Comme annoncé précédemment, des agents des forces de l’ordre sont une nouvelle fois accusées d’avoir commis plusieurs exactions sur des habitants du quartier Wanindara, dans la commune de Ratoma. Dans la soirée du mercredi, 19 février 2020, des gendarmes ont attaqué une concession située dans le secteur 3 de ce quartier. Ils ont cassé les vitres du bâtiment principal avant d’incendier une case qui se trouve dans la cour, a constaté un reporter de Guineematin.com qui s’est rendu sur place.

Les exactions ont commencé dans la journée, peu après des accrochages qui ont éclaté entre des manifestants pro FNDC et les forces de l’ordre au niveau de cette localité. Des gendarmes et policiers ont attaqué d’abord le domicile du premier imam du secteur 4 de ce quartier. Ils ont interpellé trois personnes dans la cour, renversé des marmites et emporté de l’argent et d’autres biens. Ils se sont introduits dans d’autres concessions voisines pour commettre des abus avant de partir. Un peu plus tard dans la soirée, une équipe de gendarmes a fait irruption dans la concession de Daouda Diallo, comptable, située dans le secteur 3 de Wanindara, pour y commettre de nouvelles exactions

« C’est à 18 heures que des gendarmes sont venus, ils ont escaladé le mur et sont rentrés chez moi. Ils ont pris de l’essence pour déverser sur les fauteuils qui se trouvaient sous la case et ils y ont mis le feu à l’aide d’une boite d’allumettes qu’ils avaient. Comme si cela ne suffisait pas, ils sont allés vers le bâtiment principal. Et puisqu’ils n’ont pas réussi à défoncer les portes du bâtiment, ils ont pointé l’arme au niveau des antivols de la grande porte pour jeter du gaz au salon, où se trouvaient mes enfants. Certains n’ont pas pu supporter, ils se sont évanouis », a expliqué la victime.

Face à cette situation, ce père de famille se dit vraiment inquiet. Il pense que l’attaque de son domicile est liée à la vidéo filmée récemment aux alentours de sa maison, et montrant des policiers utiliser une femme comme bouclier pour se protéger des jets de pierres d’un groupe de manifestants. « Aujourd’hui, je suis très déçu. Parce que les forces de l’ordre censées nous défendre, si c’est ainsi qu’ils agissent à l’endroit de leurs frères guinéens, ça m’inquiète. Même un malfrat ne devait pas subir cela. Il y a une image qui a circulé récemment, là où des policiers utilisent une dame comme bouclier humain. Je pense que c’est en lien avec cela. Parce que lorsqu’ils sont venus, ils (les gendarmes) ont dit que puisque nous savons filmer, de sortir et filmer ce qu’ils font. Pour eux, c’est nous qui sommes à l’étage ici qui avons fait cela. Mais ceux qui connaissent ici, en voyant l’image, sauront que la scène n’a pas été filmée à partir de chez nous ici », soutient-t-il.

Daouda Diallo interpellé les autorités guinéennes sur ces agissements des forces de l’ordre et les exhorte à prendre des dispositions pour y mettre fin. « Par rapport aux exactions dont nous sommes victimes, le message que j’ai à l’endroit du gouvernement et à toutes les autorités, c’est d’essayer de revoir le comportement des agents qui sont déployés pour le maintien d’ordre. Parce que je ne pense pas que les autorités veuillent donner ces ordres à ces agents de rentrer dans les foyers et faire ça. Donc, je souhaite que le gouvernement prenne des dispositions pour faire éviter cela », a lancé ce citoyen.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com