Maître Koné Aimé Christophe Labilé, président de l’ONG Avocats sans frontières de Guinée

« Les personnes qui sont en prison, il y en a parmi elles qui sont innocentes. Nous les avocats, nous assistons nos clients. S’il y a une décision et que les huissiers ne peuvent pas exécuter cette décision, notre travail n’aura servi à rien. Donc, les détenus qui croupissent en prison, qu’on ne peut pas juger du fait de grève, sont impactés au même titre que les personnes qui bénéficient des décisions de justice qu’on ne peut pas exécuter… », a notamment expliqué Me Christophe Labilé Koné.

Comme annoncé précédemment, les juridictions de jugement de Guinée sont paralysées depuis hier, lundi 19 avril 2021, par la grève des huissiers de justice et des avocats du barreau de Guinée. Aucune audition ne se tient dans les Cours et tribunaux du pays. Cette situation intervient à un moment où les prisons, notamment la maison centrale de Conakry, grouillent de détenus en attente de jugement. Et, cela inquiète les défenseurs des droits humains dans le pays.

Dans un entretien accordé à Guineematin.com ce mardi, Me Christophe Labilé Koné, le président de l’ONG ‘’Avocats Sans Frontières’’ est monté au créneau pour tirer la sonnette d’alarme. Cet avocat au barreau de Guinée assure que l’arrêt des audiences est une privation des droits des justiciables.

« Les personnes qui sont en prison, il y en a parmi elles qui sont innocentes. Nous les avocats, nous assistons nos clients. S’il y a une décision et que les huissiers ne peuvent pas exécuter cette décision, notre travail n’aura servi à rien. Donc, les détenus qui croupissent en prison, qu’on ne peut pas juger du fait de grève, sont impactés au même titre que les personnes qui bénéficient des décisions de justice qu’on ne peut pas exécuter. Ils sont tous victimes du système et ce n’est pas normal. En plus, l’arrêt des audiences est une privation des droits des justiciables », a indiqué Me Christophe Labilé Koné.

Cependant, le président de l’ONG ‘’Avocats Sans Frontières’’ appelle à soutenir la grève des huissiers, visant notamment à exiger la délivrance des réquisitions pour permettre l’exécution des décisions de justice au bénéfice d’une bonne administration de la justice en Guinée.

« Comme vous le savez, les huissiers sont la porte d’entrée et de sortie de la justice. C’est eux qui font des assignations, c’est eux qui servent des ordonnances, c’est encore eux qui sont habilités à exécuter les décisions de justice au nom du peuple de Guinée. Quand il y a une décision de justice contre une personne, on l’exécute librement. Mais, dès qu’il y a une résistance, il va s’en dire qu’il faut passer par une exécution forcée. Alors, l’huissier, en tant que personne physique comme vous et moi, ne peut pas aller sur le terrain seul quand il y a la résistance, il doit être accompagné par les forces de l’ordre. Et, cela se fait par une réquisition. C’est cette réquisition là que les procureurs refusent de signer depuis 2 ans pour donner la force physique aux huissiers dans l’exécution des décisions… Nous, Avocat sans frontière, nous soutenons cette grève des huissiers. Parce qu’en tant que défenseurs des droits de l’homme, il faut s’indigner si les décisions de justice ne sont pas exécutées. Car, si vous bénéficiez d’une décision et que vous ne pouvez pas l’exécuter, vous passer par le canal d’un huissier. Et, si vous ne pouvez pas donner votre décision à un huissier aussi qui va requérir la force publique afin de l’exécuter, vos droits sont impactés. Et, cela est une violation des droits de l’Homme. Donc, il faut soutenir ce mouvement là pour que ceux qui sont censés signer les réquisitions puissent le faire », a expliqué Me Christophe Labilé Koné.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin