Election de Sissoco Embalo : ce que sa sœur lui demande dans ses relations avec Alpha Condé

2 janvier 2020 à 18 06 20 01201

                            Général Umaro Sissoco Embalo (Guinée Bissau) et Pr. Alpha Condé (République de Guinée)

Comme annoncé précédemment sur Guineematin.com, Umaro Sissoco Embalo a remporté le second tour de la présidentielle en Guinée Bissau avec près de 54% des suffrages exprimés. En Guinée voisine, la grande sœur biologique de l’heureux élu ne cache pas sa joie même si elle n’a pas été surprise. Rencontrée ce jeudi, 2 janvier 2020, par un reporter de Guineematin.com, madame Gnalin Biai qui vit en Guinée depuis 40 ans, a également dit ses attentes de la gouvernance de son petit frère de président.

Lire

Général Umarou Sissoko Emballo : « Alpha Condé ne m’aime pas et a tout fait pour que je ne sois pas élu »

1 janvier 2020 à 19 07 04 01041

Umaru Cissoko, Macky Sall et Cellou Dalein Diallo

« Nous sommes obligés de vivre en paix avec nos voisins immédiats de la sous-région. Même le président Alpha, maintenant que nous sommes des homologues… nous sommes obligés d’oublier tout et de marcher ensemble », a déclaré le Général Umarou Sissoko Emballo, nouveau président élu de Guinée-Bissau, lors d’un entretien accordé à TFM, une télévision privée sénégalaise.

Lire

Guinée Bissau : Umaru Sissoco Emballo devient nouveau chef d’Etat

1 janvier 2020 à 14 02 54 01541

Umaru Sissoco Emballo

C’est dans la matinée de ce mercredi, 1er janvier 2020, que la commission électorale bissau-guinéenne a annoncé les résultats officiels du deuxième tour de l’élection présidentielle. L’ancien Premier ministre, Umaru Sissoco Emballo, remporte la présidentielle avec 53, 55% devant son rival Domingos Simoes Pereira, qui n’a pu recueillir que 46.45% des suffrages exprimés.

Lire

Election présidentielle en Guinée Bissau : en attendant les résultats du second tour

31 décembre 2019 à 11 11 24 122412

Général Umaro El Mokhtar Sissoco Embalo, le président de MADEM-G 15

Après le vote de dimanche dernier, 29 décembre 2019, les bissau-guinéens attendent toujours les résultats provisoires du second tour de la présidentielle pour connaître le nom de leur prochain président de la République. Selon la porte-parole de la Commission nationale électorale (CNE), Felisberta Vaz Moura, les résultats de ce scrutin qui s’est déroulé dans le calme ne seront pas connus avant demain, mercredi 1er janvier 2020.

Lire

Séjour « illégal » en Guinée : un ivoirien jugé à Conakry

31 décembre 2019 à 0 12 50 125012

Dans la matinée de ce lundi, 30 décembre 2019, Mambly François Zengben, de nationalité ivoirienne, a été jugé au tribunal de première instance de Mafanco. Il lui est reproché un « séjour illégal en territoire guinéen », a appris un reporter que Guineematin.com a dépêché sur place.

Lire

Carnet de voyage : à la découverte de deux communes rurales aux contrastes accentués du Baol arachidier, Ndindy et Ngohé

30 décembre 2019 à 14 02 26 122612

Composantes du département de Diourbel, donc partie intégrante du bassin arachidier, les ex-communautés rurales de Ndindy et de Ngohé, érigées en mairies rurales avec l’acte3 de la décentralisation pourraient être considérées comme un échantillon pertinent de compréhension du Baol arachidier voire de tout le bassin arachidier.

Lire

Maroc : plus de 27 000 migrants irréguliers, dont des guinéens, arrêtés en 2019

27 décembre 2019 à 15 03 17 121712

La direction générale de la sûreté nationale (DGSN) du Maroc a rendu public le bilan de ses réalisations en 2019. Dans son communiqué relayé par l’agence officielle Maghreb Arabe Presse (MAP), cette direction a annoncé l’arrestation de 27 317 candidats à la migration irrégulière, dont 20 141 individus de nationalités étrangères au cours de l’année qui s’écoule.

Depuis quelques années, le Maroc est considéré comme un leader international en matière de migration, à cause du nombre important de candidats à l’immigration clandestine vers l’Europe, qui prennent le départ sur ses côtes. Pour inverser la donne, le pays est aujourd’hui en train de déployer de gros efforts pour lutter contre ce phénomène, devenu actuellement une préoccupation mondiale. Et, pour y arriver, le royaume chérifien procède à des arrestations de candidats à cette pratique et au démantèlement des réseaux criminels spécialisés dans la traite des êtres humains et l’organisation de la migration clandestine.

Selon un communiqué de la direction générale de la sûreté nationale marocaine, 505 organisateurs d’opérations de la migration clandestine soupçonnés d’être impliqués dans 62 réseaux criminels spécialisés dans la traite des êtres humains et l’organisation de la migration clandestine ont été arrêtés au cours de l’année 2019 dans le pays. Le même communiqué précise que 27.317 candidats à la migration irrégulière, dont 20.141 de nationalités étrangères ont été arrêtés, et 3.021 faux documents de voyage ou pièces d’identité ont été saisis au cours de cette année qui s’achève.

Des Guinéens dans le lot 

Dans son communiqué, la direction générale de la sûreté nationale marocaine ne cite pas expressément les pays d’origine des 20.141 migrants irréguliers de nationalités étrangères, qui ont été arrêtés au cours de l’année. Mais, il n’y a pas de doute que des guinéens soient parmi ce groupe.

Au cours du mois de septembre dernier, près de 200 guinéens avaient été arrêtés à Nador, une ville située au nord-est du Maroc et à quelques kilomètres à l’est de l’enclave espagnole de Melilla. Ces arrestations avaient eu lieu après la mort suspecte d’un ressortissant guinéen dans la forêt de Nador, où étaient retranchés plusieurs migrants qui voulaient rallier les côtes européennes.

En plus, au cours de l’année 2019, des guinéens (en majorité des candidats à l’immigration clandestine) vivant dans le royaume chérifien, ont alerté à plusieurs reprises sur des cas de chasse à l’homme des services de sécurité marocains, visant des migrants dont des guinéens qui se trouvent en grand nombre dans ce pays.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Lire

Forum panafricain à Nouakchott : Fatou Keita invite les femmes à se réveiller et d’occuper les têtes des organisations

19 décembre 2019 à 17 05 01 120112

Les travaux de la 3ème édition du forum panafricain des jeunes leaders se poursuivent à Nouakchott, en Mauritanie. Ce jeudi, 19 décembre 2019, plusieurs thématiques ont été débattues, notamment celle relative à « la place du leadership féminin dans la construction de l’Afrique que nous voulons ». Cette thématique a été animée par les entrepreneures guinéenne, sénégalaise et mauritanienne respectivement, Fatoumata Keita, Oumou Kann et Fatimatou Mint Abdel Malik.

Lire

Guinée : la délégation du NDI et la KAF demande au « gouvernement » de clarifier sa position sur le cadre constitutionnel

13 décembre 2019 à 20 08 15 121512

Goodluck Jonathan et Nicéphore Soglo

A la faveur d’une conférence de presse organisée dans la soirée de ce vendredi, 13 décembre 2019, dans un réceptif hôtelier à Conakry, la délégation internationale conjointe du NDI (national democratic institute) et la KAF (fondation Kofi Annan) a rendu public les observations préliminaires de sa mission d’évaluation pré-électorale qui s’est déroulée du 09 au 13 de ce mois en cours à Conakry et qui s’est basée sur de nombreuses rencontres avec les acteurs sociopolitiques de la Guinée.

Lire

Coopération Guinée-Libéria : Daniel Ziankahn chez Dr. Mohamed Diané

13 décembre 2019 à 10 10 13 121312

Daniel Ziankahn et Dr. Mohamed Diané

Le ministre d’Etat chargé de la Défense nationale a reçu son homologue libérien, porteur d’un message du président Georges Weah dans la matinée de ce vendredi, 13 décembre 2019, a-t-on appris du ministère guinéen de la défense nationale.

Lire

Conakry : fin des consultations nationales sur l’élaboration de la vision post 2020 de la CEDEAO

12 décembre 2019 à 19 07 35 123512

L’atelier de consultation sur l’élaboration de la vision 2020 de la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’ouest) a pris fin à Conakry ce mercredi, 11 décembre 2019 à Conakry. La démarche vise à collecter des données sur les perspectives et aspirations des populations de la sous région, en vue de permettre l’élaboration de la vision post 2020 de la CEDEAO, dans chaque Etat membre. C’est la Blue zone de Kaloum qui a servi de cadre à la clôture de cet atelier organisé par le Ministère de la Coopération et de l’Intégration Africaine, à travers la direction générale de l’intégration africaine, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Conakry : ce que l’opposition guinéenne a dit à Nicéphore Soglo et Goodluck Jonathan

10 décembre 2019 à 13 01 13 121312

Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG, chef de file de l’opposition guinéenne

Comme indiqué dans une précédente dépêche de Guineematin.com, les anciens présidents du Bénin (Nicéphore Soglo) et du Nigéria (Goodluck Jonathan) sont à Conakry où ils ont entamé leur mission hier, lundi 09 décembre 2019. A la tête d’une importante délégation du National Democratic Institute (NDI) et de la Fondation Kofi Annan (KAF), ces anciens dirigeants Ouest-africains sont venus dans la capitale guinéenne rencontrer les différents acteurs de la crise politique actuelle pour éviter le pire à notre cher pays.

Lire

UNFPA en faveur du renforcement de la lutte contre le VIH et de l’accroissement de la prévention du SIDA et des infections sexuellement transmissibles auprès des personnes vivant avec un handicap en Afrique

10 décembre 2019 à 11 11 51 125112

Mabingue Ngom, directeur régional de l’UNFPA pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre

Communiqué : Dakar, 9 décembre 2019 – L’édition 2019 de la Conférence internationale sur le SIDA et les infections sexuellement transmissibles en Afrique (ICASA 2019) s’est terminée à Kigali, au Rwanda, avec l’engagement du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) de renforcer son rôle de leader au sein de la Coalition mondiale pour la prévention du VIH.

Lire

Bamako : ouverture de la 18ème conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’OMVS

7 décembre 2019 à 14 02 45 124512

La 18ème session ordinaire de la conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Sénégal (OMVS) a ouvert ses portes ce samedi, 7 décembre 2019, dans la capitale malienne. Cette rencontre d’une journée est rehaussée de la présence des dirigeants des différents pays membres de l’organisation sous-régionale dont celui de la Guinée, le Pr Alpha Condé.

L’objectif de cette rencontre- qui se tient au centre international de Conférence de Bamako- est de dresser le bilan des activités réalisées au cours de l’année écoulée et définir les grands axes pour les prochaines échéances.

Dans son Discours de bienvenue, le président malien, Ibrahim Boubacar Keita a d’abord remercié ses homologues guinéen, sénégalais et mauritanien pour le choix porté sur son pays pour abriter cette rencontre. Le chef d’État malien a ensuite demandé à ses paires de redoubler d’efforts pour l’épanouissement de cette organisation.

Au nom des trois autres chefs d’Etat, le président Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani, de la République Islamique de Mauritanie, a remercié et félicité le président malien et son gouvernement pour la qualité de l’accueil et les dispositions prises pour le bon déroulement de cette rencontre, malgré la période sensible du pays.

De son côté, le président Macky Sall, a fait son bilan, en tant que président en exercice de l’Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Sénégal, avant d’évoquer quelques difficultés rencontrées. Un bilan essentiellement consacré à la modernisation de l’organisation, au développement de l’offre d’énergie, du renforcement de la solidarité, mais aussi au développement de la navigation.

Crée en mars 1972, l’OMVS est un organisme inter-État qui regroupe le Sénégal, la Mauritanie, la Guinée et le Mali. Sa vocation est de favoriser un développement intégré et coordonné du bassin du fleuve Sénégal. Cette ambition des États est commandée par des idéaux de solidarité, de partage, d’équité et de culture de la paix.

A suivre !

Lire

18ème session du conseil des Ministres de l’OMVS : voici le discours du Ministre Cheick Taliby Sylla

6 décembre 2019 à 16 04 38 123812

La capitale de la République sœur du Mali abrite depuis hier, Jeudi 05 Décembre 2019, la Session du conseil des Ministres de la 18ème conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Sénégal (OMVS).

Guineematin.com vous propose, ci-dessous l’intégralité du discours du Dr Cheick Taliby Sylla, Ministre guinéen de l’Énergie et président du conseil des Ministres de ladite organisation sous régionale :

Messieurs les Ministres et chers frères ;

Monsieur le Haut-Commissaire de l’OMVS ;

Monsieur le Haut-Commissaire Adjoint de l’OMVS ;

Excellences Messieurs les Ambassadeurs ;

Monsieur le Secrétaire Général de l’OMVS

Messieurs les Présidents des Conseils d’Administration de la SOGED, de la SOGEM, de la SOGENAV, de la SOGEOH et de la SEMAF ;

Messieurs les Directeurs Généraux de la SOGED, de la SOGEM, de la SOGENAV, de la SOGEOH et de la SEMAF ;

Mesdames et Messieurs les Experts ;

Honorables invités ;

Mesdames, Messieurs ;

C’est pour moi un honneur et un grand plaisir de m’adresser à vous ce matin, ici à Bamako, à l’ouverture de la session budgétaire couplée avec la session préparatoire de la XVIIIème Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de notre Organisation.

Permettez-moi, à cette occasion, d’adresser un vibrant hommage à Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA, son Gouvernement et au peuple malien frère pour la qualité et la chaleur de l’accueil qu’ils ont bien voulu réserver à chacune des délégations de nos trois pays.

Je rends un hommage mérité à son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République du Sénégal, Président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’OMVS, à Son Excellence Professeur Alpha CONDE, Président de la République de Guinée et à son Excellence Monsieur Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani, Président de la République Islamique de Mauritanie pour leurs visions, orientations et directives clairvoyantes qui nous ont permis d’enregistrer les brillants résultats depuis la conférence de Conakry.

A vous enfin, Messieurs les Ministres et chers collègues, je voudrais exprimer mes remerciements, pour l’engagement et le don de soi qui vous ont toujours animé pendant les deux années écoulées, pour la cause de notre organisation.

Messieurs les Ministres

Mesdames, Messieurs

Nous voilà réunis aujourd’hui pour examiner les dossiers à soumettre aux plus Hautes Autorités de notre Organisation, sous forme de bilan des deux années écoulées.

En effet, lors de la XVIIème Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement tenue en 2017 à Conakry, le Président en exercice, nous avait fixé des objectifs à atteindre à travers un certain nombre de chantiers prioritaires à réaliser.

Notre instance, le Conseil des Ministres, a suivi régulièrement les structures de l’OMVS dans la conduite de ces chantiers prioritaires.

Comme il l’a rappelé tantôt, dans son allocution, Monsieur le Haut-Commissaire a axé son intervention sur les grandes orientations à savoir la gouvernance du système, l’augmentation de l’offre d’énergie à moindre cout pour nos populations, l’électrification rurale des villages affectés par la construction des barrages et le projet de navigation sur le fleuve Sénégal.

Durant ces deux années et à l’occasion de nos sessions, un point nous a été fait de leur exécution. Aujourd’hui, l’occasion nous est donnée d’en faire un résumé à l’attention de nos Chefs d’Etat.

Ainsi, il est essentiel de nous saisir dès à présent des nombreuses questions de gouvernance qui assaillent notre organisation et ses démembrements, à l’image de certaines sociétés du système OMVS, qui peinent à lancer réellement leurs activités, malgré les ressources humaines, financières et les moyens logistiques mis à leurs dispositions ou bien qui ne remplissent pas leurs obligations contractuelles. Sans vouloir tomber dans l’exhaustivité, il est opportun de mettre en évidence de nombreuses failles qui affectent non seulement l’image de l’OMVS mais également ses capacités d’action au point d’en ébranler les fondements et la philosophie d’intégration.

Messieurs les Ministres

Mesdames, Messieurs

En ce qui concerne la réforme institutionnelle de l’OMVS, nous savons que la procédure de choix d’un consultant pour la prestation a été enclenchée dès le lendemain de la Conférence de Conakry.

Les résultats de ces études et principalement ses recommandations constituent une partie des dossiers qui seront exposés à nos Chefs d’Etat pour adoption au cours du présent Sommet.

A cet effet, j’espère qu’ils nous instruirons d’accélérer la mise en œuvre de ces recommandations et d’ouvrir la voie de la modernisation des structures de notre organisation et d’amélioration de leurs outils de gestion. Ceci passe obligatoirement par notre capacité à les doter de ressources humaines de qualité.

Au titre de la seconde orientation, à savoir l’accroissement de l’offre d’énergie hydroélectrique, les efforts ont été concentrés sur la conduite des projets d’aménagement des barrages hydroélectriques de Koukoutamba et de Gourbassi, tous les deux réalisés selon le mode de financement EPC avec apport de Fonds.

Le projet de barrage de Koukoutamba est au stade de recherche de financement alors que pour celui de Gourbassi nous venons de conclure les négociations du contrat des travaux.

La présente session de notre instance préparatoire de la Conférence doit faire un plaidoyer auprès de nos Chefs d’Etat pour qu’une attention particulière soit portée au traitement des dossiers de ces ouvrages dans nos Etats respectifs, notamment en ce qui concerne les requêtes de financement qui doivent être signées par les Ministres des Finances de nos Etats.

Par ailleurs, un accent particulier sera mis sur la recherche de financement des volets non financés de barrage de Koukoutamba, à savoir le Plan d’Action de Réinstallation (PAR) et la maîtrise d’œuvre des travaux.

Messieurs les Ministres

Mesdames, Messieurs

Concernant les projets d’électrification rurale des villages impactés par nos barrages, il est heureux de constater que l’essentiel des travaux a été réalisé à la date d’aujourd’hui.

Nous engageons les structures de l’OMVS et surtout la SOGEM à mettre en place très rapidement les fonds pour le démarrage des travaux d’électrification rurale dans les trois pays dès janvier 2020 et à finaliser le processus d’ouverture de son capital social à la Guinée/

Messieurs les Ministres

Mesdames, Messieurs

En ce qui concerne le volet navigabilité du fleuve Sénégal, nous notons avec une grande satisfaction les avancées réalisées à la fin de l’année qui s’achève. En effet, nous saluons la signature du contrat commercial le 11 octobre 2019 entre le Haut-commissaire et la Société indienne AFCONS.

Cette étape est très importante et annonce le lancement effectif de la mobilisation du financement. Nous devons, à cet effet, indiquer avec précision à nos Chefs d’Etat, les prochaines étapes qui restent à franchir, afin qu’ils donnent les instructions nécessaires à la réalisation de ce projet majeur de notre Organisation.

Pour ce faire, nous devons examiner et valider la feuille de route élaborée par nos Experts et qui va permettre la mise en œuvre diligente de ce projet en tenant compte des avancées réalisées à la date d’aujourd’hui.

Messieurs les Ministres

Mesdames, Messieurs

En plus des chantiers prioritaires, nous sommes heureux de constater que le Haut-commissariat de l’OMVS ait inscrit sur son agenda d’autres activités non moins importantes.

Ainsi, dans le cadre du PGIRE 2 nous sommes heureux de constater que les résultats sur le terrain sont à présent visibles pour la plupart des composantes, notamment dans les domaines des aménagements hydroagricoles, de santé avec plus de 3,8 millions de moustiquaires Imprégnées à Longue Durée d’Action (MILDA) distribuées dans les quatre Etats et dans les composantes de Planification et de Gestion des ouvrages hydrauliques. Nous avons également noté les progrès enregistrés sur la conduite des projets de navigation par l’acquisition de matériels de balisage et de bathymétrie et divers équipements de surveillance de la navigation et la réhabilitation des infrastructures d’Approvisionnement en Eau Potable.

Nous avons également noté toutes les démarches menées par l’OMVS pour la conduite du Plan d’Action Régional pour l’Amélioration des Cultures Irriguées (PARACI), mais il ne peut y avoir de cultures irriguées sans aménagements agricoles.

L’intérêt de nos partenaires au développement comme la BID, la Banque Mondiale, l’AFD, la BADEA, les Pays-Bas, la Coopération Italienne… augure des lendemains meilleurs pour la réalisation de cet important projet.

Nous saluons également la mise en place effective du Comité de Bassin. Cette activité s’inscrit en droite ligne avec l’esprit d’intégration et de coopération que prône depuis toujours les plus hautes autorités de l’OMVS. Nous espérons que cet organe consultatif jouera pleinement son rôle dès janvier 2020.

Messieurs les Ministres

Mesdames, Messieurs

Nous notons avec satisfaction la validation de l’étude institutionnelle concernant la création de l’Observatoire Régional du Massif du Fouta-Djallon. Nous restons convaincus que la mise en place très rapide d’un tel organe de veille contribuera à maitriser le danger de la dégradation de cet écosystème fragile où se trouvent les têtes de sources du fleuve Sénégal.

Dans un autre registre, en procédant à la relecture des textes de base qui régissent son fonctionnement, le Haut-commissariat de l’OMVS a appliqué les dispositions d’une des Résolutions de la 68ème Session du Conseil des Ministres. Nous l’en félicitons.

Nous examinerons avec une attention particulière les propositions du Consultant qui ont déjà été approuvées par une commission régionale et je vous inviterai, messieurs les Ministres à procéder à la validation de ces documents qui seront mis en vigueur courant janvier 2020.

Messieurs les Ministres

Mesdames, Messieurs

Nous avons noté avec satisfaction la mission conduite par le Haut-Commissaire sur les berges de la Falémé à Kédougou et à Keniéba pour constater les effets de l’orpaillage clandestin sur le fleuve.

Nous encourageons la mise en œuvre de toutes les recommandations issues de cette première mission.

De la même manière, nous saluons et encourageons l’esprit de diversification des sources d’énergie par le développement des parcs solaires qui, nous sommes surs, atténueront les effets nocifs du changement climatique.

Nous soumettrons à la Conférence des Chefs d’Etats pour adoption, une Résolution spécifique concernant l’utilisation du mode de financement Partenariat Public Privé, pour les projets productifs et marchands de notre Organisation.

Messieurs les Ministres ;

Mesdames, Messieurs ;

Avant de finir mon allocution, je voudrais féliciter mon frère le Ministre de l’Eau et de l’Assainissement de la République du Sénégal pour le lancement réussi du processus préparatoire du 9ème Forum Mondial de l’Eau qui sera organisé en terre OMVS du Sénégal en 2021. A ce titre, je voudrais inviter toutes les structures de notre Organisation à s’impliquer totalement dans ce processus afin que ce forum soit un grand succès.

Enfin, je voudrais adresser mes salutations et mes remerciements à tous nos Partenaires au développement dont l’appui constant nous a permis d’engranger tous ces résultats.

En souhaitant pleins succès à nos travaux, je déclare ouverte la Session budgétaire du Conseil des Ministres ainsi que celle préparatoire de la XVIIIème Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de l’OMVS.

VIVE L’OMVS

JE VOUS REMERCIE

Transmis par la cellule de communication du Département

Lire

Appel à candidature : le FIDA recherche des experts en gestion financière

6 décembre 2019 à 11 11 00 120012

Call for interest – Financial Management Consultant Roster – Dakar Hub (Vacancy Announcement Number -1855) 08/11/2019 -31/03/2020)

Contexte organisationnel

Le Fonds international de développement agricole (FIDA) recherche des experts en gestion financière pour participer à des missions à court terme. Les candidats qualifiés seront sélectionnés soit comme « consultants en gestion financière » qui exécuteront les évaluations plus techniques soit comme « consultants d’appui à la mise en œuvre financière » qui se concentreront principalement sur les activités de suivi. Les experts retenus peuvent être recrutés sur une base forfaitaire de 11 mois maximum, la durée de mission étant généralement de 5 à 14 jours.

Le FIDA est une institution financière internationale sous tutelle des Nations Unies spécialisée dans l’élimination de la pauvreté et de la faim en milieu rural, qui investit dans les populations rurales en finançant les programmes et les projets qui accroissent la productivité agricole au niveau local, national et international selon des politiques contribuant à la transformation soutenable et durable du monde rural.

Le Département des opérations financières (FOD) est responsable des opérations de trésorerie, de la gestion financière des actifs, de la comptabilité et du contrôle financier ainsi que de la gestion des risques financiers du FIDA. FOD veille à ce que les ressources financières internes et externes soient utilisées de manière efficiente, économique et efficace pour atteindre les objectifs dans le long terme et tenir ses engagements en matière de développements.

La Division de la gestion financière (FMD), au sein de FOD, supervise les opérations financées par le FIDA, notamment l’audit, la gestion de la trésorerie des projets, la conformité sur le plan fiduciaire et le reportage financier. Dans le monde, il existe actuellement environ 270 projets d’investissements en cours de mise en œuvre, financés par le FIDA, notamment des dons et prêts dans le cadre du mécanisme de prêts et de viabilité de la dette dans plus de 100 pays. FMD est responsable de l’évaluation de la capacité de gestion financière et des risques fiduciaires des projets au moment de la conception et durant la mise en œuvre à travers l’examen des rapports d’audit et aussi à travers le suivi, l’assistance et la supervision fiduciaire.

Principaux résultats attendus / principales activités fonctionnelles

Conformément à l’approche du FIDA en matière de conception et de supervision de projets/programmes, le consultant en gestion financière se servira du questionnaire d’évaluation pour recueillir des informations pertinentes sur les points forts et les points faibles des systèmes de planification financière, des systèmes de contrôles internes et des systèmes de reportage sur la gestion des fonds du projet. Il s’agira notamment de surveiller le respect des obligations fiduciaires requises par le FIDA, d’évaluer l’adéquation des systèmes et d’évaluer l’état d’avancement dans l’exécution financière des projets. Sur la base de ses conclusions, le consultant formulera les recommandations appropriées.

Le consultant peut parfois être appelé à exécuter des activités d’appui à la mise en œuvre, notamment le renforcement des capacités. D’autres missions pourraient impliquer le suivi de tâches spécifiques et l’établissement de la situation de mise en œuvre des recommandations antérieures aux niveaux national, régional et/ou local.

Lien pour postuler

https://job.ifad.org/ –> Vacant posts -> 1855 Call for interest – Financial Management Consultant Roster – Dakar Hub

Lire

Naufrage au large de la Mauritanie : 62 migrants morts en mer (OIM)

6 décembre 2019 à 10 10 33 123312
image d’archive

Le bilan du naufrage survenu le mercredi dernier, 04 décembre 2019, au large de la Mauritanie s’est alourdi. Alors qu’on dénombrait 57 morts hier matin, cinq autres corps ont été retrouvés dans la journée. Ce qui ramène désormais le bilan à 62 morts (dont des femmes et des enfants).

Selon les informations, ce bateau (apparemment c’est une simple pirogue) de migrants est parti de la Gambie le 27 novembre dernier. Il avait à son bord environ 150 personnes dont des femmes et des enfants. « Il s’agissait pour l’essentiel d’immigrants irréguliers qui tentaient de rejoindre l’Espagne en provenance de la Gambie » a précisé le ministère mauritanien de l’Intérieur.

De sources concordantes, les migrants partaient vers les îles Canaries. Mais, l’embarcation de fortune a commencé à prendre de l’eau à environ 25 km au nord de la ville de Nouadhibou, près de la frontière avec le Sahara occidental. « Ils (les migrants) n’avaient plus d’essence, ils ont voulu se rapprocher de la Mauritanie et ont heurté un rocher », a relaté Florence Kim, la porte-parole de l’OIM à Dakar.

Les migrants ont alors quitté l’embarcation à la nage. 83 naufragés (dont dix mineurs, selon l’OIM) sont parvenus à rejoindre le rivage. Mais, 62 autres (dont au moins huit femmes et un enfant) y ont trouvé la mort. « Les victimes ont été enterrées près de Nouadhibou dans la nuit, sans être identifiées », a ajouté Florence Kim, tout en précisant que ce drame est le pire naufrage enregistré cette année sur la route des migrations longeant la côte Atlantique.

Pour de nombreux observateurs, cette situation rappelle, s’il est besoin, la tragédie que cause l’immigration clandestine qui décime la jeunesse africaine et interpelle de plus les dirigeants du contient.

A noter que certains rescapés (fatigués, affamés, le moral à zéro…) ont été hospitalisés en urgence à l’hôpital de Nouadhibou.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Lire

Naufrage de migrants : 57 morts (OIM)

5 décembre 2019 à 9 09 31 123112
image d’archive

En provenance de la Gambie avec environ 150 migrants à son bord, un bateau a sombré hier, mercredi 04 décembre 2019, au large de la Mauritanie. Et, selon l’organisation internationale pour les migrations (OIM), 57 personnes ont perdu la vie dans ce naufrage qui s’est produit dans la soirée.

Pour le moment, les autorités mauritaniennes n’ont fait aucun commentaire sur ce drame ; mais, dans un communiqué, l’OIM a indiqué que 83 occupants de ce bateau ont réussi à atteindre la côte mauritanienne à la nage.

Dans un tweet sur sa page officielle, Laura Lungarotti, chef de mission de l’OIM en Mauritanie, a écrit que « l’OIM travaille avec les autorités mauritaniennes et HCR pour apporter les premiers secours et l’assistance médicale à 83 migrants gambiens qui ont survécu » au naufrage.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Lire

Cyril Ramaphosa chez Alpha Condé : voici le communiqué conjoint

4 décembre 2019 à 20 08 36 123612

A l’invitation de son frère et ami, Son Excellence Professeur Alpha CONDE, Président de la République de Guinée, Son Excellence Cyril Ramaphosa, Président de la République de l’Afrique du Sud, à la tête d’une importante délégation gouvernementale, a effectué du 03 au 04 décembre 2019, une visite d’Etat en République de Guinée.

Cette visite officielle s’inscrit dans le cadre de la consolidation des liens de solidarité, d’amitié et de coopération fraternelle qui ont toujours existé entre la République d’Afrique du Sud et la République de Guinée.

Durant le séjour, les deux Présidents ont eu un large échange de vue sur les relations bilatérales, ainsi que sur les questions régionales et internationales d’intérêt commun.

Au plan bilatéral, les deux Chefs d’Etat ont rappelé les relations historiques d’amitié existant entre les deux pays, nouées pendant la lutte de libération du peuple sud-africain contre l’apartheid. Ils ont relevé et souligné la contribution multiforme apportée par le peuple de Guinée au peuple sud-africain, grâce à l’engagement et au courage du feu Président Ahmed Sékou TOURE, père de l’indépendance de la République de Guinée.

Son Excellence Professeur Alpha CONDE a rendu un vibrant hommage à Feu Nelson Mandela, pionnier de la lutte pour l’émancipation de l’Afrique du sud.

Son Excellence, le Président Cyril Ramaphosa a remercié le peuple de Guinée pour sa contribution et les sacrifices consentis pour la libération de l’Afrique du sud du joug de l’apartheid.

Les deux Présidents ont réaffirmé leur volonté de renforcer et d’approfondir les relations bilatérales par la tenue régulière des sessions des grandes commissions mixtes de coopération dont la troisième est prévue courant 2020 à Conakry.

A cet effet, ils ont instruit leurs Ministres des Affaires Etrangères de procéder à une évaluation de l’état de la mise en œuvre des accords existants entre les deux pays et de programmer la tenue de la 3ème session dans les meilleurs délais.

Ils ont également instruit les Ministres, de procéder ultérieurement à la signature d’autres accords dans différents domaines et de promouvoir les échanges d’experts entre les deux pays.

Au plan africain, les deux Présidents ont réitéré leur engagement en faveur du continent et se sont félicités à cette occasion des positions concertées des Chefs d’Etat de l’Union Africaine, visant à s’exprimer d’une seule voix sur l’ensemble des problèmes régionaux et internationaux.

Abordant les questions de sécurité, les deux Chefs d’Etat ont exprimé leur vive préoccupation face à la montée de l’extrémisme et du terrorisme en Afrique notamment dans la région du sahel et dans certains pays du continent. Ils ont également déploré la prolifération et la circulation illicite des armes légères et de petits calibres.

Les deux Chefs d’Etat ont réaffirmé leur engagement à travailler ensemble à la recherche d’une paix durable et d’un développement économique sur le continent dans le contexte et la mise en œuvre de l’agenda 2063 et de la zone de libre-échange continentale africaine (AFCFTA).

Les deux Chefs d’Etat se sont engagés à une meilleure coordination de leurs actions, sous l’égide de l’Union Africaine pour lutter contre ces fléaux et créer ainsi les conditions favorables à la paix et à la sécurité régionale et internationale et au développement économique des pays africains.

Face à l’acuité de la problématique environnementale, les deux (2) Chefs d’Etat ont exprimé leur soutien à la mise en œuvre de l’accord de Paris (COP21) et ont réaffirmé leur engagement à privilégier la promotion des énergies renouvelables dont son Excellence Professeur Alpha CONDE est le champion au niveau du continent africain.

Sur le plan international, le Professeur Alpha CONDE, Président de la République de Guinée, a saisi l’opportunité de la rencontre pour féliciter l’Afrique du Sud pour son élection comme membre non permanent du conseil de sécurité des Nations Unies pour la période 2019-2020 et futur Président de l’Union Africaine en 2020. Ils ont réitéré leur appel pour la réforme du conseil de sécurité des Nations Unies.

Au terme de sa visite officielle en Guinée, Son Excellence Cyril Ramaphosa, Président de la République d’Afrique du Sud, au nom de sa délégation, a remercié son Excellence Professeur Alpha CONDE, Président de la République, Chef de l’Etat, le gouvernement et le peuple de Guinée pour la qualité de l’accueil, l’hospitalité chaleureuse et fraternelle dont lui-même et sa délégation ont été l’objet durant leur séjour.

Son Excellence Cyril Ramaphosa, Président de la République d’Afrique du Sud, a adressé une invitation à son frère et ami, Son Excellence Professeur Alpha CONDE, Président de la République de Guinée, Chef de l’Etat, à effectuer une visite d’amitié et de travail en Afrique du Sud.

Cette invitation a été acceptée avec plaisir, et la date sera fixée ultérieurement de commun accord par voie diplomatique.

Fait à Conakry, le 04 décembre 2019

Pour le Gouvernement de la République de Guinée, S.E. Madame Diéné KEITA, Ministre de la Coopération et de l’Intégration Africaine

Pour le Gouvernement de la de la République d’Afrique du Sud, H.E Dr Naledi. Pandor, Ministre des relations Internationales et de la Coopération

Le Bureau de Presse de la Présidence

Lire