Lancée le 13 décembre dernier par le ministère du commerce, la première édition de la foire internationale de Guinée se poursuit sur l’esplanade du palais du peuple à Conakry. Sous les stands qui y sont érigés, des articles divers sont exposés par des commerçants venus de la Guinée et de certains pays de la sous-région. Mais, même si ces derniers saluent la bonne organisation de l’événement, ils déplorent la rareté des clients et la cherté des frais de location des stands, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

« Par rapport à l’année dernière, on peut dire que la foire de cette année est bien organisée. Parce que si nous prenons les parkings, là où les gens garent les engins roulants, il n’y avait pas ça l’année passée. En ce qui concerne la clientèle, ça va aussi. Par jour, on gagne ce que Dieu nous a destiné. Ce sont les samedis et les dimanches que nous gagnons assez de clients, mais les autres jours, ça ne marche pas. La difficulté que nous rencontrons ici est liée aux places. Elles sont chères. Il y a de ces places ici où les gens ont payé 6 millions, 10 millions et d’autres 12 millions. Le montant de la location dépend de la qualité de la marchandise que tu revends et de la position de la place que tu occupes. Ceux qui occupent les places de derrière (qui ne sont pas visibles rapidement par les visiteurs) payent moins cher que ceux qui ont des bonnes places (visibles au premier coup d’œil par les visiteurs) », a expliqué Mohamed Chérif Haïdara, vendeur d’équipements sportifs.

Venue de la préfecture de Dubréka pour exposer ces produits à cette foire internationale, Hadja Aminata Cissé, vendeuse d’objets artisanaux, elle, se plaint de la rareté des clients. « Nous avons une bonne place, mais franchement, il n’y pas de clients. Ça nous inquiète beaucoup… Il n y a aucun problème, tout est bien organisé, mais il n’y pas de marché. Les gens viennent demander les prix des pagnes. Des blancs, des chinois aussi viennent visiter, mais la plupart d’entre eux n’achètent pas. Et, on ne peut pas revendre nos objets à un prix qui ne nous convient pas. Comme c’est la foire, on a beaucoup diminué les prix. Mais, seuls les tableaux artisanaux fabriqués en Guinée ici qui sont généralement achetés », a confié Hadja Aminata Cissé.

Du côté des clients, les avis sont mitigés sur la situation des prix des produits. Venu acheter des cadeaux pour sa famille, Cheick Aboubacar Bangoura, un cadre du ministère des transports, trouve que les prix pratiqués sont très abordables. « Cette année, franchement, les prix sont abordables… Je suis venu acheter les cadeaux pour mes enfants et ma femme. J’ai demandé au marché, on m’a dit qu’un chapeau c’est à 50 000 francs. Cependant, j’ai eu 2 chapeaux à 50 000 francs ici (à la foire) », a-t-il expliqué, tout en invitant les parents à venir acheter des cadeaux pour leurs enfants.

Par contre, Théodore Bah, danseur et membre du groupe Ballets Africains de Guinée, se plaint de la cherté des produits. « C’est une bonne chose pour les citoyens. Seulement les prix sont un peu chers. Si cette foire c’est pour aider les Guinéens, il faut diminuer les prix. Si le prix est à 100%, je souhaite qu’on diminue à 80%… Je viens d’acheter une chemise. Ils m’ont dit que le prix c’était à 350 mille mais j’ai discuté le prix, ils ont laissé à 200 mille », témoigne ce citoyen.

A noter que la présente foire de Guinée est aussi une occasion pour les artisans de différents pays d’échanger des idées et des expériences, afin d’améliorer la qualité de leurs produits.

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel: +224 622 07 93 59

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin