Le pont qui relie le quartier de Kountia à celui de Sanoyah Km36, relevant de la commune rurale de Manéah, dans la préfecture de Coyah, est envahi par des tas d’immondices. La chaussée est plus que jamais rétrécie et constitue une menace réelle d’accident surtout à cette période de saison pluvieuse. Tel est le constat fait sur place par un reporter de Guineematin.com dans la journée d’hier, mardi 21 juillet 2020.

De nombreux déchets sont entassés ça et là aux abords de ce pont, dégageant des odeurs nauséabondes. Toute chose qui a contribué à rétrécir la chaussée, créant quelques fois des embouteillages sur les lieux.

Daouda Camara, chauffeur de taxi sur l’axe Km36-Kaloum, fait partie des usagers de la route affectés par cette situation. « Franchement, la situation de ce pont est devenue critique. Cet endroit est devenu très dangereux surtout à cette saison des pluies. Quand il pleut, l’eau et les ordures obstruent le passage et empêchent les engins roulants. De passage même, tu as l’impression que c’est un dépotoir d’ordures tellement que c’est sale. Pourtant, ici c’est la grande voie. Il y a des camions et autres automobilistes qui passent ici simultanément et c’est difficile. Si rien n’est fait, cet endroit pourrait causer des accidents parce que nous conducteurs, on n’a pas les mêmes qualités dans la conduite. En plus, ici c’est la rencontre de deux collines. Quand celui qui est devant toi freine brusquement à cause du volume de l’eau et toi qui est derrière tu n’as pas un bon système de freinage, ça deviendra une catastrophe. Il faut donc que les autorités prennent des dispositions pour dégager les ordures d’ici ».

Vamougna Sanoh, chauffeur de minibus sur le tronçon Km36-Madina

Même son de cloche chez Vamougna Sanoh, chauffeur de minibus sur le tronçon Km36-Madina. « Effectivement, l’État doit trouver des moyens pour fluidifier la circulation sur ce pont parce que c’est un point très critique. Quand il pleut beaucoup et que l’eau stagne sur la chaussée, on ne peut pas passer. Il nous faut attendre que le volume de l’eau diminue. Et en plus, la deuxième voie est occupée par les ordures de toute sorte. Pour passer là, il faut se coller au trottoir pour se frayer un chemin. Vraiment, c’est dangereux comme ça… ».

Interrogé sur la question, le maire de Manéah, Abou Zator Camara, a dit sa préoccupation face à l’insalubrité ambiante. « C’est effectivement vrai. C’est une situation qui nous préoccupe tous. C’est la raison pour laquelle on a convoqué ce mardi matin les PME et l’administration du marché du Km36. Ordre leur a été donné de prendre toutes les dispositions nécessaires pour dégager ces ordures de la chaussée. Au moment où ils quittaient ici, il m’avait été remonté que des jeunes seraient en train de travailler sur le site. Mais, je leur ai demandé de trouver une machine pour débarrasser la route de ces immondices. L’opération sera financée et coordonnée par la commune », a dit Zator Camara.

Selon nos informations, ces tas d’immondices viennent du marché du Km36. A la question de savoir la destination des fonds récoltés dans ce marché, le maire a opté pour une réponse laconique. « Ce n’est pas ces racontars qui me préoccupent. Les marchés sont gérés par la commune. Donc, s’il y a des trucs qui ne semblent pas être dans les normes, on prend acte et les dispositions pour les corriger. C’est tout ».

On apprend également que la cotisation mensuelle qui serait destinée à l’entretien de cette décharge n’est pas régulièrement donnée par les administrateurs du marché du Km36.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin