Mory Kolofon Diakité, maire de Kankan

L’opération a eu lieu dans la soirée d’hier, jeudi 11 décembre 2020, au quartier Gare, dans la commune urbaine de Kankan. Elle a été menée par la « police militaire » de la garnison du camp Soundjata Keïta (en collaboration avec la mairie de la ville) ; et, elle a débouché sur l’arrestation de cinq individus (quatre jeunes et un adulte) présentés comme des vendeurs et des consommateurs de chanvre indien, a appris le correspondant de Guineematin.com à Kankan.

Le quartier Gare est l’un des quartiers réputé être le lieu qui regorge le plus grand nombre de vendeurs et de consommateurs de chanvre indien dans la commune urbaine de Kankan. Et, selon le maire Mory Kolofon Diakité, il y a quelques temps depuis qu’il a été alerté sur ce qui se trame dans ce quartier qui relève de sa juridiction géopolitique. C’est pourquoi d’ailleurs il a initié cette opération qui a conduit à l’arrestation de ce groupe d’individus qui fumaient en face de l’université Julius Nyerere.

« J’ai été alertée depuis un moment, que ces gens prennent de la drogue en public précisément au terrain de l’université. C’est ainsi que ce matin je me suis dirigé là-bas. Je les ai effectivement trouvés avec une très grande quantité de drogue. Et, ils en consommaient. C’est comme ça que j’ai alerté le commandant du camp. Et, ensuite nous avons procédé à leur arrestation » a expliqué le maire Mory Kolofon Diakité.

Pour la première autorité communale de Kankan, ces individus qui viennent d’être arrêtés sont à l’origine des attaques et des cas de vols qu’on enregistre dans la cité de Nabaya. « Nous estimons que ce sont eux qui sont entrain de rendre la vie difficile aux citoyens. Parce que quand un individu consomme de la drogue, il ne devient plus lui même, il devient nuisible à la société. C’est pourquoi je demande à tous les citoyens de se lever pour dénoncer les points de rassemblement de ces drogués. Ceux qui sont pris aujourd’hui serviront d’exemple aux autres. Nous allons les mettre tout à l’heure dans les mains de la justice », a indiqué le maire Mory Kolofon Diakité.

A noter que la vente et la consommation de chanvre indien se fait à ciel ouvert partout à Kankan, notamment le long du fleuve Milo, en face de l’université Julius Nyerere et dans les quartiers périphériques (Bordeaux et Briqueterie). Et, depuis pratiquement un mois, l’insécurité et la justice populaire ont refait surface. Cependant, les consommateurs de chanvre indien sont indexés du doigt (à tort ou à raison) dans cette insécurité galopante dans la ville.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin