Elhadj Sékhouna Soumah, président de la coordination de la Basse Guinée

Pour Elhadj Sékhouna Soumah, Kountigui de la Basse Guinée, on ne doit pas donner la parole aux promoteurs du troisième mandat du président Alpha Condé pendant les concertations nationales lancées ce mardi, 14 septembre 2021, par la junte militaire qui a renversé l’ancien chef d’Etat. Des concertations qui doivent déboucher sur l’élaboration d’une feuille de route de la transition. Il l’a dit au cours de la rencontre entre le CNRD et les coordinations régionales du pays, et l’a réitéré devant les médias, au sortir des discussions.

Elhadj Sekhouna Soumah, président de la coordination de la Basse Guinée

« Pour commencer, nous remercions l’armée guinéenne, le colonel Mamady Doumbouya et tous ses compagnons, pour ce qu’ils ont fait pour nous sortir de la crise dans laquelle nous étions plongés. Il nous a fait appel pour nous dire qu’il a pris le pouvoir, parce que la Guinée se trouvait vraiment dans une mauvaise posture, et pour qu’on essaye de voir comment on va travailler ensemble afin de sortir de cette situation.

En réponse, nous lui avons adressé nos remerciements. Et nous lui avons dit que le premier travail auquel il doit s’atteler, c’est de faire en sorte que les Guinéens soient unis, parce que notre pays se trouve aujourd’hui dans une situation très préoccupante. Ensuite, nous avons rappelé qu’il y a certains Guinéens qui s’étaient levés ici pour s’opposer au projet de troisième mandat parce que c’est quelque chose qui est mauvais pour le pays.

D’autres par contre ont soutenu le projet, ils ont fait en sorte qu’il puisse aboutir, alors qu’ils savaient que ce n’était pas bon pour le pays. Donc, je crois qu’on ne doit pas donner la parole à ces gens-là lors des rencontres de ce genre. Parce que tout ce qu’ils diront, c’est de la pure démagogie. On doit donner la parole à ceux qui se sont opposés au troisième mandat dès le début.

Nous appelons tous les Guinéens à s’unir, à se donner les mains pour lutter contre l’ethnocentrisme. Aujourd’hui, la faim, la pauvreté et l’ethnocentrisme, le manque d’emploi sont légion dans notre pays. On ne donne pas le travail à ceux qui le méritent. L’ethnocentrisme est à l’origine de beaucoup de problèmes que nous connaissons actuellement en Guinée », a dit Elhadj Sékhouna Soumah.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin