Le commandant Aboubacar Sidiki Diakité, alias Toumba, pourrait bénéficier très prochainement d’une remise en liberté. L’ancien aide de camp du capitaine Moussa Dadis Camara (chef de la junte militaire qui a pris le pouvoir en Guinée en fin 2008) est détenu à la maison centrale de Conakry depuis mars 2017. Ses avocats, qui réclamaient depuis longtemps sa remise en liberté pour des raisons médicales, viennent d’avoir une lueur d’espoir.

Le nouveau ministre de la justice les a reçus hier, jeudi 23 juillet 2020, pour échanger autour de ce dossier. Et maître Mory Doumbouya leur aurait promis de s’impliquer pour permettre la libération de Toumba afin qu’il puisse se soigner. C’est maître Paul Yomba Kourouma, l’un des avocats de Toumba Diakité, qui l’a annoncé au cours d’un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, ce vendredi 24 juillet 2020.

« Nous lui avons dit que nos demandes de mise en liberté ont été rejetées, malgré l’état de santé de notre client. Pourtant, le certificat médical a été délivré, les examens biologiques et sérologiques ont été faits, mais il reste toujours en prison et ne bénéficie d’aucun soin, même infirmier. Et même le mandat de dépôt de Toumba n’a pas été renouvelé…

Le ministre de la justice a pris bonne note de nos préoccupations et nous a demandé de lui produire les pièces. Il a dit que si la chose collait avec la légalité, sincèrement il n’hésiterait pas ; si la mise en liberté de Toumba est nécessaire, il le fera. Il a même dit qu’il reviendra à Toumba de décider s’il va suivre son traitement en Guinée à l’étranger », a confié l’avocat.

Après 7 années de cavale, le commandant Toumba Diakité a été arrêté en décembre 2016, à Dakar, par les services de sécurité sénégalais. Il a été extradé en Guinée en mars 2017. Le militaire a été inculpé d’une quinzaine de chefs d’accusations, liés à son rôle présumé dans le massacre du 28 septembre 2009, à Conakry, et à la tentative d’assassinat du capitaine Moussa Dadis Camara.

Il est poursuivi pour « meurtres, viols, pillages, incendies volontaires, vols à main armée, coups et blessures volontaires, outrage à agents de la force publique, tortures, enlèvements, séquestrations, agressions sexuelles, attentat à la pudeur » entre autres.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 12 43 62

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin