Dr Edouard Zoutomou Kpoghomou, président de l’UDRP

Que retenir des 58 ans d’existence de l’Union africaine ? Le bilan est largement décevant aux yeux de Dr Edouard Zoutomou Kpoghomou, président de l’Union Démocratique pour le Renouveau de la Guinée (UDRP). Dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, ce mardi 25 mai 2021, l’opposant guinéen a déclaré que l’organisation continentale a failli à la mission qui lui a été assignée à sa création.

« A sa création, l’OUA avait suscité beaucoup d’espoirs. On se rappelle que le président guinéen de l’époque, Ahmed Sékou Touré, était l’un des acteurs de la création de cette organisation, en mai 1963. Au départ, l’OUA avait de très bonnes intentions. Mais par la suite, je crois qu’elle a complètement raté sa cible. Parce qu’à l’intérieur de l’organisation, on n’était plus en train de chercher l’autonomie politique, qui pouvait ensuite être transformée en une arme de bataille sur le plan économique. Cela n’a pas été fait.

Aujourd’hui, avec la transformation de l’OUA en l’Union africaine (UA), je pense que les choses se sont empirées, parce qu’on a l’impression que l’Union africaine, au lieu de compter sur elle-même pour influer davantage sur la place que l’Afrique doit avoir sur le champ mondial, est plutôt en train de tendre la main aux puissances. Et dans ces conditions, on a l’impression que nous voulons plutôt que les puissances étrangères viennent résoudre nos problèmes à notre place. Pour moi, c’est aussi un échec. Aujourd’hui, on parle de 58ème anniversaire, les coups d’Etat militaires et les changements de constitutions sont là.

En fait, nous devrions être à un stade où l’Union africaine devrait être le champion de la création et du maintien des institutions fortes gouvernementales fortes en Afrique. Mais plutôt, c’est un laisser-aller, on dirait que les chefs d’Etat ne sont là que pour se défendre les uns les autres en fonction des liens particuliers d’amitié qu’ils ont. Ça ne devrait pas être ainsi. L’Union africaine devait être une véritable institution, mais on n’est pas encore arrivé à notre but. Elle n’a pas atteint ce qu’elle devait faire à partir de la base donnée par l’OUA », a estimé le président UDRP.

Le président de l’UDRP, si l’Union africaine ne se reprend pas pour se monter plus efficace dans la défense des intérêts des populations, elle risque tout simplement de disparaître. « Je n’ai pas une balle de cristal pour déterminer ce que réserve l’avenir de cette institution. Mais, à partir de la tendance que nous voyons, puisque l’UA actuelle est muette devant tous les manquements et devant toutes les agressions, on a l’impression que si on ne fait pas attention, elle risque de cesser d’exister. C’est peut-être trop dire, mais c’est la tendance. Parce que si une organisation n’est pas efficace, elle n’arrive plus à rassembler tous les éléments qui pouvaient lui permettre d’accomplir la mission qu’on lui a été confiée, elle cesse d’exister.

Même si ce n’est pas dans les faits, mais dans les comportements, elle va cesser d’exister. Et dans ces conditions, les gens n’en tiendront plus compte. C’est ce qui se fait aujourd’hui. Quand cette union dit qu’on ne peut pas accepter qu’il y ait des gouvernements militaires, mais un peu partout les gouvernements militaires surgissent sans qu’elle ne dise quelque chose. Et, on dit que qui ne dit rien, consent. Ça veut dire que cette institution est en train d’accepter cet état de fait, et c’est malheureux pour le continent », a dit Dr Edouard Zoutomou Kpoghomou.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com
Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com