Après la cacophonie, place à la déception et la désolation au Palais du peuple. En effet, plusieurs acteurs concernés n’ont pas pu participer à la première rencontre des concertations nationales qui ont débuté ce mardi, 14 septembre 2021. Ces leaders de partis politiques ont dû longtemps patienter pour se procurer de la carte d’accès.

Malheureusement pour eux, ils ont trouvé que les portes de l’hémicyle (la salle où se tient la rencontre) sont déjà fermées. Ce qui les a empêchés de participer aux travaux entre la junte militaire qui a renversé le président Alpha Condé et les acteurs de la classe politique guinéenne, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

Ils ont dû se débattre pendant un long moment, dans une véritable cacophonie, pour récupérer la carte censée leur permettre d’avoir accès à la salle où se tiennent les concertations nationales lancées par le CNRD (la junte militaire au pouvoir) et qui doivent permettre d’élaborer la feuille de route de la transition. Mais leurs efforts ont été finalement vains.

Car même après avoir obtenu la précieuse carte d’accès, ils n’ont pas pu entrer dans l’hémicycle. Lorsqu’ils sont arrivés devant la salle, cartes en mains ou autour du cou, ils ont trouvé que les portes étaient déjà fermées. Et les agents qui gardent les lieux leur ont fait savoir qu’il n’y a plus d’accès. Une grande déception pour ces leaders politiques, qui ratent ainsi un grand rendez-vous.

Sadio Barry, président du Bloc pour l’alternance en Guinée (B.A.G)

Parmi eux, Sadio Barry, président du Bloc pour l’alternance en Guinée (B.A.G), qui déplore le manque d’organisation. « En réalité, c’est l’image qu’on connaît de la Guinée. Il nous manque sérieusement de l’organisation. Comme aujourd’hui ce sont les partis politiques qui ont été convoqués, les autorités auraient dû prendre en compte le fait qu’il y a plus d’une centaine de partis enregistrés.

Et chaque parti allait venir avec plusieurs représentants. Ils devraient mettre en place un système qui permet aux gens de faire le fil. Si on fait le fil, chacun se serait enregistré sans bousculade et on allait gagner en temps. Maintenant, on se bloque et même si vous êtes enregistré, vous ne pouvez sortir d’ici pour entrer dans la salle. Mais, comme c’est le début, nous allons réfléchir sur comment corriger tout ça à l’avenir », a dit cet acteur politique.

A suivre !

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél: 622 68 00 41

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin