Poursuivi pour « escroquerie » portant sur un montant de 63 millions francs guinéens, Amadou Sadio Sow a comparu jeudi dernier, 04 février 2021, devant le tribunal correctionnel de Dixinn. Ce chauffeur de taxi reconverti en marabout aurait soutiré cette importante somme d’argent à une femme, Hassanatou Barry, qui cherchait du « médicament » pour son mari malade. Malheureusement, ce faux marabout a disparu avec l’argent de la pauvre dame, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

A la barre, le prévenu a reconnu partiellement les faits qui lui sont reprochés. Amadou Sadio Sow a très vite reconnu le versement de 63 millions de francs guinéens par Hassanatou Barry. Mais, il réfuté les allégations selon lesquelles c’est à lui que tout ce montant a été remis. « Moi j’étais chauffeur de taxi. A un certain moment, j’ai arrêté ce métier et j’ai commencé à faire le maraboutage. C’est dans ce cadre que madame Hassanatou Barry et moi nous nous sommes connus. Madame Hassanatou Barry est une cliente à moi. J’ai fait deux fois du médicament pour elle. Ça a réussi. La troisième fois, elle est venue me dire que son mari est malade et elle m’a demandé de l’aider pour son traitement.

J’ai fait le médicament pour elle, ça n’a pas réussi. Finalement, je lui ai proposé d’aller voir un certain Yaya Keïta qui est d’un village voisin au mien. Avec ce dernier, on est tombé d’accord sur un prix qui s’élève à 3 millions. C’est ainsi que madame Hassanatou a envoyé 2 millions de ce montant dans mon compte pour remettre Yaya Keita. Donc, moi je n’ai reçu que ces 2 millions. Tout le reste du montant a été envoyé à Yaya dans son compte. Tout ce qu’elle a versé dans mon compte, c’est 2 millions », a soutenu le marabout Amadou Sadio Sow.

Seulement, ces allégations du prévenu sont balayées en grande partie par la plaignante. Hassanatou Barry dit que tout l’argent qui a été remis au marabout Yaya Keïta a transité des mains d’Amadou Sadio Sow. « Ce qu’il dit est faux. C’est lui qui est l’intermédiaire entre le marabout Yaya Keïta et moi pour le traitement de mon mari. C’est lui (Amadou Sadio Sow) qui nous a mis en relation. Tout ce qu’on fait, on passait par lui pour faire quoi que ce soit. Pour preuve qu’il est en train de mentir, en première position, il m’avait dit que ce Yaya Keïta s’appelle Alassane Kanté. C’est récemment que j’ai appris encore que ce n’est pas Alassane Kanté mais Yaya Keïta.

Lui (Amadou Sadio Sow) et moi, avions travaillé par deux fois auparavant. Mais, la dernière fois, ça n’a pas marché. C’est ainsi qu’il m’a mis en relation avec son supposé grand frère. J’en ai parlé à mon mari, on est allés voir Yaya chez Sadio. On a parlé du traitement de mon mari, on s’est entendu sur un montant de 3 millions de francs dans un premier temps. J’ai payé les 3 millions, ils m’ont donné 3 bouteilles qu’on a utilisées, mais ça n’a servi à rien. Quand j’ai que le médicament n’a servi à rien, Sadio et Yaya m’ont dit de donner 60 millions, sinon c’est mon bébé que portait au dos qui allait mourir.

C’est ainsi que mon mari a enlevé 28 millions, moi aussi j’avais 27 millions, plus 5 millions qu’une amie m’a confiée, nous avons rassemblé tout ça et donné à Sadio, puisque c’est à lui qu’on donnait tout ce qu’on avait à donner, et c’est à lui que le nommé Yaya Keïta aussi donnait les médicaments. Mais, depuis qu’on a donné ces 60 millions à Amadou Sadio, en présence de son grand Yaya Keïta, il (Amadou Sadio) a disparu. Je ne le voyais plus. C’est ainsi que je suis allée me plaindre à la brigade mobile pour l’arrêter. Maintenant, moi je ne demande que mes 63 millions que je lui ai donnés. Je veux qu’il me les rende », a dit Hassanatou Barry.

Prenant la parole pour ses réquisitions, le procureur a demandé au tribunal de retenir Amadou Sadio Sow dans les liens de la prévention et de le condamner à un an de prison et au paiement d’un million de francs d’amende. Le tribunal a mis l’affaire en délibéré pour décision être rendue le 11 février 2021.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com