Des enseignants de la ville de Kindia ont exprimé leur colère hier vendredi, 28 février 2020, suite au non-paiement de leurs primes d’incitation. Ils ont pris d’assaut la devanture de la DPE, où ils ont dénoncé l’injustice dont ils sont victimes de la part des autorités éducatives locales et du délégué venu de Conakry pour payer les primes d’incitation aux enseignants en situation de classe, rapporte un correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La tension était vive hier, vendredi, à la Direction Préfectorale de l’Education de Kindia. Plusieurs enseignants sont montés au créneau pour exiger le paiement de leurs primes qui seraient bloquées par la DPE. C’est ce qu’a dénoncé Mamadou Siguimma Diallo, enseignant au collège Tafory.

« Notre liste a été déposée depuis le samedi. Jusqu’aujourd’hui, nous nous retrouvons sans primes. Nous leur demandons de payer notre argent. Tout ce qu’ils sont en train de raconter, c’est des arguments. A ma connaissance, ils ont payé non seulement les enseignants grévistes, et même certains enseignants qui sont morts. Alors, pourquoi ils refusent de nous payer ? Il faut qu’ils nous payent », a-t-il lancé.

Parmi tous les responsables incriminés dans cette affaire, il y a Lansana Yansané, le superviseur du payement des primes d’incitation accordées aux enseignants en situation de classe dans la préfecture de Kindia. Interrogé, monsieur Yansané a apporté quelques précisions sur ce sujet très sensible.

« Ma présence à Kindia est de superviser la paie des primes d’incitation accordées aux enseignants en situation de classe. Depuis le samedi, nous avons commencé à donner ces primes d’incitation à l’ensemble des enseignants se trouvant sur le territoire de la préfecture de Kindia. Et nous sommes passés d’école en école.

Dans toutes les écoles où nous sommes passés, chacun a reçu sa part. Ce vendredi, les sous-préfectures sont déjà payées. Sauf les cas d’absence. Et on a demandé à ce que tous ceux qui n’ont pas pu avoir leur argent, pour des raisons d’absence, de mutation et d’autres cas justifiables, de venir à la DPE pour que nous puissions régler leur cas. On veut que tout soit réglé. Donc, ce groupe d’enseignants ici présent doit comprendre ça », a expliqué Lansana Yansané.

Devant les enseignants, le superviseur a rappelé que ces primes ne seront données qu’aux enseignants en situation de classe et dont les noms ne peuvent être remontés que par les chefs d’établissement. Il a précisé que c’est une instruction du département de l’éducation nationale. Mais, cette explication de Lansana Yansané a été contestée par certains enseignants en colère.

Cette prime d’incitation, qui varie de 600 mille à 1 million 300 mille GNF, a été proposée aux enseignants pour « casser » la grève du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), déclenchée depuis le 09 janvier 2020.

De Kindia, Mohamed M’Bemba Condé pour Guineematin.com

Tél. : 628 51 88 88

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com