Double scrutin du 1er mars : ça va acter « l’isolement total » du régime Alpha Condé

28 février 2020 à 18 06 08 02082

Comme annoncé dans nos précédentes dépêches, le pouvoir de Conakry est en train de subir une débâcle en Afrique. Ses pairs du continent ont apparemment décidé de l’isoler avec son « fameux référendum constitutionnel ». Car, après l’organisation ouest africaine, la CEDEAO (communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest), c’est l’Union africaine qui vient de créer un fossé entre lui et le régime d’Alpha Condé.

Lire

Pendant que le médiateur est emballé par une crise interne, Emballo prête serment

28 février 2020 à 13 01 08 02082

Il l’avait promis. Il l’a fait. Umaru Sissoco Emballo a prêté serment hier, jeudi 27 février 2020. La cérémonie s’est déroulée dans un hôtel de la capitale, Bissau. Preuve que cette investiture ne marque pas la fin de la crise post-électorale consécutive à la présidentielle du 29 décembre 2019. Loin de là. Le Premier ministre crie au coup d’Etat. Sa victoire reconnue plusieurs fois par la CENI, le général Sissoco entend désormais exercer ses fonctions de chef d’Etat. D’autant plus que son prédécesseur a quitté le palais présidentiel aussitôt après sa prestation de serment.

Lire

Elections du 1er mars en Guinée : l’UA rappelle sa mission d’observation électorale

28 février 2020 à 12 12 22 02222

Un nouveau coup dur pour les autorités guinéennes qui se font isoler au fur et à mesure qu’approchent les élections législatives et le référendum constitutionnel du 1er mars 2020. Un double scrutin contesté par l’opposition guinéenne, qui menace d’empêcher le vote. Après le retrait de l’OIF du processus électoral, l’annulation de le venue en Guinée d’une mission de chefs d’Etat de la CEDEAO et de la mission d’observation électorale de l’organisation sous régionale, c’est au tour de l’Union africaine de s’éloigner du processus électoral.

Lire

Mission de chefs d’Etat à Conakry : la CEDEAO dément la présidence guinéenne

28 février 2020 à 8 08 44 02442

La présidence de la République de Guinée avait tenté de démentir l’information révélée par RFI et annonçant l’arrivée avortée d’une mission de chefs d’Etat de pays membres de la CEDEAO en Guinée. Quelques heures plus tard, la commission de la CEDEAO a publié un communiqué confirmant le report de la venue d’une mission de bonne volonté de l’organisation sous régionale, qui devait arriver ce vendredi, 28 février 2020, à Conakry. Elle a annoncé également avoir renoncé à déployer une mission d’observation des élections législatives et du référendum constitutionnel du 1er mars prochain en Guinée.

Guineematin.com vous livre ci-dessous le communiqué de la commission de la CEDEAO.

COMMUNIQUE DE LA COMMISSION DE LA CEDEAO

 

1-   Une mission des Chefs d’Etats de la CEDEAO conduite par S.E.M ISSOUFOU MAHAMADOU, Président de la République du Niger, Président en exercice de la CEDEAO, était prévue arriver à Conakry, en République de Guinée, le vendredi 28 février 2020.

 

2-   Cette mission de bonne volonté, composée des Présidents du Nigéria, du Burkina Faso et du Ghana avait pour objectif de porter un message de paix et de solidarité à l’endroit du peuple et du gouvernement guinéens, dans une période importante pour ce pays frère.

 

3-   La mission des Chefs d’Etat, visait également à rencontrer SE Professeur Alpha Condé, Président de la République de Guinée et à s’informer auprès de lui sur les préparatifs et le déroulement des élections législatives et référendaires prévues le 1er mars 2020.

 

4-   Cette mission a malheureusement dû être reportée compte tenu de certains engagements et contraintes liés au calendrier électoral du Président de la République de Guinée.

 

5-   A quelques jours des scrutins, l’existence de certains facteurs qui laissent supposer que la situation sur place n’est pas exempte de tout risque, il a été demandé à la Commission de renoncer à déployer une mission d’observation des élections.

 

6-   La Commission reste toujours disponible pour apporter son soutien à la Guinée et exhorte toutes les parties à agir dans le sens de la préservation de la paix et de la cohésion sociale dans l’intérêt de la Guinée.

 

Fait à Abuja, le 27 février 2020

 

 

 

Lire

Faya Millimono : la CEDEAO doit « appuyer le FNDC pour mettre Alpha Condé hors d’état de nuire »

27 février 2020 à 10 10 46 02462

Dr. Faya Millimono, président du parti Bloc LibéralComme annoncé dans nos précédentes publications, le président Alpha Condé a refusé de recevoir demain vendredi, 28 janvier 2020, une délégation de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui tenait à le rencontrer. Cette fin de non-recevoir accordée à 4 présidents de la CEDEAO, annoncée par Radio France Internationale (RFI), est mal perçue par les opposants au président Alpha Condé qui dénoncent une volonté de faire isoler notre pays.

Lire

Refus d’Alpha Condé de recevoir une délégation de la CEDEAO : Cellou Baldé réclame des mesures draconiennes

27 février 2020 à 10 10 32 02322

Comme annoncé précédemment, le président Alpha Condé a refusé la venue d’une délégation de la CEDEAO qui devait arriver demain, vendredi 28 février 2020, à Conakry, pour tenter de trouver une solution à la crise politique qui secoue le pays. Une crise liée à l’organisation du double scrutin (élections législatives et référendum constitutionnel) du 1er mars prochain, contesté par l’opposition.

Lire

Egypte : décès de l’ancien président Hosni Moubarak

25 février 2020 à 14 02 28 02282

L’ancien président Egyptien, Hosni Moubarak, est décédé ce mardi, 25 février 2020, à l’hôpital militaire Galaa au Caire, la capitale du pays. L’annonce de son décès a été faite par les membres de sa famille puis communiquée par la télévision d’Etat égyptienne.

Hosni Moubarak, né le 4 mai 1928, tire sa révérence à l’âge de 91 ans. Il est arrivé au pouvoir le 14 octobre 1981, suite à l’assassinat du président Anouar-El-Sadate.

Après 30 ans de gestion du pays d’une main de fer, Hosni Moubarak a démissionné de son poste de président sous la pression populaire le 11 février 2011, au début du printemps arabe qui a balayé Kadhafi (Lybie) et Ben Ali (Tunisie). Comme par hasard, l’ancien dirigeant égyptien décède en février 2020.

Il faut préciser que Muhammad Hosni El Sayed Moubarak avait été emprisonné pour des faits de corruption pour avoir ordonné le meurtre de manifestants, notamment de la place Tahrir. Après avoir été acquitté de certaines charges qui pesaient sur lui, Moubarak a été remis en liberté en 2017, apprend-on.

Selon nos sources, la présidence égyptienne va se charger de l’organisation des obsèques de l’ancien président qui a dirigé l’Égypte pendant 3 décennies.

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Lire

Un mort à l’ambassade de Guinée en Sierra Leone : des témoins rejettent la version officielle

23 février 2020 à 15 03 30 02302

Abdoulaye Diallo, tué dans les violences survenues le samedi, 22 février 2020, à l’ambassade de Guinée en Sierra Leone

Comme annoncé précédemment, une personne a été tuée dans des violences qui ont eu lieu le samedi, 22 février 2020, dans l’enceinte de l’ambassade Guinée en Sierra Leone. Peu après les incidents, le ministère des Affaires étrangères et des Guinéens de l’étranger a publié communiqué dans lequel il parle d’une « attaque » de la représentation diplomatique de la Guinée par des « militants de l’opposition ». Le département avait laissé entendre aussi que le manifestant tué a été pris pour un voleur par des populations environnantes.

Mais, des témoins qui ont assisté à la scène rejettent cette version des autorités guinéennes. Selon l’un d’entre eux, interrogé par Guineematin.com, il ne s’agit pas d’une attaque contre l’ambassade mais plutôt d’un affrontement entre militants du RPG Arc-en-ciel et de l’opposition. Et c’est dans cet affrontement, dit-il, qu’un partisan de l’opposition guinéenne a été tué.

« On était partis pour récupérer nos cartes d’électeurs. Mais, la majorité des cartes trouvées sur place était pour les militants du parti au pouvoir, le RPG Arc-en-ciel. Donc, les militants de l’opposition qui étaient venus en nombre, n’ayant pas pu retrouver leurs cartes, ont demandé des explications. C’est ainsi que la tension est montée d’un cran, et finalement les choses ont tourné à l’affrontement. C’est dans ces heurts que Abdoulaye Diallo a été pris à partie par des militants zélés du parti au pouvoir. Il a été battu à mort par ces derniers », explique ce citoyen guinéen vivant à Freetown.

A noter que la victime, Abdoulaye Diallo, était cambiste de profession. Il est originaire de la sous-préfecture de Bourouwal-Sounki, dans la préfecture de Télimélé.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Attaque contre l’ambassade de Guinée en Sierra Léone : un mort et des cartes d’électeurs détruites

22 février 2020 à 19 07 32 02322

L’ambassade de Guinée en Sierra Leone attaquée par des manifestants

L’information a été donnée par le ministère guinéen des Affaires étrangères et des Guinéens de l’étranger. L’ambassade de Guinée en Sierra Léone a été attaquée ce samedi, 22 février 2020, par « des militants de l’opposition » guinéenne. Un manifestant a été tué et des cartes d’électeurs détruites, a appris Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Le département précise que la victime a été prise « pour un voleur par les populations environnantes », ajoutant qu’un policier Sierra-léonais a aussi été battu par les manifestants. « Mais son état de santé reste stable selon nos informations ». Le ministère guinéen des Affaires étrangères et des Guinéens de l’étranger souligne également « la destruction d’une trentaine de cartes d’électeurs par les manifestants ».

Le département, dirigé par Mamadi Touré, indique que la Chancellerie est actuellement sous haute surveillance et que les autorités sierra léonaises annoncent l’ouverture d’une enquête dans les heures qui suivent pour identifier les auteurs de cette attaque.

Cette attaque intervient à moins de 10 jours du double scrutin (élections législatives et référendum constitution » du 1er mars 2020, qui se prépare dans un contexte de tensions en Guinée. Les principaux partis d’opposition du pays et les activistes de la société civile membres du FNDC, promettent d’empêcher la tenue de ces élections.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Guinée Bissau : communiqué du collectif des avocats du président élu, Général UMARO SISSOCO EMBALO

21 février 2020 à 7 07 04 02042

Général Umaro El Mokhtar Sissoco Embalo, président élu de Guinée Bissau

Préliminaires

Le peuple de Guinée-Bissau et la communauté internationale ont été surpris par une nouvelle décision de la Cour suprême de justice sur le pseudo-contentieux électoral en cours. D’un point de vue juridico-politique, le jugement n ° 3/2020 du 14 février souffre de nombreuses illégalités, ambiguïtés et incohérences que nous devons dévoiler ici :

  1. Jugement extemporané

 L’arrêt numéro 3/2020 du 14 février de Cour Suprême de Justice (CSJ) a été notifié aux parties 72 heures après la fin du délai des contre-allégations relatives au recours présenté lorsque, aux termes de la loi électorale, la CSJ devait se prononcer et communiquer cette décision au délai maximum de 48 heures à compter de la fin de la période pour le dépôt des contre-allégations (cf. art.147º n.1 de la loi électorale).

Lire

Non-assistance aux blessés en Guinée : le CICR répond au FNDC

20 février 2020 à 9 09 01 02012

Le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) a répondu la lettre ouverte que le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) lui a adressée à la date du 18 février 2020. L’organisation internationale dit avoir pris bonne note du courrier, dans lequel le FNDC dénonce le refus de la Croix-Rouge guinéenne de porter assistance aux personnes blessées lors des manifestations contre un troisième mandat organisées depuis octobre dernier en Guinée. Le CICR invoque des raisons sécuritaires qui empêchent le CRG de travailler convenablement mais promet de faire en sorte qu’une solution soit trouvée le plus rapidement possible à cette situation.

Objet : Guinée: Lettre ouverte du FNDC au CICR

Date : 19 février 2020

A l’attention de M. Abdourahmane SANO, coordonnateur du FNDC

Cher M. Sano,

Nous avons pris bonne note de votre lettre ouverte à l’attention de notre Directeur Général. Le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) suit de près la situation humanitaire en Guinée, où il soutient la Croix-Rouge Guinéenne (CRG), son principal partenaire.

Les équipes de la CRG ont porté secours aux victimes des violences survenues lors des manifestations organisées par le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) mi-octobre 2019. Elles ont notamment transporté plusieurs dizaines de blessés vers des structures hospitalières, après leur avoir prodigué les premiers soins, et déposé des dépouilles mortelles dans ces mêmes structures.

Depuis lors, les garanties de sécurité sont malheureusement insuffisantes pour que la CRG puisse effectuer ce travail.

Le CICR et la CRG vont intensifier leur dialogue bilatéral avec les parties concernées, afin de trouver une solution le plus rapidement possible. Porter assistance aux victimes de violences est une priorité pour nos deux organisations.

Par ailleurs, le 4 février 2020 à Conakry, le CICR a effectué une visite à des personnes détenues en lien avec des violences en Guinée.

Nous espérons pouvoir vous rencontrer la semaine prochaine à Conakry pour parler plus en détail de ces importants sujets.

Avec nos meilleures salutations, CICR – Délégation Régionale à Abidjan

Lire

Rencontre avec la CEDEAO, lutte du FNDC, affaire FCFA… Cellou Dalein à Guineematin

18 février 2020 à 20 08 56 02562

La communauté internationale a les yeux rivés sur la Guinée ces dernières semaines, au moment où l’on s’achemine vers les contestées élections législatives du 1er mars 2020, couplées au référendum constitutionnel. Après la résolution de l’Union Européenne qui accable notre pays, c’est la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui envoie une mission en Guinée pour échanger avec les acteurs sociopolitiques.

Lire

CHAN 2020 : la Guinée logée dans la poule D avec la Zambie

18 février 2020 à 13 01 09 02092

Le tirage au sort de la sixième (6ème) édition du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) de football, a eu lieu hier, lundi 17 février 2020. C’est le président de la Confédération Africaine de Football (CAF), Ahmad Ahmad, qui a présidé la cérémonie qui s’est tenue à Yaoundé, la capitale du Cameroun. Le Syli National de Guinée se retrouve dans la poule D, en compagnie de la Zambie notamment, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le CHAN, une compétition de football réservée aux joueurs évoluant dans les clubs des championnats africains, se jouera entre le 4 et le 25 avril au Cameroun. Au total, seize (16) pays, dont la Guinée, vont prendre part à ce tournoi qui est à sa 6ème édition.

La Guinée, qui est à sa 3ème participation, est logée dans la poule D et aura comme adversaires la Zambie, la Tanzanie et la Namibie. Éliminée dès le premier tour de la compétition en 2018 au Maroc, le Syli de Guinée dirigé par Kanfory Lappé Bangoura, devra sortir le grand jeu pour se tirer d’affaires et rééditer la performance de 2016. Année à laquelle la Guinée avait laissé une forte impression en terminant 4ème de la compétition qui s’était jouée au Rwanda.

Guineematin.com vous propose ci-dessous l’intégralité de ce tirage :

Groupe A : Cameroun, Mali, Burkina Faso, Zimbabwe

Groupe B : Libye, RDC, Congo, Niger

Groupe C : Maroc, Rwanda, Ouganda, Togo

Groupe D : Zambie, Guinée, Namibie, Tanzanie

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel: +224 622 07 93 59

Lire

Crise politique en Guinée : voici la résolution ferme du Réseau Libéral Africain contre le régime d’Alpha Condé

18 février 2020 à 12 12 50 02502

La crise socio-politique guinéenne continue de susciter des réactions en Afrique et à l’international. Après la récente résolution du parlement européen contre le pouvoir de Conakry, c’est au tour du Réseau Libéral Africain (RLA) d’apporter son soutien à ceux qui luttent contre le projet de nouvelle Constitution en Guinée, qui donnerait la possibilité au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat. A l’issue de sa 16ème Assemblée générale tenue du 13 au 15 février 2020, à Ouagadougou, au Burkina Faso, ce réseau comprenant 47 partis politiques venant de 33 pays africains, a exprimé sa préoccupation face « aux risques et menaces que comporte ce changement de Constitution sur la démocratie, la paix et la stabilité du pays et de la sous-région ».

Le RLA demande à la CEDEAO, à l’Union africaine, à l’Union européenne et aux Nations Unies à user de leur influence pour amener le chef de l’Etat guinéen « à renoncer à son projet illégal et conflictogène de troisième mandat, à organiser des élections libres, transparentes et inclusives sur la base d’un Fichier électoral consensuel reflétant fidèlement la réalité du corps électoral… ».

Guineematin.com vous propose ci-dessous la résolution du Réseau Libéral Africain

Résolution du Réseau Libéral Africain du 15 Février 2020 sur la crise socio-politique en République de Guinée

Le Réseau Libéral Africain,

-Vu sa résolution antérieure sur la République de Guinée du 30 décembre 2019, -Vu la Déclaration Universelle des droits de l’homme de 1948,

-Vu le Pacte international relatif aux droits civils et politiques de 1966,

-Vu la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, adoptée le 27 juin 1981 et entrée en vigueur le 21 octobre 1986,

-Vu la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance adoptée le 30 janvier 2007,

  • Vu le Protocole de la CEDEAO A/SP1/12/01 sur la démocratie et la bonne gouvernance additionnel au protocole relatif au mécanisme de prévention, de gestion, de règlement des conflits, de maintien de la paix et de la sécurité de 2001,

-Vu la Constitution de la République de Guinée, approuvée par le Conseil national de transition le 19 avril 2010 et adoptée le 7 mai 2010,

-Vu le Manifeste libéral panafricain adopté en 2012, -Vu le Manifeste Libéral adopté à Andorre en 2017,

Considérant les récents développements de la crise politique en Guinée née de la volonté du Président de la République, Alpha Condé, de changer de Constitution à l’effet de s’octroyer un troisième mandat ;

Considérant que cette initiative du Président guinéen est source de violences et constitue une menace pour la démocratie, la paix et la stabilité ;

Rappelant son attachement à la limitation des mandats présidentiels, tel qu’indiqué dans le Manifeste libéral panafricain adopté lors de son Assemblée Générale à Abidjan en 2012 ;

Convaincu que la limitation constitutionnelle des mandats présidentiels favorise l’alternance démocratique et évite la détention du pouvoir suprême par une seule personne pendant une période prolongée ;

Désapprouvant toute tentative de remise en cause d’une telle disposition dès lors qu’elle est adoptée par un État ;

Condamnant l’obstination du Président guinéen à changer la Constitution de son pays à huit mois de la fin de son second et dernier mandat dans le seul but de pouvoir briguer, à 83 ans, un troisième mandat ;

Le RLA soutient et encourage le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) – coalition des partis politiques de l’Opposition, des syndicats et des organisations de la société civile- qui se bat avec courage et détermination contre ce projet de changement de Constitution malgré la répression impitoyable dont ses partisans font l’objet.

Le Réseau Libéral Africain est fortement préoccupé par l’usage récurrent des armes létales en Guinée lors des manifestations politiques ou syndicales. Ces pratiques, encouragées par l’impunité dont jouissent les agents des forces de défense et de sécurité, ont déjà occasionné la mort par balles de 134 manifestants dont une trentaine lors des manifestations contre le changement de Constitution.

Le Réseau Libéral Africain condamne ces violations des droits humains et des libertés fondamentales qui sont contraires à la Constitution et aux lois guinéennes, mais également aux engagements internationaux de la République de Guinée.

En raison des risques et menaces que comporte ce changement de Constitution sur la démocratie, la paix et la stabilité du pays et de la sous-région, soucieux d’éviter à la Guinée un autre épisode de violences électorales, et conformément aux principes sur la réforme politique et les droits civiques du Manifeste libéral pour l’Afrique, le Réseau Libéral Africain demande à la CEDEAO, à l’Union africaine, à l’Union européenne et aux Nations Unies à user de leur influence pour amener Monsieur Alpha Condé à :

  1. arrêter de massacrer ses compatriotes ;
  1. respecter la Constitution de son pays en renonçant à son projet illégal et conflictogène de troisième mandat ;
  2. parachever les élections locales conformément au Code électoral et à l’Arrêt de la Cour suprême rendu le 26 Décembre 2019 ;
  3. organiser des élections libres, transparentes et inclusives sur la base d’un Fichier électoral consensuel reflétant fidèlement la réalité du corps électoral ;
  4. ouvrir un dialogue de bonne foi avec l’Opposition, conformément à la demande du Conseil inter-religieux, pour aplanir les divergences et organiser des élections libres, transparentes et inclusives aussi bien pour les législatives que la présidentielle de 2020 ;
  5. diligenter des enquêtes sérieuses pour identifier et déférer devant les tribunaux les auteurs des crimes lors des manifestations contre le troisième mandat.

Ouagadougou, le 15 Février 2020

Lire

L’opposition écrase le régime Alpha Condé à l’international : une autre résolution contre un 3ème mandat en Guinée

17 février 2020 à 7 07 04 02042

Le Chef de File de l’Opposition guinéenne de présider un panel intitulé : « Défendre les institutions démocratiques des empiétements autoritaires ». Il était assisté dans l’animation du panel par deux anciens Présidents du RLA, Lamine Ba du Sénégal et Olivier Kamitatu de la RDC. Le débat a essentiellement tourné sur la question de savoir comment rendre effectives la séparation des pouvoirs et l’indépendance des institutions avec des Exécutifs dirigés par des présidents omnipotents et souvent sans scrupules…

Lire

FIKA 2020 : le rôle de la femme dans l’intégration économique, au centre des débats

10 février 2020 à 15 03 53 02532

La Foire Internationale de Kaolack (FIKA) 2020, dont la Guinée est le parrain, a mis un accent sur le rôle des femmes entrepreneurs et leaders dans l’intégration sous régionale. C’est dans ce cadre qu’une journée a été dédiée au réseau des femmes entrepreneures et leaders sénégalo-gambiennes pour un forum sur la question. La rencontre a connu la présence des ministres de la femme du Sénégal et de la Guinée ainsi que des délégations venues de plusieurs d’Afrique de l’ouest, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com sur place.

Lire

Addis-Abeba : tapis rouge pour Umaro Sissoko Embalo

9 février 2020 à 17 05 11 02112

Le président déclaré élu de la Guinée-Bissau (mais contesté par son adversaire), Umaro Sissoko Embalo, est présent au 33ème sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba. Il est arrivé hier, samedi 8 février 2020, dans la capitale éthiopienne où il a été accueilli par son « homologue », la présidente Sahle-Work Zewde, avec « tous les honneurs » comme on peut le lire sur sa Page Facebook en français. Tout le protocole entourant l’accueil d’un chef d’État en exercice a été déployé.

Lire

33ème sommet de l’Union africaine : la Libye, la Zlec… au menu des travaux

8 février 2020 à 14 02 00 02002

Le 33ème sommet de l’Union africaine se tiendra les 9 et 10 février 2020, à Addis-Abeba, en Ethiopie. Il va réunir les chefs d’Etat et de gouvernement du continent, dont le guinéen Alpha Condé. Au nombre des sujets qui seront débattus, la crise libyenne et la mise en œuvre de la zone de libre-échange continentale (Zlec), a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Lire

Foire de Kaolack (Sénégal) : la relance de la filière arachidière au centre des débats

7 février 2020 à 10 10 57 02572

La relance de la filière arachidière au Sénégal est l’un des sujets au menu de la 5ème édition de la Foire Internationale de Kaolack (FIKA). Une journée d’échange et de diagnostic sur la filière a été organisée hier, jeudi 06 février 2020. C’était en présence de nombreux pays qui prennent part à cette foire internationale, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com sur place.

Lire