Cellou Baldé

Deux jours après sa sortie de prison, l’ancien député uninominal de Labé, Mamadou Cellou Baldé, s’est exprimé ce lundi 19 juillet 2021, dans l’émission « Grand débat » de la radio GPP FM, basée à Labé. Le responsable des fédérations de l’intérieur de l’UFDG a exprimé sa joie suite à la liberté conditionnelle qui lui a été accordée avec trois de ses collègues membres du principal parti d’opposition du pays, remerciant tous ceux qui leur ont apporté leur soutien depuis leur incarcération. L’opposant a émis aussi le souhait de voir les autres détenus politiques, dont Etienne Soropogui (président du mouvement Nos Valeurs Communes) recouvrer aussi leur liberté.

« Aujourd’hui, je vais saluer et remercier tous ceux qui nous ont assistés de près ou de loin depuis notre arrestation. Remercier également tout le monde suite à la compassion dont j’ai fait l’objet après le décès de mon père. Mon souhait était de rester auprès de mon père jusqu’à ces derniers instants, malheureusement, il est décédé pendant que j’étais en détention. Je demande à tout le monde de lui pardonner.

C’est vrai, aujourd’hui, nous sommes contents d’avoir obtenu cette liberté provisoire, mais c’est une joie à demi-teinte. Parce que, Etienne Soropogui, Elhadj Abdoulaye Baldé (l’imam de Wanindara), Elhadj Allarény, Elhadj Saliou Diouldé qui est venu des Etats-Unis pour un bref séjour en Guinée, sont en prison, sans compter tous les autres jeunes et pères de familles anonymes qui se trouvent là-bas. Notre souhait aujourd’hui, c’est de voir ces gens-là aussi recouvrer leur liberté comme nous », a-t-il déclaré.

Même s’il dit ne pas vouloir s’aventurer sur la procédure les concernant, en raison des contraintes judiciaires, l’ancien député a tenu tout de même à rassurer ses partisans qu’il n’a pas changé de camp politique. « Je rassure tout le monde que Cellou Baldé de l’UFDG que vous connaissez, c’est le même qui est sorti de la maison centrale », a dit l’ancien député de Labé, tout en disant être à la disposition de la justice pour la suite du dossier.

Mamadou Cellou Baldé, Ibrahima Chérif Bah, Ousmane Gaoual Diallo et Abdoulaye Bah, tous des responsables de l’UFDG (le principal parti d’opposition en Guinée) ont été arrêtés avec de nombreux autres responsables et militants de l’opposition, suite aux violences qui ont suivi la présidentielle du 18 octobre 2020. Après avoir passé 8 mois en en détention préventive à la Maison centrale de Conakry, les autorités guinéennes ont décidé d’accorder une liberté conditionnelle à ces quatre opposants, officiellement pour des raisons de santé.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin