Des élèves aveugles et malvoyants du centre « Sogué » de Taouyah, dans la commune de Ratoma, ont bénéficié de kits pédagogiques à travers un don de l’ambassadrice de la Grande-Bretagne en Guinée et de l’ONG SIGHTSAVERS. La cérémonie de remise s’est tenue hier, samedi 19 janvier 2019, dans la salle de conférence de la dite école, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

La cérémonie de remise a regroupé des membres du gouvernement, l’ambassadrice de la Grande-Bretagne en Guinée, les encadreurs d’écoles et les élèves malvoyants.

Mme Catherine INGLEHEARN

Dans son intervention, l’ambassadrice de la Grande Bretagne en Guinée, Madame Catherine INGLEHEARN, a explique comment on en est arrivé là. « On reconnait que les problèmes de vision, ça touche tout le monde. Nous sommes très fiers à l’ambassade d’Angleterre de cette collaboration que nous avons avec l’ONG SIGHTSAVERS. Je suis aussi très honorée d’être ici à l’école Sogué pour la première fois. Et, je pense que ce ne sera pas la dernière fois, par ce que je vois déjà qu’il y a une grande nécessité d’assistance pour les malvoyants. En tant qu’ambassadeur, j’ai parcouru les 12 Kilomètres de Conakry, à travers un marathon pour vous faire un don, j’ai demandé à mes amis partout dans le monde, des hommes d’affaires, tous les contacts de l’ambassade, de me parrainer, de me donner quelque chose… C’est comme ça que nous avons réussi à avoir des financements pour les kits. J’espère que parmi vous, avec votre formation ici à Conakry, que vous aussi vous pourrez participer, par ce que vous avez le droit de participer à la vie. J’aimerais que vous sachiez que ce handicap n’est pas forcément un obstacle à une vie très pleine. Je vous souhaite du courage et d’affronter tous les défis », a dit la diplomate britannique.

Mme Delphine Senian Zoumanigui

De son côté, Madame Delphine Senian Zoumanigui, la directrice du centre Sogué, s’est dite très honorée et demande plus d’aide aux organisations humanitaires. « C’est un sentiment de joie, dans la mesure où tout ce que nous avons reçu aujourd’hui c’est du matériels qu’on ne trouve pas en Guinée. L’ambassadrice a fait un marathon de 12 kilomètre pour pouvoir acheter tous ces kits et envoyer au centre Sogué. Les kits que nous avons eu aujourd’hui, il y a des tablettes, des cubes, des cuba-rîtes et de papiers brailles. Donc, si les guinéens et les ONG aussi faisaient la même chose, je pense que ça allait être une grande chose pour nous. Nous sommes en train de nous battre pour que les enfants quittent la mendicité », a dit la directrice.

Par ailleurs, madame Delphine n’a pas manqué de citer les difficultés qu’elle rencontre en matière de matériels pédagogiques. « Il y a d’énormes difficultés, quand nous prenons le cas des tablettes, des cubes, des cuba-rîtes, c’est des enfants, vous pouvez leur donner et puis quelques temps, ça se perd avec eux. Les papiers qu’on utilise en Guinée ici, les papiers Braille, le seul paquet on achète à 360.000 FG. Nous sommes en manque de point d’eau, on est obligé de sortir hors du centre pour aller acheter l’eau. Le bus de ramassage est petit par rapport à l’effectif. Dans l’ensemble, ils sont au nombre de 58, mais le bus ne peut porter que 35 personnes », a-t-elle précisé.

Moussa Traoré

Enfin, monsieur Moussa Traoré, Directeur National de l’action sociale en Guinée, a promis de rendre compte à qui de droit sur les difficultés rencontrées par le centre Sogué. « Nous allons faire le compte rendu de toutes les difficultés pour qu’il y ait une solution aux problèmes des personnes handicapées surtout le centre Sogué ».

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel. (00224) 622 07 93 59

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin