Cinq mois après son arrestation, le procès de Saïkou Yaya Diallo s’est ouvert ce lundi, 5 octobre 2020, au tribunal de première instance de Dixinn. Ce membre de la coordination nationale du FNDC est poursuivi pour des faits de menaces, injures, violences et voie de faits au préjudice d’une citoyenne nommée madame Aminata Traoré. Mais l’audience a été reportée peu après son ouverture suite à une requête des avocats de la défense, qui sollicitent la mise en liberté de leur client, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était au tribunal.

Juste après l’ouverture du procès, maître Salifou Béavogui, membre du collectif des avocats du FNDC, a pris la parole pour réclamer la mise en liberté du prévenu pour qu’il puisse comparaître libre. Il a rappelé que deux décisions de justice non susceptibles de recours ont été rendues dans ce sens en mai et juin derniers : l’une par la présidente de la première chambre du contrôle de l’instruction de la cour d’appel de Conakry et l’autre par le juge des référés.

« Les deux décisions de justice en matière pénale ont ordonné la remise en liberté immédiate de notre client. Donc, nous sommes surpris qu’il vienne de la prison civile pour l’audience. Il doit venir libre, parce que la décision judiciaire qui l’a envoyé en prison a été infirmée par la cour d’appel. Donc, il n’y a plus de titre de détention qui le maintient légalement en prison, si ce n’est que l’injustice et l’arbitraire. Donc avant tout débat, avant l’ouverture même du procès dans cette affaire, et en application des articles 294 du code de procédure pénale, nous sollicitons humblement de constater que notre client ne mérite plus d’être en prison et qu’il doit comparaître comme prévenu libre », a dit Me Béa.

Une demande à laquelle s’est opposé catégoriquement le ministère public. Le procureur Sidy Souleymane N’Diaye estime que remettre Saïkou Yaya Diallo en liberté risque de troubler gravement l’ordre public. « Les faits commis par le prévenu Saïkou Yaya Diallo sont gravissimes. Ces faits ont créé un attroupement, une surexcitation de la foule… Si vous ordonnez sa liberté, l’ordre public sera gravement heurté, ébranlé. Donc, rejetez cette demande de mise en liberté et maintenez sa détention provisoire », a demandé le chef du parquet de Dixinn.

Finalement, la juge madame Ballou Keïta a renvoyé l’audience au lundi 12 octobre prochain pour rendre sa décision sur cette demande de mise en liberté. En attendant, Saïkou Yaya Diallo retourne à la maison centrale de Conakry, où il est détenu depuis le 12 mai 2020.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620589527/654416922

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin