Les localités de la région de Kankan sont connues pour être poussiéreuses, notamment en cette période de saison sèche où l’harmattan bat son plein. C’est le cas du district de Makönö, dans la sous-préfecture de Koumban, à 15 kilomètres de la commune urbaine. Dans cette localité, située sur la route nationale Kankan-Kissidougou, les habitants vivent un vrai calvaire où le passage des engins roulants provoque des nuages de poussière, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

L’atmosphère est polluée dans la localité de Makönö. Le passage de tout engin roulant dégage un impressionnant nuage de poussière. Un véritable casse-tête chinois pour les habitants qui ne contiennent plus leur indignation devant ce drame.

Selon nos informations, les travaux de réhabilitation de cette route nationale ont été lancés depuis 7 ans. Une source locale a confié à notre reporter que ces travaux ont été lancés lorsque Mamady Traoré était ministre des Travaux Publics. A l’époque, il aurait convaincu les habitants de Makönö de démolir les maisons construites aux abords de la route pour permettre sa réhabilitation.

Mohamed Diawara, président de la jeunesse de Makönö

Dans la localité, c’est un véritable regret qui se lit sur le visage. C’est le cas de Mohamed Diawara, président de la jeunesse de Makönö qui en a gros sur le cœur. « On a trop souffert. A l’époque, il y avait un ministre des travaux publics du nom de Mamady Traoré, il est venu nous encourager afin de démolir nos maisons, pour nous dire qu’ils veulent bitumer la route. On a accepté. Mais depuis lors jusqu’à présent, il n y a pas d’avancement. Dès que les véhicules passent, ils dégagent une poussière qui rend l’atmosphère invivable ».

Sory Condé, président du district de Makönö

En début de semaine, les habitants de Makönö ont décidé de se faire entendre en barricadant la route, empêchant le trafic routier sur ce tronçon. Pour Sory Condé, président du district, à défaut d’avoir le bitume, il sollicite l’aide des autorités pour arroser la route et atténuer la souffrance de ses habitants. « Les jeunes sollicitent qu’on arrose la route avant qu’elle ne soit bitumée pour réduire la quantité de poussière. D’ici jusqu’au fleuve, même dans nos chambres, tout est poussiéreux. On n’en peut plus ».

Doussou Mory Condé, porte-parole de la notabilité de Makönö

Doussou Mory Condé, porte-parole de la notabilité, en appelle au président Alpha Condé. « C’est le président de la République qui peut mettre fin à notre souffrance. Si non, les autres localités sont venues trouver Makönö et Baro (Kouroussa) dans le RPG, il ne peut pas le nier. Le premier militant du RPG qui a été tué à Conakry était originaire de Makönö. Mais, on n’en peut plus avec cette poussière, ça nous rend malade. Si je dois me rendre à Kankan pour des cas sociaux, ou si des gens doivent se rendre ici, c’est compliqué. Il doit nous aider à en finir avec cette poussière. Kankan n’est pas une petite ville, Makönö n’est pas une petite localité », a-t-il laissé entendre.

Le 24 juin 2014, alors en séjour à Kankan, le président Alpha Condé avait lancé les travaux de bitumage de la route nationale N°6 Kankan-Kissidougou. C’est l’entreprise Ebomaf qui avait en charge l’exécution de ce projet. Mais depuis plusieurs mois, elle a tout remballé pour quitter le pays sans avoir bitumé même un centimètre. Sur le terrain, on constate que l’entreprise Guiter SA a repris le projet en bitumant 2 kilomètres. Mais, les travaux sont aux arrêts.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin