L’Union des Forces Républicaines (UFR) a tenu son assemblée hebdomadaire ce samedi 18 février 2017 à son siège à Matam. La rencontre, présidée par l’honorable Ibrahima Bangoura, a connu la présence de nombreux jeunes du parti et de certains membres du bureau exécutif : Hadja Aissata Daffé, Deen Touré, Ali Doumbouya, madame Béatrice, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

La crise qui mine le système éducatif guinéen et la session extraordinaire de l’Assemblée Nationale ont été les principaux points débattus au cours de l’assemblée.

Sur le premier point, l’honorable Deen Touré a commencé par regretter la situation que connait l’école guinéenne actuellement. « Indépendamment de toute considération politique, nous sommes tous concernés par la fermeture des écoles. Actuellement il y a des négociations entre le pouvoir et les syndicalistes pour tenter de résoudre le problème. Mais, il faut que chacun accepte de faire des concessions pour aboutir à un consensus. A l’UFR, ce que nous pouvons dire, c’est demander au président de la République de tout faire pour améliorer les conditions de vie des enseignants. Les revendications sont nombreuses, même si tout ne peut pas être satisfait car les moyens sont limités, mais on peut faire un effort. Tous ceux qui peuvent aider à la résolution de cette crise, leur contribution est la bienvenue. Nous lançons dans ce cas un appel au gouvernement pour que les négociations soient accélérées afin  que nos enfants puissent reprendre la route de l’école », a dit le député.

Pour ce qui est de la session extraordinaire de l’Assemblée Nationale, qui se penchera entre-autres sur le point 2 de l’accord politique du 12  octobre 2016, relatif au code électoral, l’UFR a réitéré sa position là-dessus. Le point concernant l’amendement du code électoral divise toujours ma classe politique. Pour le vice-président, l’honorable Ibrahima Bangoura « nous sommes pour les élections des chefs de quartiers et de districts. C’est l’élection qui convient et non la nomination », soutient-il.

Abondant dans le même sens, le député Deen Touré, président du groupe parlementaire l’Alliance Républicaine,  va dire à l’assistance que de nombreux députés, y compris certains de l’UFDG et du RPG, ont compris la position défendue par l’UFR et qu’ils sont prêts à voter contre le point 2 « qui est anticonstitutionnel, antidémocratique et un retard administratif », martèle-t-il.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17 

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin