Issa Soumah, maire de la commune de Ratoma

Le maire de la commune de Ratoma a été humilié ce jeudi, 25 mars 2021, à l’occasion de la cérémonie officielle de remplacement du défunt Alpha Oumar 3 Diallo, ex 3ème vice-maire. Critiqué pour sa gestion opaque des finances de la commune, Issa Soumah avait « interdit » la mairie au personnel administratif et aux conseillers communaux, en invoquant l’état d’urgence sanitaire dû au Covid-19. Ainsi, l’exécutif communal ne se retrouvait plus, la session budgétaire ne se tenait plus et il n’y avait plus aucune autre instance où le maire pouvait être obligé de faire face aux autres conseillers.

C’est pour cette raison que ce jeudi, la mort dans l’âme, les conseillers communaux étaient dans l’obligation de transformer la cérémonie en tribunal populaire pour coincer leur premier responsable. Le conseiller juridique du Gouvernorat de Conakry et les autres invités témoigneront de l’humiliation à laquelle le maire Soumah a été exposé ce 25 mars 2021. À qui mieux mieux, les élus de Ratoma ont « proprement lavé » leur maire, alternant les dénonciations de sa gestion opaque de la commune, à la non tenue de la session budgétaire depuis 2 ans… 

« Nous voulons la transparence ! Le slogan « gouverner autrement », n’est pas un vain mot ; ça doit s’appliquer partout ! Donc, j’ai un réel besoin de savoir pour que je puisse bien communiquer à la base, aux sans voix, sur comment nous les gérons ? Comment nous gérons la commune sur le plan financier ? Jusqu’à nos, je ne sais pas ce qui se passe sur la plan budgétaire de cette commune ; et, cela devrait être une priorité… Ce qui nous préoccupe, c’est la gestion. Je vais savoir comment ma commune est gérée », a par exemple lancé Mohamed Lamine Mansaré. Ce conseiller communal a d’ailleurs sollicité l’implication du gouvernorat de Conakry pour pousser Issa Soumah à « gouverner autrement » la commune de Ratoma.

Mme Cissé Sarah Kandé, conseillère à la commune de Ratoma

Également déterminée à exiger à son maire la transparence, Mme Cissé Sarah Kandé a même qualifié la rencontre de « folklorique », dans la mesure où la priorité des conseillers se trouve ailleurs. « Cette séance de remplacement de feu Alpha Oumar 3 Diallo, c’est juste du folklore. Une parodie parce que c’est un monsieur qu’on a perdu. Un monsieur qu’on a aimé et que nous portons dans nos cœurs… Mais, c’est dommage que ça soit aujourd’hui qu’on puisse avoir l’occasion de nous retrouver entre conseillers de la commune de Ratoma et en grand nombre pour pouvoir parler d’un certain nombre de problèmes. C’est dommage que ça soit, comme on le dit, le linge sale qu’on doit laver en famille, qu’on le fasse en public ici. Mais, c’est quelque chose qui était prévisible. 

Nous sommes là depuis plus de 2 ans ; mais, jusqu’à date, rien n’est fait dans la commune. Il y a eu beaucoup de manquements. Je voulais dire qu’il faut qu’on aille à l’essentiel dans la commune de Ratoma. C’est une commune qui souffre. Il y a une gestion qui n’est pas transparente. On est dans l’opacité et il faut que les choses soient claires », dit la conseillère communale, qui a également dénoncé la mauvaise place de la gent féminine à Ratoma. « Les femmes sont laissées pour compte. Il faudrait qu’on pense à la question genre parce que nous sommes là et nous sommes une partie très importante. Nous avons fait notre campagne pour être à la disposition de nos sœurs, des éléments féminins de cette commune ; mais, nous voyons que rien n’a été fait et c’est dommage. Donc, en tant qu’autorité de tutelle, il faudra bien que le gouvernorat regarde de près la commune de Ratoma, sa gestion et son fonctionnement parce qu’il y a beaucoup de problèmes », a-t-elle dénoncé.

Issa Soumah, maire de la commune de Ratoma

Dans ses petits souliers, le maire de la commune a essayé de répondre sans succès. Issa Soumah a tout de même promis la tenue de la session budgétaire. « Beaucoup de choses ont été dites dans cette salle. Nous avons pris note et on fera ce que vous voulez. Nous allons tenir la session budgétaire pour que chacun soit informé », a-t-il lancé, sans préciser de date.

Siba Zogotamou, conseiller juridique gouvernorat de Conakry

Aussi prudent que si on lui demandait de marcher sur du sable mouvant, le très mesuré conseiller juridique du Gouvernorat de Conakry a tout de même reconnu le malaise et promis de rendre compte et d’aider à corriger les défaillances. « Il y a un devoir de communication de l’exécutif communal à l’ensemble des conseillers et des citoyens de la commune. Je sais que ce qui a été dit ici en public, l’exécutif communal a pris en compte et nous autres, en tant que missionnaires, nous rendrons compte à notre hiérarchie, faire tout le nécessaire pour que les choses soient corrigées », a dit Siba Zogotamou, à la sortie de la salle.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin