Fatoumata Traoré, maçonne

En Guinée, de plus en plus de femmes se lancent dans des secteurs d’activités qui semblaient être réservés uniquement aux hommes. C’est le cas notamment de Fatoumata Traoré, une habitante de Conakry, qui a récemment embrassé la maçonnerie. Même si ce métier est difficile à pratiquer, la jeune demoiselle n’entend pas faire marche arrière. Un journaliste de Guineematin.com est allé à sa rencontre dans un chantier de construction situé à la Minière.

C’est par le biais d’une amie que Fatoumata Touré a eu l’opportunité de faire la maçonnerie. Elle, qui en avait marre de rester à la maison à ne rien faire, a sauté sur l’occasion. « J’étais à la maison, lorsque ma copine m’a appelée pour me dire qu’elle nous avait trouvé quelque chose à faire. Je lui ai dit de m’attendre pour qu’on aille immédiatement. C’était au centre de formation du SCAD (Services Action pour le Développement). Nous sommes parties faire le test, et j’ai réussi le test. C’est ainsi que j’ai choisi de faire la maçonnerie. Parce que c’est un métier que j’aimais beaucoup et j’avais déjà vu certaines femmes le pratiquer. Donc, je me suis dit que je pourrai le faire aussi », raconte la demoiselle.

Aujourd’hui, Fatoumata Traoré évolue au sein de l’entreprise YARA construction. Elle s’entend très bien avec ses collaborateurs, tous des hommes. « Tout se passe bien entre nous. Je me sens à l’aise, parce que je ne suis pas mise à l’écart ». Elle se félicite également des progrès qu’elle est en train de réaliser dans l’apprentissage de ce métier.

« Je remercie beaucoup mon maître. Car depuis que je suis arrivée ici, j’ai appris beaucoup de choses. Grâce à ce qu’il m’a appris, je peux bien me débrouiller aujourd’hui. C’est vrai que ce n’est pas facile, mais je m’efforce à le faire parce que ça me plait. Il y en a qui se moquent de moi en me demandant pourquoi je fais la maçonnerie. Je leur réponds que c’est parce que ça me plait. Et, ce métier m’apporte déjà beaucoup. Parce que non seulement j’arrive à subvenir à mes besoins sans l’aide de quelqu’un, mais aussi c’est grâce à ce métier que j’ai rencontré mon fiancé. Donc même après mon mariage, je ne vais pas abandonner ce métier. Mon objectif, c’est travailler dur jusqu’à avoir ma propre entreprise dans ce domaine », a-t-elle confié.

« Pour moi, la place de la femme, ce n’est pas la maison. Une femme ne doit pas rester à la maison sans rien faire. Ton premier mari, c’est ton travail. C’est pourquoi, j’aimerais dire aux femmes de sortir combattre pour faire quelque chose. Si toi tu ne sors pas, ton mari qui sort chaque jour pour aller chercher de l’argent et te donner, peut se foutre de toi un jour. Donc dans la vie, chacun doit se battre pour avoir une source de revenu », conseille Fatoumata Traoré.

Fatoumata Traoré, maçonne

Mohamed Guéasso DORÉ pour Guineematin.com

Tel: +224 622 07 93 59

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin