L’opinion publique a appris le mardi dernier, 20 avril 2021, que les rebelles tchadiens du FACT (Front pour l’alternance et la concorde au Tchad, dirigé par le général Mahamat Mahadi Ali) ont réalisé leur promesse de libérer leur pays de la dictature d’Idriss Deby. Plus de trente ans après son putsch et au moment où on s’attendait à voir le « le maréchal du Tchad » célébrer sa élection à un sixième mandat, c’est sa mort qui est annoncée.

Et, juste après cette surprenante annonce, l’Armée a perpétré un coup d’Etat, imposant à la tête du pays un des fils du dictateur. Âgé de 37 ans et jusque-là à la tête de la garde présidentielle (la DGSSIE), Mahamat Idriss Déby Itno a « hérité » des prérogatives de son père, en tant que président de la junte militaire, appelée Conseil militaire de transition. 

Deux jours après, le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s’est prononcé sur ce coup d’Etat lors de sa 993ème réunion, tenue le 22 avril 2021 sur la situation en République du Tchad.

Opposée à tout changement anti-constitutionnel dans les États membres, l’Union africaine exhorte les putschistes tchadiens et toutes les parties prenantes nationales à « à respecter le mandat et l’ordre constitutionnel, à s’engager rapidement dans un processus de restauration de l’ordre constitutionnel et de transfert du pouvoir politique aux autorités civiles, conformément aux dispositions pertinentes de la Constitution de la République du Tchad, et à créer les conditions propices à une transition rapide ».

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, le communiqué de l’UA sur ce putsch :

communiqué de l’UA sur le putsch militaire au Tchad

A suivre !

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin