L’INIDH a publié hier, jeudi 28 septembre 2018, son rapport sur la situation carcérale dans notre pays. Un rapport qui fait suite à une enquête que l’institution a menée sur le terrain au cours des trois dernières semaines. Il fait état de conditions de détention non conformes aux standards, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

C’est le 07 septembre dernier que les commissaires de l’Institution Nationale Indépendante des Droits Humains ont été déployés sur le terrain pour faire ce travail. Ils sont allés visiter les lieux de détention de Conakry et des chefs-lieux des régions de l’intérieur pour vérifier le nombre de détenus et les conditions carcérales.

Mariama Keïta

Au retour de ces missions, les membres de l’institution se sont retrouvés au Palais du peuple de Conakry pour faire la synthèse de leurs différents rapports. « Chaque mission est venue avec un rapport détaillé sur les conditions et les règles de détention. Et il était intéressant que l’institution organise cette rencontre pour faire la synthèse de tous les rapports issus de ce déploiement », a indiqué madame Mariama Keïta, rapporteur général de l’INIDH.

Après la synthèse, l’institution a conclu que les conditions de détention ne répondent pas aux normes en la matière, a déclaré Dr Alya Diaby, président de l’l’Institution Nationale Indépendante des Droits Humains. « Nous avons constaté donc dans les rapports, que la population carcérale à Conakry est de 1363 détenus.

Et dans les autres régions, exceptée Kindia, ils sont au nombre de 1419 détenus. Et on s’est rendu compte que les bâtiments sont vieux, ils sont vétustes. Les conditions des détenus ne sont pas les meilleures, ce n’est pas conforme aux standards. Même si on a noté des améliorations dans la zone de Conakry, nous exhortons l’Etat à faire mieux. Le plus important pour nous c’est d’attirer l’attention de l’Etat sur le retrait du CICIR en Guinée il y a de cela trois mois. Si donc il n’y a pas de mesures palliatives, ça risque de faire très mal aux détenus en termes d’hygiène, en termes d’alimentation. Donc nous attirons l’attention de l’Etat sur cette situation » a-t-il lancé.

Dr Alya Diaby précise que ce rapport sera remis d’ailleurs à toutes les autorités concernées. « Nous allons faire le rapport et l’orienter à qui le droit. D’abord, la loi nous demande d’envoyer nos rapports notamment au président de la République, au président de la Cour Constitutionnelle et à l’Assemblée Nationale. Mais nous ne s’arrêterons pas là. On fera des recommandations pour attirer l’attention des différents départements concernés et nous allons continuer à les suivre ».

Le président de l’INIDH a déploré par ailleurs, l’attitude du procureur de Kindia qui a refusé que les commissaires de l’INIDH puissent accéder aux lieux de détention pour faire ce travail. Ce qui fait que la situation carcérale dans cette région n’est pas prise en compte dans ce rapport.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin