Une femme enceinte est décédée samedi dernier, 10 juillet 2021, à la maternité de l’hôpital préfectoral de Siguiri. Elle a rendu l’âme pendant qu’elle tentait de mettre au monde des jumeaux. Son mari accuse les médecins d’être responsables de sa mort et annonce qu’il va porter plainte, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Kaba Diakité, le mari de la défunte, est partagé aujourd’hui entre tristesse et indignation. Il estime que les médecins de l’hôpital préfectoral de Siguiri sont responsables de la mort de son épouse et des deux enfants qu’elle portait. Car, dit-il, s’ils avaient accepté d’intervenir à temps en lui faisant une césarienne, la dame aurait pu être sauvée.

« C’est à 6 heures du matin que ma femme a commencé à ressentir de la douleur. Nous sommes immédiatement partis au centre de santé de Bolibana, mais les sages-femmes qui étaient de garde là-bas nous ont signifié qu’elles ne peuvent pas s’occuper d’elle. Elles nous ont orientés vers l’hôpital préfectoral.

Quand nous sommes arrivés à l’hôpital préfectoral, nous avons trouvé un certain Dr Keïta sur place. Après consultation, il nous a dit que le travail n’a pas commencé. Il a prescrit une piqûre que j’ai achetée, et la douleur s’est calmée. Il nous a dit de rentrer à la maison pour revenir un peu plus tard, parce que le travail allait commencer dans quelques heures. Effectivement, la douleur a repris à 10 heures, et nous sommes directement repartis à l’hôpital.

Mais cette fois, le nommé Keïta n’y était pas, nous avons trouvé une nouvelle équipe sur place. Ils l’ont fait entrer dans la salle d’accouchement, où elle est restée de 11 heures à 17 heures. Pendant tout ce temps, elle criait.  J’ai demandé aux médecins de lui faire une césarienne si elle est incapable d’accoucher d’elle-même, surtout qu’elle n’avait plus de force, mais ils n’ont pas accepté.

Ils ont fait des va-et-vient là-bas jusqu’à 17 heures, puis ils sont venus me dire que ma femme est décédée », explique Kaba Diakité, qui promet de saisir la justice sur cette situation. « Je porterai plainte contre ces agents de santé. Parce que s’ils avaient accepté d’opérer ma femme, elle aurait certainement pu être sauvée », a-t-il indiqué.

Interrogé sur cette situation, le médecin chef de la maternité de l’hôpital préfectoral de Siguiri assure que la dame n’a pas manqué l’assistance. Il précise que les médecins n’ont pas refusé de faire la césarienne, mais qu’ils avaient d’abord un autre problème à résoudre.

« Je n’étais pas là au moment des faits. Mais selon le rapport de l’équipe de garde que j’ai reçu, on ne peut pas dire qu’on n’a pas assisté cette dame, parce qu’elle est morte sur la table de réanimation. La dame a effectivement demandé la césarienne, mais elle avait fait une chute de tension, donc il fallait d’abord la réanimer avant la césarienne. Et c’est au cours de cette réanimation qu’elle a rendu l’âme », a dit Dr Tassy Bérété.

A noter que la défunte, Nany Sidibé, était mère de 5 enfants, elle était à son sixième geste. Elle a été inhumée hier, dimanche 11 juillet 2021, à Siguiri.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin