion de cette date nous ne pouvons pas rester bras croisés sans faire quelque chose de grandiose. C’est pourquoi on a organisé ce carnaval », a dit le coordinateur du mouvement « Sékoutouréisme ».

L’activiste de la société civile estime que le 28 septembre 1958 n’est d’ailleurs pas importante que pour la Guinée, mais aussi pour toute l’Afrique. Car, selon lui, c’est le NON de la Guinée ce jour-là qui a permis à d’autres pays du continent d’accéder à l’indépendance deux ans plus tard.

Présent à cet événement, Sékou Koundouno, le président de la Cellule Balai Citoyen de Guinée, a salué cette initiative. Il estime que le 28 septembre 1958 constitue un repère pour la jeunesse guinéenne. « Cette journée ne peut en aucun cas être confondue à une autre date. Cette journée est historique. La date du 28 septembre 1958 est un repère pour nous. Sa célébration permettra à la jeunesse guinéenne de prendre son destin en main », a dit l’activiste de la société civile.

Sékou Koundouno en a profité pour évoquer le 28 septembre 2009, jour à l’occasion duquel plus de 150 personnes ont été tuées et des violées lors d’une manifestation au stade de Conakry. Il a invité les autorités guinéennes à faire en sorte que la procédure en cours puisse aboutir rapidement à la manifestation de la vérité et à la justice pour les victimes.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin