AFP-JAKARTA- Le chef des services de renseignement de la province indonésienne de Papouasie a été abattu dans une embuscade par des rebelles indépendantistes, a indiqué lundi l’armée indonésienne tandis que le président du pays a appelé à écraser le mouvement séparatiste dans la région en proie aux violences.

Le général I Gusti Putu Danny Karya Nugraha, qui dirigeait l’agence de renseignement de Papouasie, a été tué par balle dimanche au cours d’un échange de tirs avec un groupe séparatiste au cours d’une patrouille dans une zone montagneuse du centre de la Papouasie.

« Il était dans cette zone dans le cadre d’une opération pour rétablir la sécurité et apporter un soutien au populations locales après une série d’attaques par des séparatistes et des groupes terroristes », a indiqué le porte-parole de l’agence de renseignements nationale à l’AFP.

Les forces indonésiennes ont renforcé leur présence dans le district isolé de Puncak après que des soldats et des enseignants ont été tués et plusieurs écoles et un hélicoptère incendiés ces dernières semaines.

Le président indonésien, Joko Widodo, a demandé à la police et à l’armée de « poursuivre et arrêter » tous les membres du mouvement séparatiste de la province la plus à l’Est de l’Indonésie.

« Je veux souligner à nouveau qu’il n’y a pas de place en Papouasie pour les groupes armés », a déclaré le président.

Le porte-parole des rebelles indépendantistes Sebby Sambon a revendiqué l’attaque, précisant que les rebelles n’avaient pas souffert de pertes.

« Nous avons aussi tiré sur d’autres soldats mais nous les avons manqué », a-t-il indiqué à l’AFP.

Les forces indonésiennes sont régulièrement accusées par les ONG de commettre des abus contre les populations civiles et les militants pacifiques de Papouasie, en proie à une rébellion indépendantiste depuis plusieurs décennies.

La population autochtone de Papouasie est mélanésienne et en majorité chrétienne, avec une culture tribale différente du reste de l’Indonésie où 90% de la population est musulmane.

Ancienne colonie hollandaise, la Papouasie est passée sous le contrôle de l’Indonésie dans les années 60, après un référendum d’autodétermination contesté.

Jakarta ne tolère aucune remise en cause de sa souveraineté sur la région et a augmenté fortement sa présence militaire ces dernières années.

La région indonésienne de Papouasie se trouve sur l’île de Nouvelle Guinée qu’elle partage avec la Papouasie Nouvelle Guinée, un pays indépendant.

AFP 

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin