Comme annoncé précédemment, à l’appel du front national pour la défense de la constitution (FNDC) une marée humaine, teintée de rouge, a déferlé ce mardi, 26 novembre 2019, dans les rue de Conakry. Avec des slogans et des pancartes hostiles au régime en place, cette population compacte a parcouru la distance qui sépare le rond-point de la Tannerie à l’esplanade du stade du 28 septembre (en passant par Gbéssia-Kondébounyi, carrefour concasseur, rond-point de Hamdallaye et rond-point de Belle vue) pour protester contre tout projet de nouvelle constitution qui permettrait au président Alpha Condé de s’adjuger un troisième mandat à la tête de la Guinée.

Très satisfait de la mobilisation des Guinéens de la capitale pour « défendre la République », le coordinateur national par intérim du FNDC, Oumar Sylla, dit Fniké Mangué, s’est adressé à la foule en demandant à l’actuel chef de l’Etat de renoncer à son projet de troisième mandat, de libérer les responsables du FNDC qui croupissent en prison et de faire la justice pour toutes les victimes des exactions des forces de défense et sécurité.

« Troisième mandat, Amoulanfé ! Moutan-mou-migui sarama, mou hongny nan béra ! Moutan mou migui faghama, mou hongny nan béra (le 3ème mandat ne passera pas ! Nous, on ne paye pas les gens, c’est chez nous ici ! Nous, on ne tue pas les gens, c’est chez nous ici ; en langue soussou) », a dit Foniké Mangué pour introduire son discours.

Dans une esplanade noire de monde, le coordinateur national par intérim du FNDC a fait observer une minute de silence « pour nos camarades et compagnons de lutte citoyenne qui sont tombés sous les balles des ennemis de la République, notamment les forces de défense et de sécurité ».

Foniké Mangué a ensuite, devant cette foule qui venait d’entonner l’hymne du FNDC et l’hymne national de Guinée, salué le peuple de Guinée qui défend sa patrie.

« Peuple de dignité, de liberté, de fidélité ! Peuple de Guinée ! À travers cette grandiose mobilisation, tu viens, à nouveau, de montrer à la face du monde, ta farouche opposition à ce projet antidémocratique, liberticide, démocraticide…de troisième mandat. Et, cela, malgré l’assassinat et l’emprisonnement programmés de tes défenseurs. Peuple souverain de Guinée, contre vents et marées, contre les arrestations arbitraires, contre les assassinats programmés, restons débout, comme toujours, pour défendre ce que nous avons de plus précieux, la patrie », dit Oumar Sylla.

Sous les ovations nourries des défenseurs de la constitution de Mai 2010, le coordinateur national par intérim du FNDC a demandé la libération des responsables du FNDC actuellement en prison à Conakry et à l’intérieur du pays.

« Aujourd’hui, nous n’allons pas faire beaucoup de discours. Car, nous avons à demander à monsieur Alpha Condé gouvernance, de libérer tous nos camarades en détention. Nous demandons à monsieur Alpha Condé gouvernance de libérer le coordinateur national du FNDC, en la personne de Abdourahamane Sanoh. Nous lui demandons également de libérer nos camarades Ibrahima Diallo, Sékou Koundouno, Bill de Sam, Badra Koné, Baïlo Destin En Main, Kawou Loppet, Elie Kamano, sans oublier notre camarade arrêté à Kindia », a demandé Foniké Mangué.

Convaincu de la noblesse du combat contre le troisième mandat et visiblement satisfait de la qualité de la mobilisation du FNDC, Oumar Sylla a laissé entendre que le président Alpha Condé a actuellement peur.

« Peuple de Guinée ! Peuple de fidélité et de liberté ! Avant de vous annoncer la prochaine date de notre manifestations, je vais vous dire ceci : là où nous sommes actuellement, monsieur Alpha Condé a peur… Il est paniqué. Il ne se retrouve plus. Depuis qu’il a vu la première manifestation du FNDC, il faut dire qu’il est paniqué. Pour nous contrer, il a dit qu’il va partir à N’Zérékoré. Et, quand il est allé à N’Zérékoré, le FNDC de N’Zérékoré lui a montré qu’il n’est pas écouté à N’Zérékoré… Après, il est allé à Kankan. Le FNDC-Kankan a déposé combien de fois des lettres d’informations pour une marche pacifique à Kankan ? Mais, Alpha Condé a dit aux préfets que cette question de démocratie n’a pas sa place à Kankan. Il a dit aussi que cette question de démocratie n’a pas sa place à Siguiri. Par peur, il a dit qu’il peut accepter que le FNDC manifeste partout sauf à Kankan. Mais, ce qui est sûr, le FNDC-Kankan est en train de se préparer pour une manifestation sans précédent, pour montrer que la population de Kankan est contre le troisième mandat », a indiqué Foniké Mangué.

Pour clôture la marche de ce lundi, la coordination nationale par intérim du FNDC a réaffirmé la détermination du Front à continuer le combat jusqu’à la satisfaction de ses revendications. Il a aussi annoncé une nouvelle marche qui se tiendra du rond-point de l’aéroport au Stade de la Mission (dans la commune de Kaloum).

« Nous allons continuer jusqu’à la satisfaction de nos trois points de revendications, à savoir : la libération immédiate de tous les camarades en détention, le renoncement à ce projet de troisième mandat par monsieur Alpha Condé et la justice pour toutes les victimes des exactions des forces de défense et sécurité. Pour montrer qu’on est résolu, pour montrer qu’on est droit dans nos bottes, nous projetons une grandiose manifestation qui partira du rond-point de l’aéroport jusqu’au stade de la Mission. Le mardi, 03 Décembre 2019, tous et toutes mobilisés au rond-point de l’aéroport pour le stade de la Mission », a conclu Foniké Mangué.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin