COVID- 19 : l’Afrique subsaharienne va connaitre sa première récession depuis 25 ans (Banque mondiale)

10 avril 2020 à 7 07 24 04244

Apparue en Chine à la fin de la dernière quinzaine du mois de décembre 2019, la pandémie du nouveau coronavirus continue sa progression dans le monde. Avec plus de 1,5 millions de personnes infectées (dont plus de 90 000 morts) à travers la planète, cette maladie du COVID-19, en plus de semer encore la terreur, affaiblit les économies des pays touchés. Et, les Etats de l’Afrique au sud du Sahara font partie de ceux qui vont faire les frais économiques de cette crise sanitaire qui accable l’humanité.

Lire

Impact du COVID-19 : le transfert d’argent quasiment à l’arrêt

3 avril 2020 à 19 07 01 04014

La crise sanitaire mondiale liée au Coronavirus entraîne de graves conséquences économiques. Celles-ci sont fortement ressenties à Conakry, notamment dans les agences de transfert d’argent. Dans ces entreprises, très sollicitées par la diaspora guinéenne en temps normal, l’activité est aujourd’hui quasiment à l’arrêt, a constaté Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Lire

Baisse du prix du carburant : une décision qui passe inaperçue à Yomou

1 avril 2020 à 17 05 13 04134

Comme annoncé précédemment, les autorités guinéennes ont procédé hier, mardi 31 mars 2020, à un réajustement du prix des produits pétroliers. Le litre de carburant qui se vendait à 10 000 francs à la pompe est revenu à 9000 francs. Si dans beaucoup de villes du pays cette baisse est jugée insignifiante, à Yomou, elle suscite très peu d’intérêt. Car, les habitants de cette localité, très enclavée du pays, savent que cette décision n’aura aucun effet sur leur quotidien, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Lire

Baisse du prix du carburant : des citoyens de Conakry dénoncent une foutaise

1 avril 2020 à 16 04 32 04324

Plutôt que de les satisfaire, le gouvernement met en colère les populations guinéennes en décidant de baisser le prix du litre de carburant de 10 000 à 9 000 francs guinéens à la pompe. Cette mesure, annoncée dans la soirée d’hier, mardi 31 mars 2020, suscite des réactions courroucées au sein de l’opinion publique. Quelques citoyens, interrogés dans les rues de Conakry par un reporter de Guineematin.com, dénoncent une décision qui n’a pas de sens.

Lire

Baisse du prix du carburant : les citoyens de Mamou dénoncent une mesure insignifiante

1 avril 2020 à 15 03 22 04224

Dans un arrêté conjoint signé hier, mardi 31 mars 2020, par les Ministres de l’Economie, des Hydrocarbures et du Budget, le gouvernement guinéen annonce une baisse du prix du litre du carburant à la pompe. Cette mesure, qui est entré en vigueur ce mercredi, est mal accueillie tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays. Dans la commune urbaine de Mamou, transporteurs et citoyens dénoncent une diminution « insignifiante et insensée », rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Lire

Baisse du prix du carburant : « on est dans la merde », estime Bah Oury

1 avril 2020 à 13 01 51 04514

Bah Oury, président du parti UDD

La baisse du prix du carburant annoncée hier soir, mardi 31 mars 2020, est unanimement rejetée par les leaders politiques de l’opposition. Interrogé sur le sujet par Guineematin.com, le président de l’UDD, Bah Oury, estime que la réduction de seulement 1000 francs sur le prix du litre de carburant n’aura pas un impact réel sur la vie de la population.

Lire

Baisse du prix du carburant : « je reste encore sur ma faim », réagit Dansa Kourouma

1 avril 2020 à 13 01 23 04234

Dr Dansa Kourouma, président du CNOSCG

Au nom de la flexibilité des prix, les autorités guinéennes ont procédé à un réajustement du prix des produits pétroliers. Désormais, au lieu de 10 000 francs (comme c’était le cas depuis le 1er août 2019), le libre de carburant sera vendu à 9000 francs guinéens à la pompe. Mais, cette baisse de 10% du prix du carburant n’enchante pas les Guinéens. C’est notamment le cas de président du CNOSCG (conseil national des organisations de la société civile guinéenne).

Lire

Baisse du prix du carburant : « c’est une insulte à l’endroit des populations »

1 avril 2020 à 12 12 33 04334

Dr Faya Millimouno, président du Bloc Libéral

Comme annoncé précédemment, la Guinée a connu une légère baisse du prix du carburant à la pompe, passant de 10 000 à 9 000 francs guinéens. Cette mesure, qui entre en vigueur à partir de ce mercredi, 1er avril 2020, est mal perçue par de nombreux compatriotes qui parlent d’une baisse insignifiante. Joint au téléphone ce mercredi par un reporter de Guineematin.com, l’opposant Dr Faya Millimouno, leader du Bloc Libéral, trouve que cette baisse est « une insulte à l’endroit des populations. »

Lire

Ousmane Gaoual sur la baisse du prix du carburant : « c’est une provocation ! »

1 avril 2020 à 12 12 26 04264

Les réactions continuent de se faire entendre au sein de la classe politique guinéenne, particulièrement de l’opposition, depuis l’annonce de la baisse du prix du carburant. Selon cette annonce, faite hier soir, mardi 31 mars 2020, le prix du litre de carburant passe de 10 000 à 9 000 francs guinéens à la pompe. Cette décision du gouvernement guinéen suscite la colère de l’honorable Ousmane Gaoual Diallo. Le député de l’UFDG, interrogé ce mercredi par Guineematin.com sur le sujet, parle d’une provocation à l’endroit du peuple.

Lire

Baisse du prix du carburant : « c’est déplorable et cynique » (Saïkou Yaya)

1 avril 2020 à 11 11 54 04544

Honorable Saïkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’UFR

A travers un communiqué conjoint des ministères des Hydrocarbures, des Finances et du Budget, les autorités guinéennes ont annoncé la baisse du prix du carburant à la pompe. Selon ledit communiqué, à partir de ce mercredi, 1er avril 2020, le prix du litre à la pompe passe de 10 000 à 9 000 GNF sur toute l’étendue du territoire national. Interrogé à ce sujet par un reporter de Guineematin.com, Saïkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’Union des Forces Républicaines (UFR), dénonce une mesure cynique dans une conjoncture où le gouvernement pouvait mieux faire pour soulager les populations.

Lire

Contrôle des prix en situation d’incertitude : une décision à prendre avec beaucoup de prudence

1 avril 2020 à 6 06 37 04374

Lorsqu’il y a pénurie d’un produit (taxi, maison comme c’est le cas en Guinée), toute chose étant égale par ailleurs, son prix a tendance à monter. En des telles circonstances les consommateurs sont mécontents et font pression auprès des hommes politiques pour imposer un prix plafond. Au contraire, lorsqu’il y a abondance d’un produit (par exemple, la récolte du riz a été bonne ou les éleveurs du bétail en ont trop élevé), les prix ont tendance à baisser. En pareil cas, les producteurs et les employés voient leurs revenus baisser constamment et cherchent à faire pression auprès des hommes politiques pour que ceux-ci imposent des prix planchers.

Lire

Guinée : le prix du carburant fixé à 9 000 GNF

31 mars 2020 à 21 09 22 03223

Dans un arrêté ministériel conjoint, signé ce mardi, 31 mars 2020, les ministres Diakaria Koulibaly des Hydrocarbures, Mamady Camara de l’Economie et des Finances, et Ismaël Dioubaté du Budget, annoncent une petite baisse du prix des produits pétroliers en République de Guinée.

Lire

Éradication du Covid-19 en Guinée : un vrai challenge pour les autorités sanitaires

30 mars 2020 à 7 07 56 03563

Libre Opinion : La Guinée fait face actuellement à une crise économique provoquée par la Maladie Coronavirus au début du premier trimestre de l’année 2020. L’existence de cette maladie a été confirmée en Guinée le 12 mars 2020. Selon les statistiques officielles de l’ANSS, la maladie a déjà atteint 16 personnes dont 7 ce dimanche 29/03/2020 et plus 1101 contacts. En dépit des déclarations de l’urgence sanitaire renforcée le 26 mars 2020 suite au discours du Chef de l’Etat guinéen assorties de diverses mesures destinées à restreindre la propagation de la maladie, l’épidémie a déjà touché quelques communes de la capitale Conakry.

Lire

Lutte contre le Coronavirus : voici un communiqué du GOHA

27 mars 2020 à 17 05 37 03373

Chérif Mohamed Abdallah, président du GOHA

Le GOHA adresse ses fraternelles salutations et ses encouragements à l’ensemble des opérateurs économiques de notre pays. Face à la propagation de la pandémie du coronavirus à travers le monde et au grand danger qu’elle engendre pour l’humanité entière, le GOHA :

Lire

UBA Guinée fait une donation au Ministère de la Santé à hauteur de 960 millions GNF pour la lutte contre la pandémie Corona virus

27 mars 2020 à 14 02 00 03003

Suite à l’annonce faite par le Groupe United Bank for Africa Plc (UBA) qui avait annoncé le 26 mars 2020 un don de plus de 14 millions de dollars qui serait réparti entre tous les pays d’Afrique dans lesquels UBA est implanté ; la filiale guinéenne par le truchement de sa Fondation s’est rendue au Ministère de la santé pour apporter sa contribution en vue de soutenir la riposte globale panafricaine contre la pandémie mondiale du coronavirus (COVID-19).

La délégation de la banque, avec à sa tête le directeur général, Monsieur Tony Odeigah a été reçue par son Excellence Mr Remy Lamah Ministre de la santé et son cabinet.

Cette contribution représente un soutien important et opportun car il permettra de fournir à la Guinée du matériel de secours, des équipements de soins essentiels et une assistance.

Dans son adresse de la vieille de la remise en Guinée, Le président du groupe UBA, Tony O. Elumelu, avait déclaré : « Il s’agit d’un moment où nous devons tous jouer notre rôle. Cette épidémie mondiale doit unir les citoyens, les gouvernements et les chefs d’entreprises, et ce sans délai. Étant donné que le nombre de cas de coronavirus augmente rapidement au Nigéria et en Afrique, le secteur privé doit travailler main dans la main avec les différents gouvernements pour endiguer la propagation de cette pandémie mondiale. »

« Nous saluons les efforts des gouvernements et nous sommes disposés à collaborer et à contribuer avec nos ressources à l’effort collectif, qui permettra une riposte rapide et efficace contre la pandémie » a-t-il ajouté.

Présente dans 20 pays africains et au Royaume-Uni, aux États-Unis et en France, United Bank for Africa a une longue expérience de soutien à ses communautés pendant les moments de difficultés.

Transmis par le service de communication de UBA en Guinée

Lire

COVID-19 : l’APB demande à ses adhérents de déployer les gestes barrières

18 mars 2020 à 16 04 37 03373

Guy Laurent FONDJO, Président de l’APB

L’Association Professionnelle des Etablissements de Crédit de Guinée (APB) suit attentivement l’évolution de la crise sanitaire liée à la propagation du virus COVID-19. Dans un contexte où chacun de nous a le devoir de se protéger et de protéger les autres, la profession est pleinement impliquée par la démarche de sensibilisation et totalement concernée par la promotion des règles de prévention recommandées par les autorités sanitaires du pays.

Lire

Perturbations en Guinée : les banques ouvrent le bal demain, jeudi

18 mars 2020 à 12 12 58 03583

Dans une circulaire publiée ce mercredi, la FESABAG annonce la fermeture de toutes les Banques, Assurances et Microfinances de Guinée demain, jeudi 18 mars 2020, de 8 h à 12 h. La Fédération Syndicale des Banques, Assurances et Microfinances de Guinée appelle ses membres à une assemblée générale, qui se tiendra pendant cette période, pour échanger autour du préavis de grève déposé 17 février 2020, par l’USTG et 10 autres centrales syndicales, et qui est arrivé à expiration.

Cette journée est peut-être le début d’une série de perturbations qui devraient toucher tous les secteurs d’activités dans le pays. Car, les travailleurs des Banques, Assurances et Microfinances devraient décider de partir en grève, conformément à la décision qui sera annoncée dans les prochaines heures par les 11 centrales syndicales.

Ces dernières comptent déclencher une grève générale et illimitée pour exiger du gouvernement, l’ouverture de négociations avec le SLECG d’Aboubacar Soumah en vue de mettre fin à la grève des enseignants qui dure depuis plus de deux mois.

Si cette grève est lancée, ce sont tous les secteurs d’activités qui seront touchés. Et, la paralysie des secteurs des banques et de la téléphonie mobile, en plus de celui de l’éducation, sera une situation très difficile à gérer pour le gouvernement, qui fait face également à une crise politique assez tendue.

Le Front National pour la Défense de la Constitution, structure composée des principaux partis d’opposition du pays et d’activistes de la société civile, décide d’empêcher la tenue du double scrutin législatif et référendaire du dimanche 22 mars 2020. C’est dans ce cadre d’ailleurs que le FNDC a appelé à des manifestations dans le pays, la veille et le jour du scrutin.

On s’achemine donc vraisemblablement vers une paralysie générale du pays, qui sera sans doute lourde de conséquences.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com
Tel. 628 12 43 62

Lire