Nice, 30 mai 2018 (AFP) – Le parquet de Nice, dans le sud-est de la France, a requis la relaxe mercredi pour une responsable d’Amnesty International de 73 ans, poursuivie pour son assistance à deux jeunes guinéens refoulés vers l’Italie en 2017 malgré leur statut de mineurs isolés.

Dans un réquisitoire choc, la procureure Valentine Vinesse a dénoncé des « manœuvres » pour tromper les autorités, mais n’a requis aucune peine contre Martine Landry, estimant qu’elle était « le dernier maillon de la chaîne » contrairement à « des acteurs qui ont participé à ces manœuvres et pas présents au tribunal ».

Reporté à trois reprises, notamment à la demande du parquet pour vérifier les pièces administratives concernant les deux jeunes hommes, le procès est une première en France contre un membre d’Amnesty, également membre de l’Association nationale d’aide à la frontière pour les étrangers (Anafé).

Martine Landry, jugée à la veille du procès de deux Suisses et d’une Italienne également poursuivis pour leur aide à des migrants, risque jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amende.

En attente d’une place en foyer, les deux Guinéens aidés par la retraitée avaient été interpellés avec des adultes chez Cédric Herrou au cours d’une perquisition au domicile de ce militant de l’association Roya Citoyenne, fondateur de l’association Défends ta citoyenneté.

Ils avaient été renvoyés en Italie malgré leur âge et malgré les tentatives réitérées des carabiniers italiens de les raccompagner en France, selon Mme Landry, qui était allée les assister.

Détendue à son arrivée au tribunal sous les encouragements et les applaudissements de plusieurs dizaines de personnes venues avec des pancartes proclamant « La solidarité n’est pas un délit », Mme Landry a reçu 22.000 messages de soutien, d’après Amnesty.

Pour l’ONG, il est temps que la France transpose dans ses textes une disposition internationale de 2002 prévoyant qu’on ne peut sanctionner que les personnes retirant un avantage financier ou matériel de leur aide aux migrants.

« On attend une relaxe, les faits ne sont pas constitués. Briançon (Alpes), Amiens (nord), Dieppe (nord), il y a une dizaine d’affaires similaires cette semaine. L’absence de volonté de l’Etat de traiter le problème des migrants se transforme en un acharnement contre les militants qui pallient cette incurie », a déclaré avant l’audience Jean-François Dubost, un responsable d’Amnesty.

Concernant la régularisation d’un jeune Malien, récompensé pour le sauvetage héroïque d’un enfant de quatre ans suspendu dans le vide dans les étages de son immeuble à Paris, « personne n’est dupe », a-t-il dit.

« On est capable d’avoir une attitude positive valorisant une personne (…) et en même temps, pour son semblable de même nationalité, on est très capable d’oublier ses droits. On a un projet de loi immigration qui réduit les droits des personnes », a-t-il insisté.

AFP

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin