Justice logo«  Il ne fait rien, il  fume, il boit de l’alcool et il m’insulte. Je lui ai cherché du travail dans une société de gardiennage, il a abandonné le travail. Il m’a dit qu’il veut envoyer des marchandises à l’intérieur du pays pour revendre. Il a fait ça un peu. Et, un jour, il est venu me dire qu’il veut maintenant vendre du chanvre indien. C’est ainsi que j’ai cherché à me débarrasser de lui », explique madame Diallo Fatoumata Camara.

Sékou Diallo, poursuivi par son ex-épouse, Fatoumata Camara pour des  délits de menaces et d’injures, est désormais fixé sur son sort. Le père de famille a été condamné, hier, mercredi 28 septembre 2016, à un an d’emprisonnement et 3 ans d’interdiction de séjour et d’approcher sa femme, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Selon la plaignante Fatoumata Camara, Sékou Diallo était bien son mari ! Mais, ils ont divorcé à cause du comportement de son époux, notamment les menaces et injures qu’il  proférait. « Lorsqu’on s’est marié, ma maman nous a cherché une location à Hafia, elle a aménagé pour nous. Mais, trois mois après, j’ai trouvé que je ne pouvais pas supporter ses comportements. Il ne fait rien, il  fume, il boit de l’alcool et il m’insulte. Je lui ai cherché du travail dans une société de gardiennage, il a abandonné le travail. Il m’a dit qu’il veut envoyer des marchandises à l’intérieur du pays pour revendre. Il a fait ça un peu. Et, un jour, il est venu me dire qu’il veut maintenant vendre du chanvre indien. C’est ainsi que j’ai cherché à me débarrasser de lui », a expliqué la plaignante, qui a fait un enfant âgé d’un an avec son ex-époux.

Poursuivant sa narration, Fatoumata Camara dira que : « Sékou Diallo a volé mon sac qui contenait de l’argent et mes bijoux. Ainsi, je l’ai fait arrêter et confié à la gendarmerie. Pendant son séjour en prison, j’ai profité pour déménager de Hafia et venir chez mon frère, à Dixinn. Mais, depuis qu’il est sorti, il m’appelle au téléphone, en me menaçant de mort et en injuriant ma mère », a-t-elle ajouté.

Cependant, le prévenu Sékou Diallo jure devant la barre qu’il n’a jamais menacé, ni insulté la plaignante. Selon lui, comme il revenait de Dubréka, il était venu à Dixinn, voir l’état de son enfant et madame Camara s’est systématiquement opposée. « Elle m’a dit qu’il n’y a pas un enfant entre nous. Elle m’a injurié, et elle m’a arrêté avec ses complices ; puis, elle m’a mis en prison », a soutenu Sékou Diallo, mis aux arrêts et incarcéré depuis le 22 août dernier.

Prenant la parole, le procureur Alsény Bah a rappelé que ce prévenu est un récidiviste. «Ce n’est pas sa première fois de venir devant cette barre. Il y a à peine un an, il a voulu calciner l’atelier de couture de cette même dame à l’aide de l’essence, à Taouyah. Donc, c’est un habitué des faits », a rappelé le procureur, avant de requérir un an de prison et une interdiction de s’approcher de cette dame pendant  une période de 3 ans.

Et, cette réquisition du procureur  a été suivie à la lettre par la présidente du tribunal, lors de sa délibération.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

 

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin