Madame Kadiatou Bah, mère de la victime

Halimatou Diallo, une fillette de 2 ans et demi, a été tuée à la machette le lundi dernier, 13 septembre 2021, au quartier Sokoro, dans la commune urbaine de Guéckédou. Son meurtrier n’est autre que son oncle Ramadane Bah, âgé de 34 ans, a appris le correspondant local de Guineematin.com de sources familiales.

« J’ai laissé mon fils à la maison avec son jeune frère qui le garde. Mon fils est malade. C’est le Dimanche 12 septembre qu’il est revenu de N’Nzérékoré où il était en traitement. Il devait continuer le traitement au  village à Dalaba. On comptait l’embarquer le mercredi 15 septembre. J’étais au marché. C’est vers 17heures 30mn qu’un voisin m’a dit qu’il y a  un problème dans ma famille. En cours de route j’ai croisé mon fils attaché, qui marchait avec des gendarmes et la jeune fille qu’il tuée dans les bras d’un notre agent de sécurité. Je ne sais pas comment il a tué la fille. Je demande pardon à toute la famille de fille », a confié la mère du meurtrier en larmes.

Ousmane Diallo, père de la victime

Ousmane Diallo, le père de la victime, est un enseignant en langue arabe très connu à Guéckédou. Il s’est dit  très peiné et inquiet pour l’avenir. « J’étais chez moi et j’ai vu un jeune courir vers moi  en pleurant et qui disait : on a tué quelqu’un là-bas. J’ai pris ma moto pour me rendre sur les lieux. J’ai croisé une femme qui m’a dit c’est une fille qui a été tuée par le jeune qui avait voulu te tuer. Effectivement j’ai trouvé qu’ils ont envoyé ma fille à l’hôpital. C’est de là que j’ai compris que ma fille a été tuée par la même personne qui voulait me tuer. C’est la personne a été jugée et condamnée et qui revient après tuer mon enfant. J’ai peur et je ne sais pas quoi faire. Je souhaite que les autorités me protège et protège aussi ma famille », déclare-t-il la mort dans l’âme.

Matthias Teinguiano, chef du quartier Sokoro

C’est le chef du quartier Sokoro, Matthias Teinguiano, qui est allé informer la gendarmerie de cet infanticide : « c’est un jeune d’un voisin qui est venu me dire qu’il y a un meurtre dans le quartier et je suis allé directement informer la gendarmerie. Mais j’ai trouvé que le commandant avait déjà envoyé une équipe sur les lieux. Ils ont pu maîtriser la foule et pris le meurtrier et le corps de la  fille pour l’hôpital. Le père du meurtrier m’a dit que son enfant est malade et qu’il s’apprêtait pour l’envoyer au village pour le traitement ».

Le commissaire de police Ousmane Diallo que nous avons interrogé sur le passé judiciaire du meurtrier dit ne rien savoir sur le sujet. Finalement, sur instruction du juge de paix le corps de la victime a été mis à la disposition des parents pour être enterré. La petite Halimatou laisse derrière elle une mère inconsolable.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin