L’inquiétude est grande chez les femmes du PADES, suite à l’annonce d’une éventuelle augmentation du prix du carburant en Guinée. Préoccupées par cette mauvaise nouvelle, ces opposantes ont interpellé les autorités guinéennes sur les graves conséquences d’une telle décision, a constaté Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Comme c’est souvent le cas depuis le début de ce mois, dédié à la femme guinéenne, ce sont les femmes qui ont dirigé l’assemblée générale hebdomadaire du PADES, le samedi 27 mars 2021. Une occasion pour ces opposantes de s’exprimer sur l’augmentation annoncée du prix du carburant à la fin du Ramadan. Une annonce faite par le président Alpha Condé et son ministre des Hydrocarbures, Diakaria Koulibaly, et qui préoccupe fortement ces femmes. Car une telle mesure va beaucoup impacter le panier de la ménagère, souligne Aïcha Barry, la coordinatrice du Parti des Démocrates pour l’Espoir en Basse Guinée.

Aïcha Barry, coordinatrice du PADES en Basse Guinée

« Les femmes de Guinée, aujourd’hui, comme toujours, ne ménagent aucun effort pour subvenir aux besoins de leurs familles, pour soutenir leurs époux, pour soutenir leurs enfants. Mais elles sont aussi exposées à tous les problèmes. Donc cette augmentation du prix du carburant nous inquiète beaucoup, parce que ça va beaucoup impacter le panier de la ménagère.

Pourtant, le président de la République a dédié tous ses mandats aux femmes. Mais, depuis le début de son premier mandat jusqu’au mandat en cours, les femmes ne font que souffrir. Les femmes guinéennes souffrent beaucoup (…) Donc s’il faut toujours frapper les femmes d’une augmentation des prix sur le marché, ça nous inquiète et ça nous intrigue », a-t-elle fait savoir.

Pourtant, assure cette opposante, la Guinée ne pourra pas se développer aussi longtemps que la femme ne sera placée au centre des préoccupations. Pour elle, il faut résoudre les problèmes dont souffrent les femmes pour que le pays aller de l’avant. « Un pays dans lequel on ne prend pas en compte la situation des femmes, est un pays dont les efforts de progrès sont voués à l’échec. Un pays ne peut pas avancer sans l’aide de la femme.

Et, si cette femme se casse la tête pour subvenir à ses besoins, pour subvenir aux besoins de sa famille, n’est pas soutenue, n’est pas accompagnée, ça ne peut pas marcher. Donc il faut que le gouvernement revoie la situation des femmes. Faire en sorte que la femme guinéenne soit satisfaite, soit à l’aise », a indiqué Aïcha Barry, tout en appelant les femmes de Guinée à l’union et à la solidarité.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tel: 622919225

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com