Souleymane Bah, Président de l’OGDH

Le déguerpissement des emprises de la voie en publique, en cours depuis plusieurs jours à Conakry, préoccupe l’OGDH. Le président de cette organisation de défense des droits de l’homme accuse le gouvernement de violer les droits des citoyens. Il l’a dit dans un entretien avec un journaliste de Guineematin.com ce lundi, 8 février 2021.

Depuis plusieurs jours maintenant, un grand ménage est en cours dans la capitale guinéenne. Les autorités ont déployé des machines dans la ville pour démolir les maisons, boutiques, et tous les « encombrants physiques » aux abords des routes. Et malgré les importants dégâts causés, le gouvernement n’a rien prévu pour les victimes, en guise de compensation. Une situation que déplore le président de l’Organisation Guinéenne de Défense des Droits de l’Homme et du Citoyen (OGDH). Le doyen Souleymane Bah estime que l’Etat s’est rendu coupable de graves violations des droits de l’homme.

« Ce déguerpissement en cours viole les droits des personnes, parce que ce sont des grandes familles qui sont là et qui vivent à travers ces kiosques et boutiques qu’on est en train de détruire aujourd’hui. C’est aussi une violation des droits de l’homme le fait qu’on ne leur a pas donné un délai suffisant pour pouvoir quitter. L’Etat devrait leur donner un délai suffisant pour qu’ils puissent prendre leurs dispositions afin qu’ils puissent transférer leurs biens ailleurs. Malheureusement, ça n’a pas été fait. C’est vrai que les routes ne doivent pas être occupées, je suis formel dessus ; mais, je me dis que ce n’est pas une priorité actuellement.

La priorité c’est de trouver les moyens pour permettre à ces personnes touchées de continuer leurs activités. Construire des logements sociaux, des marchés. Aujourd’hui, vous avez vu comment les gens sont embêtés à cause des logements. Tous les propriétaires des maisons fixent leurs prix de façon fantaisiste et décevante, sans tenir compte des moyens des gens. Donc, la priorité du gouvernement, dans les conditions normales, c’était de prioriser la construction des logements sociaux. Nous avons vu ici des endroits qui ont été complètement détruits sans que rien ne soit fait sur le terrain. C’est le cas de Kaporo-rails.

C’est des Guinéens qu’on est en train de déloger et on détruit leurs locaux sans dédommagement. Ce n’est pas normal. Ce sont de graves violations des droits de l’homme. Ça décourage les Guinéens, ça décourage les investisseurs et ce n’est pas bon pour les pauvres populations qui passent des années à rassembler les moyens pour construire un domicile et du jour au lendemain on vient pour détruire cela. Ce n’est pas digne d’un Guinéen. Le gouvernement devrait mettre en avant la satisfaction des besoins des populations au lieu de détruire leurs biens », a déclaré le président de l’OGDH.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

 

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com