N’Zérékoré : l’ONG Fraternité des prisons de Guinée vole au secours de la maison centrale

11 janvier 2021 à 17 05 17 01171

Dans le cadre de la lutte contre la pandémie du coronavirus et de son assistance aux personnes privées de liberté, l’ONG Fraternité des prisons de Guinée vient de faire un important geste en faveur de la maison centrale de N’Zérékoré. Elle a offert des kits sanitaires, des nattes, des habits et des couvertures à cette prison. La cérémonie de remise de ce don a eu lieu le samedi dernier, 9 janvier 2021, a constaté Guineematin.com à travers son correspondant dans la ville.

Lire

Lambert Zogbélémou intronisé patriarche de N’Zérékoré : « je tends la main à tout le monde »

9 janvier 2021 à 7 07 16 01161

Goïkoya Lambert Zogbélémou, intronisé nouveau patriarche de N’zérékoré

Est-ce la fin de la crise autour du contrôle du patriarcat de N’Zérékoré ? Rien n’est pour l’heure certain. En tout cas, le camp de Goïkoya Lambert Zogbélémou a décidé de passer à la vitesse supérieure. Il a intronisé le patriarche de son choix hier, vendredi 8 janvier 2021, rapporte le correspondant de Guineematin.com à N’Zérékoré.

Lire

N’Zérékoré : Goïkoya Lambert Zogbélémou en phase d’être intronisé patriarche de la ville

8 janvier 2021 à 17 05 24 01241

C’est un tournant à 180° que vient de prendre l’affaire de patriarcat dans la capitale de la région forestière. Malgré le bicéphalisme qui existe dans la famille Zogbéla pour la succession du défunt patriarche Molou Holomo Hazaly Zogbélémou, les groupes de soutient du colonel à la retraite Goïkya Lambert Zogbélémou, de passer à la vitesse supérieure.

Lire

Violences communautaires à Macenta : réaction de Dr Mouctar Diallo (ONG Alternative Citoyen de Guinée)

7 janvier 2021 à 17 05 48 01481

Docteur Mouctar Diallo, président de l’ONG Alternative Citoyen de Guinée

Les violences communautaires enregistrées récemment à Macenta ne laissent pas indifférent Docteur Mouctar  Diallo, président de l’ONG Alternative Citoyenne Guinée. Le président de cette ONG qui prône la paix et la cohésion sociale demande aux guinéens de rester une et indivisible en prônant « le vivre ensemble »…
Ci-dessous, Guineematin.com vous propose son message d’appel à la paix :
Concitoyens Guinéens, nous  traversons un moment très difficile dans notre pays avec ces violences à caractère communautaire.  Bien entendu, chez Alternatives Citoyenne Guinée, nous suivons de très près les actes de violences communautaires qui se sont produits dans la région forestière, précisément dans la préfecture de Macenta. Ces actes, nous les déplorons amèrement. J’aimerais une fois encore dire combien de fois nous sommes choqués et peinés pour les  victimes. Nous adressons nos condoléances à leurs proches.
Nous souhaitons et plaidons pour la paix et la justice dans notre pays.
Nous  prions aux victimes de ces violations de pardonner à leurs bourreaux et d’oublier le passé au nom de la paix et de la réconciliation nationale et de changer les douleurs en une union positive. Nous sommes une seule famille qui est indivisible. Alors, il faut toujours apaiser les situations. C’est  pourquoi un groupe composé des Manians avec des pilotes Tomas serait un bon exemple de cellule de gestion de la crise dans cette période difficile à Mettre.
En pleine crise dans notre pays, on se demande à quoi servent nos intellectuels, nos Imans, nos Prêtres d’aujourd’hui ? Et pourtant, ces élites qui sont écoutées par le grand public doivent jouer leurs rôles essentiels.
Mais, on se pose aujourd’hui la question de savoir s’ils sont morts. À cette question, j’estime que s’ils ne sont pas morts du moins qu’ils sachent que le pays ou une partie du pays est en crise. Alors, à quoi peuvent-ils bien servir pour la quiétude, le vivre ensemble entre la grande communauté guinéenne ? À être au service de la nation, à faire tomber le mur de la division, à créer un pont entre  nos communautés et enfin rouvrir un futur  radieux.
Les intellectuels, les Iman, les Prêtres sont, avant tout d’abord, des gens qui doivent mettre leurs compétences au service de leur cité et de leur citoyens. Donc, voilà la tâche de tout leader d’opinion, quelque soit son rang. Puisque ce sont des intellectuels avertis, ils doivent s’adresser aux citoyens, aux communautés à la base en trouvant des pistes de solutions tout en faisant la part des différentes  préoccupation citoyenne.
Donc, le rôle de ces leaders, c’est de guider les citoyens, les orienter, aider les gens à se responsabiliser à tous les niveaux parce qu’ils occupent une fonction qui les positionne au devant de la scène. Nos intellectuels doivent participer à diagnostiquer les causes des phénomènes qui menacent le vivre ensemble de notre peuple.
La tension entre les communautés doit atteindre son point de chute. Il est nettement préférable, d’ailleurs c’est même une priorité d’avoir un bel accord négocié pacifiquement sur la manière dont toutes les communautés guinéennes peuvent mieux vivre ensemble dans nos villes, favoriser l’insertion économique des personnes en difficulté et aider les plus démunies à reconquérir leur dignité
Chers guinéens, quand nous voyons des événements comme ceux qui se produisent dans les régions comme le Moyen-Orient et ailleurs, cela nous révèle à quel point il est précieux de réussir si bien à vivre ensemble dans notre diversité. Et pour y arriver, il faut la contribution de chacun de nous. Si nous prenons l’école comme exemple, dès l’école maternelle, l’objectif est de préparer les élèves à bien vivre ensemble par l’appropriation progressive des règles de la vie collective.
Si nous espérons atteindre le « vivre-ensemble » auquel tous les Guinéens aspirent, il nous faudra au préalable la  réconciliation. La réconciliation est un moyen d’aller de l’avant.
Cette Guinée si riche et si belle de par sa population et par son paysage, doit être un havre de paix. Un pays où il fait bon vivre en tenant compte de nos différences qui ne sont que des atouts et non des obstacles au développement de notre terre commune.
Cependant, l’espoir est permis ; mais, le chemin à parcourir est long et semé d’embuches. Seulement, grâce à la conviction et à la détermination des acteurs de la nation, il est possible collectivement de construire un avenir sûr pour tous. L’espace public, dont la principale caractéristique est d’amener des citoyens très différents à vivre ensemble, nécessite le respect de règles communes visant la protection des libertés individuelles.
Docteur Mouctar Diallo, président de l’ONG Alternative Citoyen de Guinée
Lire

Déclaration de la Communauté Mania à Conakry

6 janvier 2021 à 9 09 25 01251

Suite aux graves violences dans lesquelles Macenta a été plongé du 26 au 27 Décembre 2020 , nous les membres de la Communauté Mania à Conakry présentons nos sincères condoléances aux familles éplorées d’une part, et de l’autre, lançons un appel solennel aux autorités à tous les niveaux , pour que soit enfin étouffé ce feu de guerre ethnocentriste mis et entretenu par certains hauts cadres et leurs suivants.

Lire

Bounouma (N’Zérékoré) : un présumé bandit brûlé vif par des jeunes en colère

30 décembre 2020 à 19 07 27 122712

Une vindicte populaire a eu lieu ce mercredi, 30 décembre 2020, à Bounouma, une sous-préfecture située à 12 kilomètres de la ville de N’Zérékoré. De nombreux jeunes en colère ont brûlé vif un présumé bandit devant le poste de gendarmerie de cette localité. La victime est accusée d’avoir assassiné un conducteur de taxi moto avant d’emporter sa moto, a appris Guineematin.com à travers son correspondant à N’Zérékoré.

Lire

Stigmatisation de Bambéto : la coordination des unions forestières condamne la « sortie maladroite » du ministre Oyé Guilavogui

29 décembre 2020 à 17 05 55 125512

Les réactions se multiplient suite à la déclaration du ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts, Oyé Guilavogui, qui s’exprimait sur les violences intercommunautaires enregistrées les 26 et 27 décembre 2020. La coordination nationale des unions forestières dénonce et condamne une « sortie maladroite » et demande au ministre de présenter des excuses publiques.

Lire

17 morts à Macenta : le parlement des jeunes réclame des poursuites judiciaires contre le ministre Oyé Guilavogui

29 décembre 2020 à 16 04 14 121412

Thierno Abdoul Bah, Directeur Exécutif du Parlement des Jeunes Leaders de la Société Civile Guinéenne

Le 26 décembre 2020, de violents affrontements ont opposé les communautés Toma et Manians, qui se disputent la paternité de la ville de Macenta. Le Ministre d’Etat chargé de l’environnement, qui est originaire de cette ville du Sud de la Guinée, dans une de ses déclarations a demandé aux jeunes de faire en sorte que Macenta ne ressemble pas à Bambéto, alors que le bilan officiel fait état de 17 morts et d’une trentaine de blessés.

Lire

Conflit autour du Patriarcat de N’Zérékoré : « David n’est pas l’émanation des familles Zogbélémou »

29 décembre 2020 à 13 01 30 123012

Les familles Zogbélémou rejettent la désignation de de David Massa Zogbélémou comme nouveau patriarche de N’Zérékoré. Ces 7 grandes qui dirigent la ville maintiennent leur choix, qui porte sur Goïkoya Lambert Zogbélémou. Elles ont d’ailleurs présenté ce dernier à la population locale comme étant le successeur de Molou Holomo Hazaly Zogbélémou à la tête du patriarcat de N’Zérékoré.

Lire

Sortie ratée du ministre Oyé Guilavogui : la colère du mouvement Akhadan

29 décembre 2020 à 10 10 01 120112

Mamadou Ciré Diallo, coordinateur du mouvement Akhadan

« Il ne faut pas que Macenta ressemble un peu à Bambéto. Ici, c’est une terre bénie ». Ce sont les propos tenus hier, lundi 28 décembre 2020, par le ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts, Oyé Guilavogui, qui s’exprimant sur les violences intercommunautaires survenues les 26 et 27 décembre à Macenta.

Lire

Sékou Koundouno répond à Oyé Guilavogui : « Bambéto est le symbole du combat démocratique »

29 décembre 2020 à 9 09 22 122212

Sékou Koundouno, responsable des stratégies et planification FNDC

S’exprimant hier, lundi 28 décembre 2020, sur les violences intercommunautaires survenues les 26 et 27 décembre à Macenta, le ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts a fait une comparaison malveillante et inopportune. « Il ne faut pas que Macenta ressemble un peu à Bambéto. Ici, c’est une terre bénie », a déclaré Oyé Guilavogui.

Lire

Violences meurtrières à Macenta : 17 corps déposés à l’hôpital de N’Zérékoré

28 décembre 2020 à 20 08 48 124812

Après le retour au calme à Macenta, des attentions sont focalisées sur le bilan des atrocités survenues les 26 et 27 décembre 2020 dans cette ville de la Guinée forestière où les communautés Toma et Manian se sont violemment affrontées autour de la paternité de la ville. Le bilan officiel fourni hier par le Gouverneur de N’Zérékoré faisait état de 11 morts et 30 blessés.

Lire

Violences meurtrières à Macenta : Dr Edouard Zotoumou conteste le bilan officiel

28 décembre 2020 à 20 08 19 121912

Dr Edouard Zotomou Kpoghomou, président de l’Union Démocratique pour Renouveau et le Progrès (UDRP)

11 morts et 30 blessés. C’est le bilan officiel des violences survenues les 26 et 27 décembre 2020, à Macenta, où les communautés Toma et Manian se sont affrontés autour de la paternité de la ville. Mais, l’opposant Dr Edouard Zotoumou Kpoghomou conteste ces chiffres fournis hier par le Gouverneur de la région de N’Zérékoré. Le président de l’UDRP, qui a accordé un entretien à Guineematin.com, ce lundi 28 décembre, estime que les autorités ne disent pas la vérité à la population.

Lire

Violences à Macenta : la coordination des unions forestières appelle tout le monde « à se ressaisir »

28 décembre 2020 à 18 06 55 125512

La coordination nationale des unions forestières se dit très préoccupée par les violences survenues les 26 et 27 décembre 2020 à Macenta. Elle déplore les pertes en vie humaines, les blessés et les autres dégâts causés par les affrontements entre Tomas et Manians, deux communautés qui se disputent la paternité de cette ville, et appelle tous les habitants de la région à se ressaisir.

Lire

Atrocités à Macenta : « c’est la conséquence de l’ethno-stratégie prônée par l’Etat (Diabaty Doré)

28 décembre 2020 à 16 04 47 124712

Diabaty Doré, président du parti Rassemblement Pour la République

Des réactions continuent de se faire entendre au sein de la classe politique guinéenne, suite aux violences enregistrées ce weekend à Macenta. Les Tomas et les Manians, deux communautés qui se disputent la paternité de la ville, se sont violemment affrontés le samedi 26 et le dimanche 27 décembre 2020, faisant d’importants dégâts humains et matériels.

Lire

Violences à Macenta : Faya Millimouno exige des enquêtes pour identifier les auteurs et les commanditaires

28 décembre 2020 à 16 04 03 120312

Dr Faya Millimouno, président du Bloc Libéral

Comme annoncé précédemment, des violences interethniques ont secoué la commune urbaine de Macenta les 26 et 27 décembre 2020. Des affrontements ont opposé les Tomas aux Manias, deux communautés qui se disputent la paternité de cette ville, relevant de la région de N’Zérékoré, dans le Sud de la Guinée. Et cette situation ne laisse pas indifférent le président du Bloc Libéral, Dr Millimouno.

Lire

Mohamed Gharé, Gouverneur de N’Zérékoré : « Macenta fait honte aux Guinéens »

28 décembre 2020 à 12 12 02 120212

Comme annoncé précédemment, le Gouverneur de la région administrative de N’Zérékoré a tenu une réunion de crise hier, dimanche 28 décembre 2020, avec les autorités et la notabilité de Macenta. Le Général Mohamed Gharé a exhorté les sages à s’impliquer pour mettre fin aux affrontements inter-communautaires qui secouaient la ville pour la deuxième journée consécutive, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé à N’Zérékoré.

Lire

Violences meurtrières à Macenta : la ville se vide de ses habitants

28 décembre 2020 à 10 10 37 123712

De nombreux citoyens ont fui Macenta après les violences intercommunautaires qui ont secoué la ville samedi et dimanche (26 et 27 décembre 2020). Les affrontements entre Tomas et Manias, deux ethnies autochtones qui se disputent la paternité de la ville, ont fait 11 morts et 30 blessés selon le bilan officiel, a appris Guineematin.com à travers son correspondant basé à N’Zérékoré.

Lire