Un atelier national de renforcement des capacités des journalistes pour des élections apaisées s’est ouvert hier, jeudi 25 mars 2021. L’initiative est de l’Alliance des Médias pour les Droits Humains (AMDH) en Guinée. Axée sur le thème : « Médias stop aux dérapages pour la paix et la cohésion sociale en Guinée », cette formation de trois jours a pour objectif de rappeler aux hommes de médias notamment les animateurs des émissions interactives leur responsabilité pour une paix durable en cette période post-électorale. C’est un réceptif hôtelier qui a servi de cadre au lancement des travaux de cette formation qui vise une vingtaine de journalistes de Conakry,  a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters. 

Durant trois jours, ces journalistes venus de différents médias publics et privés de la place seront outillés sur des thématiques comme : la stratégie de maintien de la paix en Guinée, rôles et responsabilités du journaliste, connaissance et maitrise des techniques de production des émissions pour qu’ils soient à l’avant-garde de la consolidation de la paix et à la cohésion sociale dans le pays.

Saïkou Baldé, journaliste et président de l’Alliance des Médias pour les Droits Humains

« Cette formation est la suite logique d’une première que nous avons organisée à la veille de l’élection présidentielle du 18 octobre 2020. Au cours de laquelle on a outillé les journalistes dans le cadre de la couverture médiatique des élections. Comme vous le savez, un processus électoral c’est avant, pendant et après les élections. Après cette première session, nous nous sommes dit qu’il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin. C’est vrai qu’aujourd’hui les élections sont derrières nous mais cette période post-électorale pose problème. Parce qu’on le dise ou pas il y a une crise sociopolitique qui ne dit pas son nom, du fait que les positionnements politiques sont tranchés et affichés de part et d’autres. Tout cela rend la quiétude sociale fragile. Le calme que nous vivons nous semble précaire. Il faut oeuvrer pour rendre durable ce calme. C’est pourquoi nous avons réuni les hommes de médias pour les outiller par rapport à leur contribution à cet apaisement. Pour se faire nous avons ciblé particulièrement les journalistes animateurs des émissions interactives des radios. Pour qu’ils puissent mieux s’investir en produisant des émissions plus citoyennes, responsables, moins partisanes », a expliqué Saïkou Baldé, président de l’Alliance des Médias pour les Droits Humains (AMDH), en Guinée.

Venu présider la cérémonie au nom du ministre de l’Information et de la Communication, Cheick Ahmed Tidiane Diallo, directeur national de la communication, a tout d’abord félicité l’initiative avant de réitérer l’engagement de son département à toujours accompagner de tels projets. 

Cheick Ahmed Tidiane Diallo, directeur national de la communication au ministère de l’information et de la communication

« L’apport de cet atelier comme tous les autres c’est d’aider à la professionnalisation des journalistes guinéens. C’est pourquoi le département de l’information et de la communication apportera toujours son appui institutionnel à tous les ateliers allant dans le sens du renforcement des capacités des journalistes en République de Guinée. C’est une responsabilité qui incombe à tous que ça soit le gouvernement et aux médias eux-mêmes. Ces genres d’ateliers, s’ils sont bien suivis et que les participants prennent le temps de vulgariser dans leurs différentes rédactions, je pense que ça va beaucoup aider à la professionnalisation des journalistes de notre pays. Il faut que les organisateurs après avoir réuni une vingtaine de journalistes aient aussi le temps de faire un tour dans les rédactions pour voir l’impact de ces formations sur le terrain » a-t-il recommandé. 

Pour sa part, Djénabou Diallo, journaliste à la radio/télévision « Gangan », se félicite de la tenue de cette rencontre d’échange. 

Djénabou Diallo, journaliste au groupe Gangan

« Cette autre formation vient renforcer nos capacités, nous apporter de nouvelles connaissances en terme d’outils journalistiques. Donc nous, en tant que journaliste et animatrices d’émissions radio et télé, cet atelier vient nous dire comment préparer et animer les émissions interactives pour ne pas qu’on tombe dans  les dérives. Nous avons vu plusieurs thématiques en cette première journée notamment : le rôle que nous devons jouer  en tant que journaliste pour consolider la cohésion sociale en cette période d’accalmie ».

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 666-49-67-25

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin