« Le triste bilan provisoire de cette répression féroce est d’au moins 20 personnes blessées dont 5 par balles et 2 dans un état très critique. Plusieurs dizaines d’arrestations ont également été enregistrées dont un groupe de femmes à Lansanaya », a indiqué le Front national pour la défense de la Constitution, à la fin de la toute première journée de manifestation pour le départ du président Alpha Condé.

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, l’intégralité de ce communiqué :

Le FNDC félicite et salue le courage des populations de Conakry et de ses alentours qui, malgré une pluie diurne et une forte une forte militarisation des villes, ont répondu à l’appel du FNDC de ce lundi 20 juillet 2020.
Il résulte de cette mobilisation la paralysie totale ou partielle selon les lieux à Conakry, Coyah et Dubréka.

Malgré le caractère pacifique de la manifestation, le sens élevé de civisme et de responsabilité des manifestants, les forces de défense et de sécurité ont, à nouveau, réprimé les citoyens en faisant usage des armes de guerre.

Le triste bilan provisoire de cette répression féroce est d’au moins 20 personnes blessées dont 5 par balles et 2 dans un état très critique. Plusieurs dizaines d’arrestations ont également été enregistrées dont un groupe de femmes à Lansanaya.

Comme à l’accoutumée, le Ministre en charge de la Sécurité tente d’occulter ce lourd bilan et de nier l’évidence de l’usage des armes de guerre contre les manifestants.

Le FNDC condamne cette énième récidive dans la violation flagrante des droits humains par le régime d’Alpha Condé qui continue de faire couler le sang des Guinéens et d’endeuiller des familles pour s’octroyer une présidence à vie.

Le FNDC poursuivra la mobilisation jusqu’au départ d’Alpha Condé.

Ensemble unis et solidaires, nous vaincrons !

Conakry, le 20 juillet 2020

La Coordination nationale du FNDC

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin