C’est une dure épreuve pour la famille Soumah, résidant à Kagbelen, dans la commune urbaine de Dubréka. Depuis plus de 15 ans, elle lutte sans succès contre une maladie mystérieuse qui a touché six enfants et fait une victime. A bout de souffle, elle interpelle l’opinion nationale sur la question dans l’espoir d’avoir un soutien. Un reporter de Guineematin.com a rencontré la mère de famille, partagée entre inquiétude et interrogation.

 

La maladie en question commence par des petits boutons qui apparaissent sur le corps. Ils grandissent au fur et à mesure et prennent la forme de brûlures, qui se propagent sur tout le corps. Selon Fatoumata Camara, ses six enfants ont tous été touchés par cette maladie, et l’un d’eux en est décédé.

Fatoumata Camara, mère des enfants

« Cette maladie est apparue dans ma famille en 2004. Trois mois après avoir mis au monde des jumeaux, j’ai constaté des petits boutons qui apparaissaient sur leur corps et qui prenaient finalement une forme de brûlure. Pour mon deuxième geste, j’ai accouché encore des jumeaux. Et eux aussi, trois mois après leur naissance, ils ont eu le même problème. Pour la troisième fois encore, j’ai eu des jumeaux qui ont aussi contracté cette maladie. Mais, à deux jours de mon troisième accouchement, j’ai perdu un enfant. Lui, il n’a pas pu résister et il est décédé », a indiqué cette dame.

 

Aujourd’hui, le couple Soumah a cinq fils vivants, qui sont tous atteints de cette maladie. « C’est seulement l’aîné qui n’est pas gravement atteint. Lui, il est en classe de terminale », précise cette mère, désemparée. Son souci est dû au fait que les médecins n’ont jusqu’ici pas pu identifier cette maladie. Et, tous les remèdes qu’ils ont essayés n’ont pas été efficaces. « Nous avons sillonné beaucoup de centres de santé, de cliniques et d’hôpitaux pour un traitement, mais en vain. Nous avons été à Ignace Deen et Donka plusieurs fois.

 

A chaque fois, on nous prescrit des pommades et des injections, mais ces produits n’ont fait aucun effet. On a aussi essayé la pharmacopée, sans succès. Tout récemment, on a fait un examen de sang pour les enfants au dispensaire Saint Gabriel de Matoto. Après l’examen, les médecins ont dit que les enfants n’ont aucun problème dans le sang. D’autres ont dit que c’est une maladie héréditaire, mais sans pouvoir déterminer sa nature. Pourtant, leur père et moi, nous ne souffrions pas de cette maladie. C’est tout récemment que moi aussi, j’ai commencé à voir ces mêmes boutons apparaître sur mes bras », explique Fatoumata Camara.

Alsény Soumah, victime de la maladie

Après l’échec de toutes les démarches menées dans le but de soigner ses enfants, le couple Soumah ne sait plus que faire. Pendant ce temps, la maladie continue de s’aggraver et menace dangereusement d’emporter un autre enfant. Alsény Soumah a abandonné les études en classe de 8ème année. Aujourd’hui, il ne peut plus sortir de la maison, à cause de son état devenu très critique. « J’ai eu cette maladie depuis que j’étais bébé, mais elle s’est aggravée en 2019. Et, cela m’a obligé d’arrêter l’école et d’arrêter de fréquenter mes amis. Je suis toujours couché dans mon lit et je souffre beaucoup. Mon corps est en train de pourrir et j’ai mal partout, surtout dans les os », témoigne cet adolescent.

 

Malgré les difficultés, Fatoumata Camara ne désespère pas. Elle pense encore qu’il est possible de sauver ses cinq enfants malades. Mais, elle sait que pour cela, il lui faut un grand soutien. « Je demande aux autorités de notre pays et à toute la population guinéenne de nous aider à soigner ces enfants-là. Mon mari et moi, nous avons beaucoup dépensé, mais on n’a pas encore réussi à les soigner. Donc, nous tendons la main à tout le monde, nous voulons que les gens nous viennent en aide pour évacuer, si nécessaire, ces enfants afin de les sauver », a lancé la mère de famille.

NB : pour joindre cette famille, qui a besoin d’être aidée et soutenue, vous pouvez composer le (+224) 620172763 (Orange Money)

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin