Mamadi Condé, alias Madic 100 frontière

Ses appels au pardon lancés tout au long de son procès n’auront pas porté fruit. Mamadi Condé, alias Madic100 frontière, un militant de l’UFDG très actif sur les réseaux sociaux, va devoir rester en prison. Ce lundi, 8 février 2021, le tribunal de première instance de Dixinn a condamné l’opposant à 5 ans d’emprisonnement et au paiement d’une amende de 100 millions de francs guinéens.

Arrêté au lendemain de la présidentielle du 18 octobre 2020, ce guinéo-canadien était poursuivi pour des faits de « téléchargement, diffusion de messages, photos, dessins de nature raciste ou xénophobe, menace, violences et injures par le biais d’un système informatique ». Des infractions qu’il aurait commises à travers ses publications sur les réseaux sociaux.

Le procureur Sidy Souleymane N’Diaye avait requis 10 ans d’emprisonnement et une amende de 300 millions de francs guinéens. Choqués par le verdict prononcé par la présidente du tribunal de première instance de Dixinn, madame M’Balou Keïta, les avocats de Madic100 frontière annoncent qu’ils vont relever appel pour demander l’annulation de cette décision.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

 

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com