Ismaël Nanfo Diaby, chroniqueur islamique et promoteur de l’écriture N’ko

Depuis la ville de Kankan où il se trouve actuellement, le très controversé chroniqueur islamique guinéen, Ismaël Nanfo Diaby, s’est exprimé hier, vendredi 12 février 2021, sur le récent communiqué du Haut Conseil Islamique du Mali demandant aux autorités maliennes de l’expulser du territoire malien. Cet imam qui officie des prières en maninka et promoteur de la langue N’ko a laissé entendre que ce communiqué ne lui fait « ni chaud, ni froid ». Et, en tant que citoyen d’un pays de la CEDEAO, Ismaël Nanfo Diaby dit qu’il se sent comme chez lui au Mali et dans tout le territoire du ‘’manden’’, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Kankan.

Le communiqué demandant l’expulsion de l’imam Ismaël Nanfo Diaby du Mali est intervenu une semaine seulement après le départ de ce dernier du territoire malien. Donc, c’est depuis Kankan (en Guinée) que le chroniqueur islamique a appris cette nouvelle par voie de presse et sur les réseaux sociaux. Et, Ismaël Nanfo Diaby n’est visiblement pas inquiet de cette décision du Haut Conseil Islamique du Mali. D’ailleurs, il se marre du communiqué qui a été publié par cette structure et qualifie de « secte soumise » ce Haut conseil malien.

«Une semaine après mon retour à Kankan, j’ai appris par voie de presse et à travers les réseaux sociaux, à travers une prétendue déclaration, que je suis menacé d’expulsion en terre africaine du Mali par le Haut Conseil Islamique du Mali à l’insu de son Président Ousmane Madane Haïdara. Toute déclaration de ce Haut Conseil sans son Président ne me fait ni chaud ni froid. En tant que citoyen de la CEDEAO et imam panafricain, je me sens chez moi à Bamako, sur la terre africaine du Mandén. Et, aucune mesure illégale ne peut être prise par les autorités maliennes contre un Mandenka comme moi sous injonction de membres de sectes soumises aux caprices de leurs maîtres étrangers sur le dos desquels ils vivent de mendicité », a réagit Ismaël Nanfo Diaby.

Sur son récent séjour en République du Mali, Ismaël Nanfo Diaby dit avoir été même sollicité pour diriger des prières en maninka dans la mosquée du guide spirituel Ousmane Madane Haïdara de l’association « Ançardines » à Bamako.

«Je rassure mes frères et sœurs musulmans africains que j’ai été bien traité au Mali et que je suis chez moi à Kankan depuis le 6 février dernier au petit matin. Preuve que la déclaration demandant mon expulsion est basée sur des éléments factuels faux.  Loin s’en faut, je serai toujours chez moi dans n’importe quel pays de l’Afrique de l’ouest à plus forte raison sur la terre Farafin du Mali », a confié Ismaël Nanfo Diaby.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin