En conférence de presse ce vendredi, 25 Janvier 2019, à la maison de la presse, le président du parti ‘’Génération Citoyenne (GéCi)’’, Fodé Mohamed Soumah, s’est exprimé sur l’actualité sociopolitique de la Guinée. Il a notamment dénoncé la prorogation du mandat échu des députés, la gouvernance actuelle du pays et la manière dont la récente grève des enseignants a été gérée par les autorités guinéenne.

Fodé Mohamed Soumah a aussi qualifié la nouvelle CENI (commission électorale nationale indépendante) de « moribonde et désarticulée », tout en invitant les Guinéens à adopter une conscience citoyenne pour barrer la route à ce qu’il appelle « la masturbation intellectuelle et politique » orchestrée par le président de la République, le professeur Alpha Condé, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Entouré de certains cadres de son parti, le président de la ‘’Génération Citoyenne ’’, n’a pas été tendre avec les députés Guinéens qu’il qualifie « d’élus incompétents qui ont été payés gracieusement pendant cinq ans pour ne rien faire ». Fodé Mohamed Soumah soutient d’ailleurs qu’il est temps que tout le monde se lève pour dire à ces députés qu’il est temps de partir.

« Ils (les députés) n’ont rien fait pendant cinq ans. Aucune proposition de loi, aucune commission d’enquête. Et, aujourd’hui, on se retrouve avec des députés qui, sachant que la prochaine élection pourrait entrainer 80 à 90% de départ et de changement des députés actuels, ont voulu jouer avec le temps (…). Nous avons des députés qui se sont grassement fait payer pendant cinq ans pour ne rien faire. Ils ont même obtenu des augmentations de salaires, rien que pour faire avaler à la population les différents projets de finance. Et, les projets de loi qui ont été présentés ont fait la part belle au président de la République. Aujourd’hui, le budget de la présidence a explosé. Aujourd’hui, nous avons un président de la République d’un pays pauvre qui a, à sa disposition, 140 mille euros par jour. Nous avons l’impression aujourd’hui que tout est fait, diligenté, dirigé par l’exécutif. Donc, il faut qu’on combatte cette Assemblée nationale pour ne pas qu’elle fasse cette entrée parlementaire (en Avril) », a indiqué Fodé Mohamed Soumah.

Échu depuis le 13 Janvier dernier, le mandat des députés a récemment été prorogé par le président de la République, après avis de la Cour Constitutionnelle. Mais, pour le président de la GéCi, il n’est pas question que les députés actuels fassent une entrée parlementaire avant la tenue d’élections législatives. « C’est le mandat du peuple et non la décision du président de la République ou de la Cour Constitutionnelle qui les a mis là-bas pendant cinq ans. Leur mandat est arrivé à terme, il n’est pas question qu’ils aient une journée de plus à l’Assemblée nationale », a dit Fodé Mohamed Soumah.

Parlant de la prorogation du mandat des parlementaires, le président de la GéCi estime que cela montre une fois de plus que c’est l’exécutif qui est aux manœuvres. « Cette prorogation est inique. Le décret qui a enlevé le président Kéléfa Sall (ancien président de la Cour Constitutionnelle) est inique. Nous avons aujourd’hui un président de la République omnipotent, omniscient, qui décide de tout et il n’est pas question de se laisser faire. Dans toute disposition légale, il y a ce qu’on appelle l’esprit et la lettre. On est d’accord que la lettre est inscrite. Mais, aujourd’hui, l’esprit n’admet pas qu’on proroge le mandat des députés », a expliqué Fodé Mohamed Soumah. Et au président de la GéCi de rappeler que dans tout pays démocratique, quand l’éveil citoyen est mis en avant, il n’y a pas un président qui puisse résister.

« Dans son omnipotence, poursuit le président de la GéCi, le président de la République a tellement affaibli les institutions qu’il est aujourd’hui le seul élu de la République en fonction ».

Parlant de la gestion de la récente grève des enseignants, qui a paralysé le secteur de l’éducation en Guinée, Aboubacar Soumah a tiré à boulet rouge sur le Premier ministre, Kassory Fofana, qu’il trouve irresponsable et incompétent. « On a joué avec l’avenir de nos enfants. Dans une démocratie, c’est l’éducation. Mais, aujourd’hui, nous avons un Premier ministre irresponsable, incompétent, qui a montré à quel point il méprise le guinéen. Parce que lorsqu’on est détenteur du dialogue social, on se doit de ne pas être arrogant et mettre en avant l’intérêt du pays. On a vu comment il a géré le problème du SLECG. Et, aujourd’hui, on n’est pas sorti d’affaire. Parce qu’il y a énormément de risque que le SLECG ou l’USTG reprenne le chemin de la grève », a indiqué Fodé Mohamed Soumah.

S’agissant de la commission électorale nationale indépendante, le président de la GéCi a souhaité qu’il y ait un travail sérieux pour que « cette CENI moribonde et désarticulée qu’on nous présente puisse lancer un chronogramme pour les élections ».

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin