Le décès de celui qui était jusque là maire de la commune de Ratoma a plongé sa famille dans une grande tristesse. Souleymane Taran Diallo, arraché à l’affection des siens dans la nuit du dimanche à lundi, 24 juin 2019, laisse un grand vide aussi bien dans sa famille biologique que politique (UFDG). Son frère, sa femme et son fils ainé, interrogés par un reporter de Guineematin.com hier lundi, ont exprimé leur chagrin face à cette douloureuse épreuve.

Décryptage !

Madame Diallo Djénabou Sylla (femme du défunt) : « j’ai perdu mon chéri ! J’ai perdu mon amour, j’ai perdu mon mari (pleurs). C’est à 4 heures 30 minutes qu’il est décédé à la polyclinique de Dixinn. Il ne se plaignait de rien avant, mais il était fatigué. Quand je lui dis d’aller à l’hôpital, il disait toujours qu’il a du travail, qu’après le travail, on allait partir à l’hôpital.

Mais, chaque fois je lui disais, toi on va t’attacher, t’amener à l’hôpital. Il ne se plaignait de rien. Il a piqué une crise, il est mort. On a parlé pour la dernière fois hier nuit, j’étais à un déplacement, je lui ai fait le compte-rendu. La nuit, il s’est levé et puis il est tombé dans le lit, même s’il se plaignait de douleur, il ne s’est pas plaint à moi. Mon mari, c’est un homme qui m’a aimé, il était tout pour moi ».

Alpha Oumar Taran Diallo, petit frère du défunt, inspecteur des impôts : « on m’a appelé à 4 heures du matin pour me dire que mon frère a piqué une crise et qu’il est décédé à la polyclinique de Dixinn. Mon grand frère est un monsieur jovial, gentil, rigoureux, un bon intellectuel. Et, c’était un pilier du parti, l’UFDG. Nous gardons de lui une compétence et une rigueur, l’amour de sa famille et de sa patrie guinéenne ».

Thierno Saidou Diallo, fils aîné du défunt maire de Ratoma : « c’est à 4 heures du matin que j’ai appris le décès de mon père. Il était allé à la clinique, c’est mon jeune frère qui m’a appelé pour me dire qu’il venait de décéder. Donc, je me suis rendu à la clinique pour constater qu’effectivement, il nous a laissés. Et là, on est parti à la morgue pour accompagner le corps. Je retiens beaucoup de choses de mon père. C’était un homme droit, intègre, avec beaucoup de principes.

C’est ce qu’il m’a inculqué. C’était un homme de valeur, un homme de conviction. C’était surtout quelqu’un de généreux, mais surtout qui avait d’énormes valeurs morales. Mon père était mon idole, c’était mon partenaire. Ce que je suis, la personne que je suis aujourd’hui, c’est grâce à lui. Il avait un sens de l’écoute. C’était mon ami, je pouvais me confier à lui».

A noter que Souleymane Taran Diallo est décédé à l’âge de 68 ans. Il laisse derrière lui une veuve et cinq enfants : 4 garçons et une fille.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18  

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com