image d’archive

Au moins deux personnes ont perdu la vie dans un naufrage survenu dans la soirée d’hier, mardi 1er janvier 2019, aux larges du port de Boulbinet dans la commune de Kaloum (Conakry). Leur barque a chaviré suite à la panne de son moteur, a appris Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Selon Abdoulaye Camara, vice-président du comité de cogestion du port de pêche artisanal de Boulbinet, le naufrage a eu lieu aux environs de 20 heures. Il indique que durant toute la journée de ce mardi, une équipe composée de ses agents, ceux de l’ANAM (Agence de Navigation Maritime) et des agents des services de sécurité, était déployée au niveau de ce port artisanal pour veiller au mouvement des personnes qui allaient et revenaient des îles de Loos en cette période de fête.

Ce qui n’a pas empêché malheureusement ce drame, dû à une panne du moteur de la barque qui a chaviré. « C’est à partir de 20 heures que nous avons appris qu’il y a eu naufrage. Mais cette embarcation ne vient pas de Boulbinet, elle vient de Coléah. Elle est venue transporter les gens de Boulbinet vers les îles de Loos. C’est au retour, vers 20 heures, qu’on nous a dit qu’il y a eu naufrage. Selon les informations, c’est deux personnes qui sont mortes. Leurs corps sont actuellement à l’hôpital Ignace Deen.

Il s’agit du capitaine de la barque, Dady Camara, originaire de Forécariah, et Aminata Camara, originaire de la Sierra Leone. On apprend que c’est le moteur de la barque qui était tombé en panne. On ne sait pas cependant combien de personnes étaient à bord de la barque. Mais depuis hier, personne n’est venu se plaindre à notre niveau comme quoi il n’a pas vu son parent. Donc jusque-là, on peut dire qu’il n’y a que ces deux victimes », a-t-il expliqué.

Ce drame attriste profondément le président de l’union des ressortissants Sierra-léonais dans la commune de Kaloum. Mohamed Bangoura, rencontré au port artisanal de Boulbinet ce mercredi matin, estime que ce naufrage aurait pu être évité si l’Etat guinéen avait pris un certain nombre de dispositions. « Nous sommes animés d’un sentiment de tristesse aujourd’hui. Lors de mes déclarations dans les médias, j’ai toujours demandé aux autorités guinéennes de mettre un bateau de secours à disposition des pêcheurs. Un bateau qui pourra intervenir en cas de problème.

Pendant ces périodes de fête, il devait y avoir un bateau qui pouvait intervenir en cas de problème. Ce bateau doit à tout moment faire des patrouilles dans ces eaux. Même chez-nous en Sierra Leone, pendant les jours de fêtes, l’Etat met des bateaux à la disposition des gérants de plages. Ici, nous avons demandé cela, mais jusque-là on n’a pas eu. Hier, s’il n’y avait pas une autre barque derrière celle qui a chaviré, on allait compter plus de six (6) morts. Parce que selon les informations que nous avons, il y avait six personnes dans la barque. Deux sont mortes et les autres ont pu être sauvées par la barque qui était derrière eux », a-t-il indiqué.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin